vendredi 6 avril 2007

Les nuits sans sommeil, coke en stock d'où cocacolasia roast chicken

Peut-être qu'il vous arrive, à vous aussi, de passer une grande partie de vos nuits sans dormir. Alors vous connaissez ce moment d'angoisse quand on sent que le marchand de sable est parti en vacances à Bora Bora et qu'il n'est pas prêt de remonter dans un quelconque avion; lui succède la phase d'exaspération où l'on voudrait que ce symptôme disparaisse à jamais et même qu'on serait prêt à renoncer à manger du cheesecake toute sa vie durant pour cela; enfin arrive la phase de résignation où l'on se convainc, épuisé mais malheureusement pas ensommeillé, qu'il faut juste être patient.
Alors, pour me distraire, j'établis des menus pour des invités qui ne viendront jamais dîner, genre Frédéric Chopin, Lady Chatterley, Hervé Guibert, Petit Vampire, Marguerite Duras, les deux Alice, Little Miss Greedy et mon invité favori en ce moment, Vincent D.


Pour varier les plaisirs, je fais aussi d'interminables listes aux thèmes souvent improbables, comme le palmarès des boulangeries qui vendent le meilleur croissant ou, dans le même ordre d'idée, mes petits déjeuners favoris. Je précise qu'il ne m'est pourtant jamais arrivé de me lever pour aller faire un tour dans la cuisine et ouvrir le placard de la débauche, celui qui contient tous les chocolats, les biscuits, et parfois même du nutella et des krisprolls au blé complet.
J'aime bien penser aussi à ce que j'ai pu croiser au détour de ballades furtives et qui me fait envie: des cahiers de la marelle en papier, un pull rayé avec des petits boutons sur l'épaule gauche, des histoires d'ados, des carnets qui donnent envie de voyager...
En ce moment, en écoutant la respiration calme et tranquille de G. perdu dans ses rêves, je me demande ce que je vais concocter pour son anniversaire, tout proche désormais. J'ai quelques idées...
Inévitablement je finis par penser à l'internat et c'est étrange comme on ne se souvient que difficilement, au beau milieu de la nuit, de la prise en charge adaptée d' une crise d'asthme aigu grave. Si le bureau n'était pas aussi loin, je ferais comme en première année, j'allumerais la petite lampe et je compulserais fiévreusement les fiches en question.
Quand j'étais petite et que je ne trouvais pas le sommeil, j'allumais ma lampe de chevet avec son abat-jour rose, je buvais une gorgée d'eau fraîche dans le petit verre en plastique jaune protégé par un couvercle en forme de soleil posé gentiment par mes parents sur le siège Tam Tam blanc au moment de me dire bonne nuit (cet instant était à la fois délicieux et angoissant: j'avais souvent peur qu'ils meurent avant l'aube) et je lisais des Tintin. J'ai appris à lire avec L'étoile mystérieuse, j'avais peur des Sept boules de cristal, j'aimais par dessus tout Tintin au Tibet et Tintin au Pays de l'Or noir.
Et Coke en stock alors?
Et bien il y avait dans le réfrigérateur une canette de Coca que personne ne boirait jamais à cause de sa non lightitude. Il était temps de penser au recyclage.
Je sais que Fegh propose une inavouable recette de poulet au coca mais pour celui-là, je me suis inspirée d'une recette du dernier Régal, qui me plaisait bien avec ses parfums de gingembre et de piment. Pour être honnête, le coca n'a pas grand intérêt dans cette recette (si ce n'est celui de faire de la place dans le frigo) et je pense qu'on peut le remplacer avec bonheur par trois cuillères à soupe de sirop d'érable.

Cocacolasia roasted chicken
-un poulet de votre volailler préféré, le nôtre pesait 1,5kg
-12cL de sauce soja
-3/4 d'une canette de coca ou trois cuillères à soupe de sirop d'érable
-1 cuillère à café de miel
-le jus d'un citron vert
-2 cuillères à soupe d'huile de sésame
-un gros pouce de gingembre en lamelles
-un piment rouge en petits morceaux
-3 échalotes
-4 gousses d'ail passées au presse ail
-4 carottes taillées en batonnets

Dans le plat où va cuire l'oiseau, mélanger tous les ingrédients, sauf les carottes.
Bien en recouvrir le poulet, dessus, dedans, partout. Laisser un peu de gingembre et une échalote à l'intérieur.
Ajouter les carottes.
Faire cuire un une heure et demie dans un four préchauffé à 200° en arrosant l'oiseau aussi souvent que vous y penserez.
Le poulet cuit ainsi est terriblement parfumé, c'était très bon avec un peu de riz mais je crois que j'ai encore préféré la version du lendemain, en sandwich avec de la moutarde, des cornichons, de la salade bien croquante et des rondelles de tomates.
J'ai pris la photo en quatrième vitesse dans le bureau de G., toute impatiente de goûter!

8 Comments:

Blogger Gracianne said...

Ca t'arrive souvent? C'est vraiment super frustrant ces nuits sans sommeil. C'est bizarre, moi aussi je fais des menus, et je finis invariablement par avoir tres faim, du coup impossible de me rendormir. Heureux ceux qui dormenet toutes les nuits d'un profond sommeil.
Le sandwich, meme pris a la va-vite, est tres beau.

06 avril, 2007 15:09  
Anonymous Grand chef said...

Ma femme a le même problème que toi, elle fantasme la nuit sur Vincent Delerm. J'ai déjà remarqué d'amusantes similitudes, en plus de Woody Allen et de bouquiner dans la couette et d'aimer les murs pleins de livres dans les bureaux...

Sauf qu'elle est pas médecin, c'est ballot!

Par contre elle s'endort comme une masse.

06 avril, 2007 20:20  
Anonymous aurélie said...

Je dors peu mais une fois couchée, je m'endors dans la minute ! Je ne connais donc pas ces dîners oniriques, dommage ! En tout cas, je craque pour ce magnifique sandwich

06 avril, 2007 20:55  
Anonymous paola said...

Je vois que ton imagination n'est pas en berne. Ce sandwich est superbe !
buona Pasqua
Ciao

07 avril, 2007 15:42  
Anonymous Grand Chef said...

Bon j'ai oublié de dire que je ne suis pas du tout d'accord avec les Tintin: Coke en stock (à part Szut qui est un personnage sympathique) et Au pays de l'or noir, c'est quand même un peu duraille avec les arabes; bon y bien Abdallah qui apparaît et c'est rigolo, mais sinon...
De toute façon, mon préféré, c'est Vol 714, et pas autre chose!

Sinon... Léonard* aussi a appris à lire avec Tintin, dès avant ses trois ans... d'où son pseudo de Léonard! ^^

09 avril, 2007 19:26  
Blogger Ester said...

Le coca, y'a de la caféine dedans, ca ne t'empêche pas de dormir tiens ? a part ça, comme d'hab, ça en est lassant, je suis d'accord sur tout, en fait surtout avec Petit Vampire, que je cite régulièrement à cause de Marguerite... Voilà, "le caca, ça fait toutjours plaisir" est une phrase-culte chez nous quand on réfléchit à un cadeau, seuls les initiés comprendront !

10 avril, 2007 15:04  
Anonymous Anonyme said...

Bonjour Gourmand(e)(s)
,
Ajouter une demi tasse de ketchup a la sauce et laissez dormir (mariner) votre poulet toute la nuit au frigo avant de le rotir resultat: exquisite!!
J'ai remplacé comme "sidedish" le riz par de l'orzo(langue d'oiseau) et des oeufs durs sublime!!!

Merci pour la recette

Albert

10 avril, 2007 18:05  
Blogger patoumi said...

Gracianne, Aurélie, Paola: je me suis empressée de dévorer le sandwiche dès la photo prise, c'était trop bon!
Grand Chef: ta femme est pleine de qualités et vive Vol 714!
Estérelle: ravie que tu aimes Petit Vampire! En fait, on ne savait plus très bien comment cette canette de coca est arrivée dans le frigo, il fallait lui faire un sort, personne n'en boit jamais ici!
Albert: le coup du ketchup, c'est très fort. J'ai voulu mettre dans le plat des tomates marinées mais je me suis ravisée au dernier moment, sûre que le goût sucré/acidulé du ketchup devait aller à merveille à l'oiseau. Ah et puis laisser mariner la bête, c'est mieux aussi mais j'ai été prise par le temps! A bientôt.

13 avril, 2007 00:24  

Enregistrer un commentaire

<< Home