jeudi 25 février 2010

Quelques endroits où s'asseoir (à Budapest)


Certes, j'ai aperçu quelques croissants (très gros, au feuilletage pâle et mat) dans les boulangeries du quartier mais pour l'instant, j'avoue que j'ai un plaisir non dissimulé à choisir un bon gros gâteau dans les vitrines surchargées des cukraszdas, les pâtisseries locales. N'abandonnant pas l'idée que les choses les plus simples restent mes préférées, je me suis rarement résolue à choisir autre chose qu'un millefeuille à la vanille ou un chou à la crème. La sucrerie (bien que d'une manière générale, les pâtisseries budapestoises sont tempérées en sucre) la plus sophistiquée ayant retenu mon attention reste pour l'instant un parallélépipède étonnant de finesse et de volupté dans son alternance de biscuit chocolaté croustillant, de crème à l'orange et de crème au caramel (et ce n'est rien à côté de toutes ces grosses parts de gâteaux faits de superposition indécente de génoise et de crème au beurre) choisi au mythique Café Gerbeaud, posé sur une place déserte, déserté à partir de 19 heures, et dont les serveuses s'agitent suffisamment pour tout le monde puisse déguster sans avoir trop attendu la douceur difficilement choisie entre tous celles proposées (dont cette mystérieuse Dobos torta qui m'intrigue sans que je puisse décider d'y goûter -trop de couches peut-être).
Deux endroits vraiment chouettes pour un moment de volupté pâtissière:
*Ruzwurm, tout près du château, du labyrinthe et d'un antiquaire qui vend un gramophone, gentiment conseillé par Florence, est un tout petit et charmant salon de thé délicieusement suranné avec deux vitrines de gâteaux démoniaques, l'une pour les gros gâteaux plein de crème et l'autre pour ceux qui ont l'air plus raisonnables, les strudels aux pommes et au pavot, les petits biscuits... Le service est doux et attentioné
*Albertz Cukraszda, qui m'a un peu rappelé Miremont à cause des deux étages et du grand lustre. Ce midi, à côté du chocolat chaud qui se défendait vraiment pas mal (un jour il faudra que je vous parle du chocolat chaud de Grain de vanille, le salon de thé des Maisons de Bricourt à Cancale), il y avait des petits toasts délicats (avec de la purée d'aubergine, du fromage frais, des graines germées...) et puis, bien que je sois habituellement peu sensible à l'appel de la crème pâtissière, mais sans doute le charme d'être à l'étranger y est pour quelque chose, j'ai choisi le millefeuille local, constitué de deux minces feuilletages (assez étranges, pas au goût de beurre comme en France) entourant une couche très très très épaisse de crème pâtissière. Bizarrement aussi, ce n'était pas très lourd.
Non non, je ne passe pas mon temps à manger (ce serait oublier que Budapest est une ville où l'on risque un torticoli à chaque fin de journée à force d'observer la verticalité somptueuse de son architecture, sans compter la Danube et ses ponts, les églises et la synagogue, les musées et leurs ouvreuses mélancoliques, je sais juste moins bien parler de tout ça que des nourritures, terrestres) mais je voulais juste évoquer mon biscuit préféré, celui que je teste partout où ils en proposent. C'est rond et composé de deux sablés tout doux, pas beurrés du tout (la texture des coquetines de la Cocotte), assemblés par de la confiture (souvent d'abricots mais dans la version luxe, ça peut être de la confiture de cranberries), le tout entièrement recouvert de chocolat noir. A côté de l'hôtel, il y a un supermarché ouvert jusqu'à minuit qui vend ce genre de biscuits mais il n'y a du chocolat que sur une seule face. Dommage.
Trois autres endroits où il ne s'agit pas de choisir des petits gâteaux sur plateaux argentés mais plutôt pour boire des mojitos jusqu'à minuit dans une ambiance enlevée:
*Csendes et sa déco complètement folle (genre vous pouvez passer la soirée assis dans une baignoire ou allumer une lampe entièrement composée de poupées en plastique) où se retrouve une foule cosmopolite et joyeuse. Le spiced Cuba Libre y est assez addictif.
*Modern antikvarium, mon préféré! Au rez-de-chaussée une librairie avec des bandes dessinées, de la philosophie et des livres de cuisine, un comptoir avec des biscuits au fromage, une fille en robe-bustier et veste d'officier partageant une énorme pizza achetée juste à côté avec des type mal rasés, trois élèves de classe préparatoire jouant aux cartes en buvant des bières, des couples qui discutent et s'embrassent, à l'étage, c'est très joli et non fumeur mais beaucoup moins animé. La déco est super, plein d'affiches et de dessins. Et le thé est très bon!
*Most, un endroit trop bizarre, immense, enfumé, bruyant mais charmant. Il y a des bougies blanches dans des goulots de bouteille sur les grandes tables en bois. Il y a des garçons veste en velours et sweats à capuche, des filles à frange partout, des robes vintage et des foulards en soie aussi. Et puis un sosie de Benjamin Biolay, tout seul, descendant lentement une immense théière de thé noir en semblant corriger un manuscrit. On peut y dîner de plats indonésiens vraiment hot préparés par Gurung, que je n'ai pas vu mais qui s'y connait en pad thaï.
Et puis il y a ma boutique préférée, un endroit vraiment insolite à Budapest, qui vend des sacs en tissu, des vestes et des cardigans tout fins en matières précieuses, des pulls rayés, des bijoux stylés, des robes de soirées avec des sequins et des escarpins ravissants. La vendeuse ce jour-là avait une frange, une veste léopard, des chaussures à talon et un roman de Salinger à la main. C'est peut-être ça que j'aimais bien.

Ruszwurm Szentharomsag utca, 7
Auguszt Cukraszda Kossuth Lajos utca, 14-16
Csendes Ferenczy Istvan utca, 7
Modern antikvarium Lovohaz utca, 17
Most Zichy Jeno utca, 17
Retrock Deluxe Henszlmann Imre utca 1 (ma boutique préférée, donc)


J'y suis encore pour quelques jours, je vous raconterai!

15 Comments:

Blogger ulije said...

ça donne envie d'y retourner!! Je te comprends mes meilleurs souvenirs sont les pâtisseries si merveilleuses à Budapest...

25 février, 2010 07:27  
Anonymous loukoum°°° said...

Ca a l'air drôlement chouette! Profitez bien des vacances et des gâteaux à la crème...
Je me demande pourquoi mais il est envisageable que Mingou prenne le premier avion en direction de Most ;)

25 février, 2010 07:27  
Anonymous nat@cha said...

J'y suis allée en 1992 avec un club ado, j'avais 15 ans ... et pas le droit de m'échapper de l'auberge de jeunesse pour aller boire des Cuba Libre ...
Tu me donnes vraiment envie d'y retourner ;-)

25 février, 2010 09:05  
Anonymous arrosoir said...

merci pour cette balade, j'attends la suite...

25 février, 2010 09:16  
Blogger Gracianne said...

Mais pourquoi les voyages de Patoumi sont-ils tout plein de gateaux a la creme?
Je reve ou tu n'as pas parle de VD?
Je blague. Merci pour la carte postale gourmande et bonnes vacances.

25 février, 2010 11:12  
Blogger l'oeuf qui chante said...

J'espérais un billet, mais je ne savais pas si ton voyage à Budapest t'en aurait laissé le temps ! J'aime beaucoup ta description "culinaire" de la ville, j'aime beaucoup aussi profité de la nourriture du pays quand je voyage. Par contre, à l'heure du déjeuner, c'est dur de lire toutes ces histoires de pâtisseries exquises...
Mon amoureux a de la famille à Budapest, on y pense depuis un moment mais là, tu me donnes encore plus envie !
Au fait, c'est la première fois que tu y vas ? Ou alors tu as juste le nez pour trouver de jolis endroits ! :D

25 février, 2010 13:05  
Blogger Anne-Cécile said...

Ton billet me replonge dans les jolis souvenirs de mes vacances à Budapest, il y a déjà presque 2 ans... Les échafaudages en bois qui recouvraient une partie de la façade du parlement, les travaux dans une grande partie de la ville, j'ai adoré ce patrimoine impressionnant qui s'intégrait dans la volonté de modernité... J'avais aussi fait une escale à Ruszwurm (et bien sûr chez Gerbeaud, comment passer à côté?), par contre je regrette un peu d'être passée à côté de Retrock Deluxe!
Et puis je n'ai aucun souvenir de ton biscuit préféré, il va falloir que j'y retourne !! Profite bien de la fin de ton séjour.

25 février, 2010 16:25  
Anonymous Lullabyz said...

Yummy!
Bon séjour!

25 février, 2010 17:35  
Anonymous Camille said...

La Dobos Torta, c'est un must ! je me souviens avoir passé de longues heures dans un ouvrage classique de la cuisine hongroise, qui en parle pendant plusieurs pages : c'est vraiment un classique. Les couches sont fines, mais toutes composées de la même manière.

25 février, 2010 18:48  
Anonymous bergeou said...

Une chouette ballade gourmande, merci de nous faire partager ça.

25 février, 2010 19:10  
Anonymous clquipopotte said...

Merci pour cette jolie escapade gourmande ...
CLquipopotte♥♥♥

25 février, 2010 23:06  
Blogger Mingoumango (La Mangue) said...

Où ça Benjamin Biolay ???
J'arrive tout de suite ! :->

Tu m'as presque convaincue de faire un crochet par Budapest lors de mon prochain séjour à Vienne...

26 février, 2010 08:10  
Blogger Marie said...

ah tout çà me fait envie, et me rappelle aussi que j'ai définitivement besoin de vacances !
Profites en bien!
Je m'envole pour Oslo dans très peu de temps, j'espère que ce sera aussi bien que Budapest !

26 février, 2010 16:55  
Anonymous rose said...

J'entends ici l'appel du chocolat chaud et des gâteaux à la crème (alors que moi aussi les gâteaux à multiples couches m'effraient un peu). Ah ! Je ne connais pas Budapest !

26 février, 2010 23:11  
Blogger patoumi said...

Je reprends l'avion demain!
Ulije: j'aime aussi beaucoup les rives du Danube
Loukoum°°°: bah en fait j'ai voulu le prendre en photo pour Mingou mais c'était vraiment pas discret et en plus, elle m'aurait dit qu'elle préfère le vrai! Sinon, effectivement, j'ai rarement mangé autant de gâteaux de ma vie (mais pas trop à la crème finalement parce que TOUT est vraiment crémeux, y compris le chocolat chaud)
Nat@cha: j'ai mis du temps à voyager, mes parents étaient assez casaniers et je détestais les gens de mon âge... (oui, je suis difficile à vivre! Mais ça s'arrage avec le temps!)
Arrosoir: je parlerai peut-être d'autre chise en fait...
Gracianne: parce que j'adooore la crème! Mais enfin, ici, il y en a vraiment partout... Sinon, si si, le titre devrait parler aux fans de Vincent Delerm! (incorrigible je suis!)
L'oeuf qui chante: il ne faut pas hésiter à aller à Budapest!
Anne-Cécile: il y a encore plein d'échafaudages (et des balcons qui s'écroulent)
Lullabyz: merci!
Camille: j'en ai goûté une (à Daubner) et oui oui c'était très bon (et très fin).
Bergeou: merci pour ta fidélité!
CL: merci!
Mingou: ah mais tu sais il a aussi des sosies en Bretagne ^^
Marie: Oslo! Lucky you!
Rose: je na'i jamais bu autant de choco chauds de ma vie!

26 février, 2010 23:43  

Enregistrer un commentaire

<< Home