mardi 29 mai 2007

Levure, épistaxis, et le cheesecake de Rose Bakery

J'aime bien échanger quelques mots avec les gens que je croise dans le train, ou à la caisse du supermarché, ou autour de l'étal de la maraîchère qui vend des fraises délicieuses tous les mercredis matins, sur le marché de la place Saint Germain, à condition bien entendu que les gens se montrent disposés à converser.
A Monop, on fait souvent de drôles de rencontres. Plusieurs personnes de mon entourage aiment à dire que c'est un supermarché bourgeois, ce qu'une observation attentive des files d'attente aux caisses démentirait assez aisément. Un soir, alors que je m'apprêtais à choisir des tablettes de chocolat, je suis interrompue dans ma gourmande réflexion par une femme dont je ne distingue d'abord que le fichu délavé qui entoure son visage et les montures épaisses de ses lunettes. Elle tient sans ses mains ridées aux ongles noirs deux paquets de levure et me demande d'une voix inquiète: "Vous savez faire les gâteaux vous?" Comme je suis très imbue de ma personne, j'ai dit:"Ah oui oui bien sûr. Je sais faire du gâteau au double yaourt, de la pizza au chocolat, du brownie au creamcheese, de l'upside down tatin cake aux pommes... D'ailleurs vous connaissez Annie Bell et Nigella Lawson?"
Mais non.
J'ai juste dit: "Euh oui... Je peux vous aider?"
En fait, elle voulait juste savoir le différence qu'il existait entre les deux sachets de levure qu'elle me tend. Je jette un oeil et je lui explique qu'il s'agit pour l'un de levure classique et que l'autre promet des effets miraculeux sur la longévité du moelleux des gâteaux grâce à diverses molécules chimiques. Elle me dit gravement: "Mais vous, vous, qu'est-ce que vous prenez?" Le ton important qu'elle emploie pour cette simple question me fait l'observer un peu mieux et je constate que son regard, derrière les gros verres, est terriblement angoissé pour un sujet aussi léger qu'un peu de poudre à lever. Je lui dit que la levure classique est très bien et, après un rapide coup d'oeil aux prix, qu'elle est aussi bien moins cher. Elle saisit alors mon poignet et demande fiévreusement: "Mais est-ce que les gâteaux seront bons?" Comme je suis un peu décontenancée et que je réfléchis une seconde avant de répondre, elle enchaîne et je comprends mieux. Pendant deux bonnes minutes elle parlera sans s'interrompre de sa nièce, de la marche à quatre pattes, du gâteau d'anniversaire, je ne me souviens plus exactement de tout parce que ça va très très vite et que ça part dans tous les sens, je me souviens mieux de son regard, inquiet, qui semblait voir des choses qui pour moi restent invisibles. Au terme de sa logorrhée insensée, je lui ai juste redis posément qu'elle ferait bien de prendre la levure classique, qu'elle ne devait pas s'inquiéter, son gâteau serait sûrement délicieux. Elle a reposé l'autre sachet et a tourné les talons sans autre commentaire.
Les printemps sont accueillis chez moi avec une certaine angoisse en raison d'une allergie saisonnière rebelle à toute désensibilisation. Cette période d'invasion pollinique est tellement bruyante que G. en est venu à ma surnommer affectueusement Patchoumi (qui a ri dans l'assistance?) Ma seule consolation réside dans cette rumeur selon laquel Marcel P. souffrait de la même affection mais bon, elle est bien maigre quand j'ai envie de m'arracher le visage tant j'ai les yeux et l'appendice nasal en feu. Il y quelques années, j'étais en train de pique niquer dans le jardin du Luxembourg, quand mon allergie de manifestation d'habitude fort modérée à Paris, décida de s'inviter en provoquant un long saignement de nez. Mes voisins de pique nique, de très gentils Italiens, m'ont offert de l'eau glacée et des mouchoirs en papier mais l'épistaxis ne voulait pas se tarir. Un monsieur d'un certain âge, très élégant dans son allure, s'est approché et m'a alors conseillé, tout en continuant de faire pression sur la narine coupable, de lever le bras controlatéral. N'ayant pas peur du ridicule, et parce que c'était gentiment dit, je me suis exécutée. Le saignement a cessé, certainement davantage par épuisement que grâce à ma drôle de posture mais bon, le monsieur élégant était ravi et m'a proposé de faire quelques pas à ses côtés dans le parc. Ainsi avons-nous déambulé sous un soleil de plomb, je n'ai pas dit grand chose, je l'ai écouté raconté sa vie, sa carrière de chercheur, je ne sais plus très bien, mais c'était chouette. Quand la balade s'est terminée, nous nous sommes poliment dit au revoir. "Gardez toujours votre gracieux sourire Patoumi" a-t-il ajouté avant de tourner les talons.
Quel genre de rencontres et de discussions impromptues peut-on faire dans la salle bondée de Rose Bakery? Si l'on s'en tient aux photos du livre, on a des chances de croiser des Japonaises qui gardent leur bonnet de laine noir pour boire un thé. J'ai voulu leur livre dès que je l'ai vu et, pour ne pas être trop intimidée, j'ai choisi de faire leur cheesecake, une recette simple et rapide (ce qui est un critère important en ces temps mouvementés -une pensée pour S. qui dans le chaos, sait rester vaillante-).
Au final, ce cheesecake est délicieux, même s'il ne révolutionne pas le concept, sa texture est douce et fondante et il présente pour moi l'avantage de disposer de proportions précises alors que je fais toujours mes cheesecakes à vue avec les produits laitiers à disposition.


Le cheesecake de Rose Bakery
Pour huit personnes

La base biscuitée
-180g de digestives écrasés (il y en a chez Monop, pas loin des sachets de levure)
-60g de beurre fondu

La crème
-800g de ricotta
-200g de Saint Morêt ou assimilé
-130g de sucre
-le jus et les zestes de deux citrons
-1 cuillère à café d'extrait de vanille
-une pincée de cannelle qui n'est pas du tout obligatoire
-5 oeufs entiers et un jaune
-200mL de crème fraîche
-une cuillère à café de farine

Mélanger les digestives avec le beurre, étaler la préparation dans un moule en tassant un peu.
Mélanger dans l'ordre les fromages, le sucre, le jus et les zestes de citron, la vanille, les oeufs, la crème et la farine. Bien mélanger, la préparation doit être lisse.
Verser la crème sur les biscuits et faire cuire environ 45 minutes dans un four préchauffé à 180° (la surface ne doit pas dorer, la crème doit rester un peu tremblotante).
Laisser refroidir avant d'entreposer au réfrigérateur pendant une demie journée au moins.
Avec de la confiture de fraises maison, c'est très bon.

20 Comments:

Blogger mingoumango said...

Encore tout un tas de points communs...
Je m'en vais faire des courses, mais je reviens avec plus de détails !

29 mai, 2007 13:50  
Blogger Clo said...

une bien belle histoire!

29 mai, 2007 13:54  
Anonymous Grand Chef said...

Comme ils sont charmants les deux petits vieux!
Il n'y a guère qu'âgés que les messieurs inconnus peuvent faire lever les bras aux jeunes filles avant de les promener au Luxembourg! Quel dommage!

29 mai, 2007 14:12  
Blogger Gracianne said...

Je n'aime toujours pas les cheese-cakes, mais je suis toujours completement sous le charme de tes textes (en plus j'ai appris un mot). C'est amusant, je fais souvent des rencontres au supermarche, des gens qui ne savent pas lire, qui demandent des conseils. On doit avoir une tete a ca.

29 mai, 2007 14:47  
Anonymous loukoum°°° said...

bah moi je ne dois pas avoir une tete à me faire accoster au supermarché! ;)
mais j'ai une tete à aimer ton cheesecake, et pas qu'un peu! :)

29 mai, 2007 16:24  
Anonymous paola said...

On saura pourquoi on te surnome "Patchoumi" non je n'ai pas ris, je te l'assure.
L'allergie, c'est empoisonant mais si Marcel P. souffrait de la même affection...ma foi...Lol
Merci pour le restau. Japonais.
Bonnes soirée

29 mai, 2007 18:53  
Blogger JvH said...

Moi aussi je suis souvent abordée par des inconnus... et j'aborde moi-même souvent! :)
J'aime beaucoup te lire.

29 mai, 2007 19:34  
Blogger mingoumango said...

Au Monoprix, ce sont plutôt des petites vieilles bossues qui me demandent, soit d'attraper un pot de confiture un peu trop haut pour elles (et pourtant, je ne suis pas bien grande), soit pour lire une étiquette.
Pour l'allergie, pareil. J'irais presque gratter l'intérieur des yeux tellement ça me démange...
En revanche, je ne fréquente plus les parcs parisiens toute seule, car les rencontres que j'y fais ne sont pas aussi charmantes que les tiennes...
Et pour le cheesecake, tant que ça reste simple...

29 mai, 2007 20:43  
Blogger mingoumango said...

On a utilisé la même expression "tourner les talons" dans nos billets du jour ;-)

29 mai, 2007 20:45  
Anonymous $ha said...

Un billet plein de trésors! J'ai aimé ce petit récit!
La prochaine fois que je vais au Monop', je fouille tous les rayons à la recherche des Mc Vities!

29 mai, 2007 22:21  
Blogger easykitchen said...

mais non ! le monop c'est soit bobo soit bourgeois ... je fréquente assidument ceux du 17ème quand au cheesecake, cette recette est à tomber. c'est la seule et unique. je rajoute même par perversité des éclats de cacaouettes dans la pate.

30 mai, 2007 07:40  
Anonymous Patrick CdM said...

Ah, un nouveau mot à inscrire pour faire le malin à l'occasion, on voit que tu maîtrises bien ton sujet!
Si un jour on me demande un conseil pour faire un gateau, je resterai titalement muet, je n'y connais rien, je crois même n'avoir jamais mangé de cheesecake! Et pourtant, j'ai souvent du Philadelphia à la maison, mais faire des rillettes de poisson... A bientôt Patchoumi (j'ai pas ris, juste souris!)

30 mai, 2007 11:50  
Anonymous Lisanka said...

Pour Monop;, tu as tout à fait raison! Il y a de tout, des Monop dans des quartiers populaires comme Belleville par exemple. Attendrissante l'anecdote!

Et joli cheesecake :-)

30 mai, 2007 13:50  
Blogger maloud said...

Être disponible pour écouter l'autre nous enrichisse toujours

30 mai, 2007 17:02  
Blogger Hélène (Cannes) said...

Je viens de passer une semaine à new York, où j'ai goûté presque tous les cheese cake de la ville ! ;o))
C'est tellement bon, et je vois que tu le réussis à la perfection !
Bises
Hélène

30 mai, 2007 22:34  
Anonymous aurélie said...

Héhé ! Moi, j'ai souvent des petites mamies qui viennent me chatouiller et me pincer affectueusement le ventre (tiens, subitement, je me demande pourquoi le ventre... faut-il que je le prenne mal ???) Je t'imagine Patchoumi avec ton bras levé :) en même temps il faut bien faire passer l'épi..? (et mince, j'ai déjà oublié !) Ton billet m'a donné le sourire... et une grosse envie de cheesecake ;-)

31 mai, 2007 09:53  
Anonymous eva said...

Rose Bakery, je trouve son livre très intimidant (mais très beau) .. Tu t'es lancée avec un bien joli résultat et j'adorerais faire le banc d'essai des cheesecakes !

31 mai, 2007 22:17  
Anonymous Ninnie said...

Qu'est-ce que j'ai aimé te lire. Tu as le talent pour raconter.
Moi, je ne me fais pas aborder au supermarché... je suis peut-être trop dans ma bulle et du coup, j'ai l'air un peu bête, c'est possible. Je crois maintenant que je ferai attention.

01 juin, 2007 04:17  
Blogger Fabienne said...

Mais le marché St Germain c'est juste à côté de chez moi !!!!

09 juin, 2007 22:34  
Anonymous awoz said...

Ton blog est très agréable à lire, jolies histoires , belle plume et recettes sympathique....
À la prochaine

21 juillet, 2007 16:44  

Enregistrer un commentaire

<< Home