dimanche 25 avril 2010

En attendant l'été -un cheesecake vanille-fraise comme il les aime-

Contre toute attente, malgré le temps plus qu'avenant, les vacances scolaires et le fait que les Inrocks aient mis le troisième disque de Vincent Delerm dans leurs cent albums des années 2000, les sentiers côtiers du Finistère étaient systématiquement déserts. L'eau était blue lagoon et l'air chargé de parfums qu'on pourrait résumer par "il y a des fleurs même dans les rochers".
Sur les sentiers balisés, plus tard assis sur une végétation duveteuse, en contemplant la courbure de l'horizon, nous avons parlé de voyages (il pense que j'aimerais les terres australiennes) et de spaghetti alle vongole. Et de ukulélé.
De façon inconsciente, l'itinéraire emprunté n'était qu'une tentative silencieuse destinée à retrouver un petit hôtel au bord de l'eau où nous avions jadis échoués, chambre immense sur parquet et thé brûlant derrière les grandes fenêtres. Il était toujours posé au bord de l'estuaire. Mais nous avons finalement dormi ailleurs, dans la crainte que ne se vérifie le fait que la répétition va souvent de pair avec l'érosion du bonheur, lorsqu'il survient par hasard.
Le seul évènement supra désespérant fut l'apparition de symptômes physiques qui m'ont anéantie et ont conduit à un rapatriement rapide vers notre appartement où il me fut imposé un régime difficile à base de pizzas et de riz au lait. Le rétablissement fut prompt.
Etrangement, ce retour prématuré n'a en rien entamé le plaisir d'être en vacances.
J'ai déchiffré des petits morceaux pour le retour de la prof de piano, j'ai fait développer une pellicule de mon Lomo (certaines photos se sont révélées inutiles et moches mais d'autres m'ont ravie, elles me confortent dans l'idée que j'aime les photos un peu ratées, un peu tremblantes et que, comme pour l'esthétique des filles -et des garçons-, j'aime bien quand il y a quelque chose qui cloche. La perfection ennuie mon oeil), j'ai lu pas mal (et relu au moins cinq fois l'article d'Alain Bergala intitulé Les jeux du choix et du hasard dans le numéro des Cahiers consacré à Rohmer), j'ai écouté Noah and the whale en me sentant un peu triste parce que j'adore The squid and the whale de Noah Baumbach mais je me suis sentie un peu trahie quand j'ai essayé de voir, avant-hier, La vie aquatique, dont il est co-scénariste. Mince alors, qu'est-ce qui fait que ça me parle moins, que je n'arrive à me reconnaître dans rien? Il y a pourtant ce truc très andersonien de faire rire de choses infimes et pas forcément risibles au départ, et puis aussi le personnage de leader qui dirige les choses de façon un peu vaine mais ce soir-là, je suis restée hermétique (je vais finir par appeler ça le coup d'un Conte de Noël) (j'espère que P. ne m'en voudra pas). Mais les chansons de Noah and the whale, elles sont bien!
J'ai néanmoins évité de les servir en bande sonore à G. qui n'aime pas trop et dont l'anniversaire fut fêté avec un peu de retard à cause de moi et des failles de ma santé. Outre un dîner incroyable à Tanpopo (encore! C'est de la faute de I., une lectrice-amie. Croisée un matin dans le bus 64, elle m'avait vraiment donné envie d'essayer le dîner en sept plats) où le menu s'intitulait Promenade de l'arrivée du printemps (souvenir ému du joli flacon de saké tout doux et frais ainsi que du sashimi de bar au lard de colonnata surmonté d'un condiment rhubarbe-anchois-câpre), j'ai essayé de respecter son désir de birthday cake, un cheesecake vanille-fraise avec une couche bien épaisse de biscuits (j'ai l'impression que cette demande est très masculine, elle a plusieurs variantes dont "Tu pourrais faire un crumble avec beaucoup de pâte?").
Si vous voulez essayer:

Cheesecake vanille-fraise
Pour un moule de 20cm de diamètre à bord haut

La croûte
-150g de speculoos
-150g de shortbreads
-100g de beurre fondu refroidi
(en fait au final, je n'ai pas tout mis)

La crème
-4 petits-suisses (240g) égouttés
-100g de fromage frais à tartiner
-150g de crème fraîche épaisse
-50g de sucre
-2 oeufs
-les graines d'une gousse de vanille
-le zeste d'un demi petit citron

Les fraises
-500g de fraises
-du sucre

Ecraser les biscuits en miettes irrégulières, les mélanger au beurre fondu.
Les répartir dans le fond du moule en tassant bien avec le dos d'une grande cuillère.
Réfrigérer.
Préchauffer le four à 180°.
Pendant ce temps préparer la crème.
Assouplir le froamge frais, ajouter les petits-suisses puis la crème. Mélanger.
Ajouter le sucre, la vanille, le zeste puis les oeufs, un à un, en mélangeant à chaque fois.
Enfourner la croûte une dizaine de minutes puis baisser le thermostat à 130°.
Verser la crème sur la croûte et réenfourner pour une heure environ: les bords ne doivent pas dorer, la crème est encore tremblotante au milieu.
Laisser refroidir à température ambiante avant de réfrigérer (24h, c'est bien mais à 48h, il est encore meilleur, avec un bon goût de vanille).
Le jour j, laver, secher, équeuter, couper les fraises, les saupoudrer de sucre et laisser reposer au frais.
Servir ensemble!
Il a beaucoup aimé.
Une autre recette de cheesecake vanille-fraise qui fait très envie chez Fanny.


Bonus!
Estérelle and pigs in blanket (not a new rock group)

Le soir où je cherchais le dvd de La vie aquatique, j'ai traîné au rayon cuisine d'une librairie que je n'aime pas trop mais qui a l'avantage de rester ouverte assez tard. Les énièmes parutions sur les croques et les verrines m'ont un peu déprimée mais il y avait aussi le nouveau livre d'Estérelle (oui, cette jeune femme lettrée qui aime le violet, le citron, la rhubarbe et les chaussures, celle qui sait faire la poitrine de cochon de la Régalade, celle dont je rêve de goûter la blanquette ou l'osso buco) et je suis allée le chercher hier après-midi, après le marché, après le déjeuner. J'aurais pu mettre des sandalettes tellement il faisait beau.
A la maison, assise en tailleur sur le canapé du bureau, j'ai dévoré sa série de criminels et leurs recettes associées. En plus de mettre en appétit, ces pages m'ont rappelé des lectures anciennes et comme Iago était un sacré scélérat (saviez-vous qu'Othello est aussi le nom d'un gâteau?). Les illustrations sont bien senties et j'ai évidemment une tendresse particulière pour le parfait au cassis et la rédaction de sa recette qui accompagne le chapitre sur La disparition de Perec.
Quand je suis arrivée au chapitre sur le Grand Méchant Loup, je fus saisie de l'envie immédiate de préparer des pigs in blanket, comme on appelle outre-Atlantique les feuilletés à la saucisse, compagnons parfaits du petit verre de début de soirée. Délicieux et à croquer tout chaud!
(Autre avantage: utiliser les deux derniers petits-suisses rescapés du cheesecake)

Pour une douzaine de bouchées (modifications minimes)
-120g de farine
-60g de beurre mou (ici demi-sel, sinon ajouter 1/2cc de sel)
-2 petits-suisses
(c'est sa pâte à tarte magique!)
-1CS de moutarde
-1/2CS de miel
-1/2CS de crème épaisse
-2 grandes saucisses de Strasbourg
-un peu de lait

Tamiser la farine.
Ajouter le beurre et les petits-suisses.
Amalgamer pour former une boule de pâte.
Etaler cette pâte sur un plan de travail fariné sur une épaisser de 4-5mm.
Mélanger la moutarde, le miel et la crème puis répartir ce mélange sur le rectangle de pâte.
Déposer une saucisse, l'enrouler de deux tours de pâte et couper pour obtenir un rouleau.
Répéter l'opération avec la deuxième saucisse.
Dorer les rouleaux avec un peu de lait.
Couper des petites bouchées à faire cuire une vingtaine de minutes sur une plaque recouverte de papier sulfurisé dans un four à 180°.
Super bon brûlant avec du ketchup!

36 Comments:

Blogger ulije said...

Le cheesecake à l'air très bon, si seulement j'avais le temps de cuisiner (et un four accessoirement..).

25 avril, 2010 19:15  
Anonymous rennette said...

quel dommage d'avoir été souffrante mais la maison et le cocon c'est bien aussi, non ?
l'ukulélé ca m'interpelle... car je veux en jouer depuis des années et le marchand de musique en bas du bureau vend des méthodes et ce charmant instrument ...
j'ai fait des pancakes au lait ribot après midi et j'ai dû gourmander petite dernière bien trop gourmande...donc à refaire !! je viens de te faire un petit mot email... à mercredi peut-être ?

25 avril, 2010 20:32  
Anonymous rauschy said...

je salive souvent devant les cheesecakes, mais celui là est sans doute le plus attirant que j'aie jamais vu !!! miam !

25 avril, 2010 20:53  
Anonymous Anonyme said...

C'est toujours un plaisir de te lire et de découvrir tes nouvelles recettes. Pourrais-tu m'indiquer où tu as acheté ton lomo et le modèle de celui-ci ? Je te remercie par avance et te souhaite une belle soirée ! Bises, Claire.

25 avril, 2010 21:37  
Blogger patoumi said...

Ulije: vivement le temps où tu auras le temps!
Rennette: petite dernière a bon goût! J'espère que les autres ont aimé aussi... A mercredi!
Rauschy: alors chez Loukoum°°°, il y en a qui ont l'air vraiment dément!
Claire: mon Lomo (un simple Diana F+) m'a été offert il y a deux ans avec un réabonnement aux Inrocks (d'ailleurs ce fut mon seul motif de réabonnement). Sinon, ils sont en vente sur leur site (avec tous leurs jolis modèles). A Rennes, il y en a place des Lices à côté de Aperçu.

25 avril, 2010 21:42  
Blogger sab le plaisir de gourmandise said...

heureuse de te relire et de voir cette belle recette de cheese cake

25 avril, 2010 21:43  
Anonymous malou said...

bonjour ! Othello est aussi une variété de raison avec un parfum extraordinaire de framboise... un régal et une merveille d'apéritif vénitien... que de belles choses avec Othello !

25 avril, 2010 21:47  
Anonymous clquipopotte said...

J'ai envie autant du verre de début de soirée , bien accompagné , que du birthday cake , quand il est comme le tien ...
CLquipopotte♥♥♥

25 avril, 2010 22:12  
Blogger reinette said...

je n'ai jamais lu les livres d'Esterelle, celui-ci à l'air génial, vraiment original! j'ai très très envie de me l'acheter

26 avril, 2010 08:31  
Blogger Mingoumango (La Mangue) said...

Ca fait des semaines que mon poulet me réclame du cheesecake. Comme je suis sûre qu'il va lire ton billet, je vais être obligée d'en faire très rapidement.
On réfléchit à des vacances estivales en Bretagne (peut-être la côte sud)...
Happy B. à G. en retard.
Bisous.

26 avril, 2010 10:11  
Anonymous Anonyme said...

Merci pour les références du lomo et pour ta réponse si rapide ! :-) Un bon début de semaine avec le soleil ! Bises, Claire.

26 avril, 2010 10:11  
Anonymous arrosoir said...

je partage ton goût pour l'imperfection : les flous, les hors cadres et les petits riens qui font tout...

26 avril, 2010 10:14  
Blogger the_young_dude said...

Mon dieu, ces petits cochons en chemise.. ils ont l'air si seuls, on les mangerait bien tous (d'un coup).
Au fait, et ça n'a rien à voir, as-tu reçu ma carte du Colorado ? Quelques-unes de mes cartes se sont perdues en cours de route, d'où ma question !

26 avril, 2010 10:35  
Blogger Ester said...

Ohh merci Patoumi ! Je suis tellement contente que le livre te plaise... et que tes petits cochons soient rôtis à point ! Quant à la vie aquatique... j'adore bien sûr ce film, comme tous les Wes Anderson (as-tu vu Rushmore ? quel régal !) et par un drôle de hasard, j'ai beaucoup écouté la BO du film en écrivant les criminels :-)
@Malou : tout à fait ! mais c'est une variété de raisins désormais interdite pour un usage viticole... on me l'a décrit comme étant "foxé", c'est-à-dire au goût d'urine de renard (charmant adjectif non ?)... et nous voilà rendus à Fantastic Mr Fox :-)

26 avril, 2010 10:47  
Anonymous rose said...

J'aimerais bien voir une de tes photos tremblées, même si j'aime bien ces images de plats offerts devant de si jolies tuniques.
Le livre d'Estérelle a l'air d'être un indispensable (j'aime bien celui sur les babas mais elle avait moins de place, semble-t-il, pour raconter des histoires).

26 avril, 2010 15:46  
Anonymous Camille said...

Je comprends mieux pourquoi tu t'es réabonnée aux Inrocks, le Lomo fait un peu partie de mes fantasmes - j'avais lu un petit article dessus il y a des années dans Photo, et régulièrement j'essaie de me souvenir du nom de l'appareil.
J'ai entendu Estérelle en cherchant France culture vendredi (j'ai eu la chance de tomber sur le début de l'interview, et de pouvoir éviter Stéphane B. que je n'aime pas trop)
Tu as une robe comme toujours exquise.

26 avril, 2010 19:05  
Blogger patoumi said...

Sab: ce cheesecake est probablement le meilleur cheesecake que j'ai jamais fait!
Malou: ah mais maintenant j'ai très envie de goûter à tous ces Othello!
CL:merci!
Reinette: celui- là il est vraiment bien...
Mingou: je pensais pas que ton poulet me lisait encore... Pour la Bretagne, je trouve la côte sud assez decevante par rapport au reste... On en reparlera!
Claire: mais de rien! Bonne semaine aussi!
Arrosoir: en fait comme je suis assez nulle en photo (pas comme mes copines blogueuses), je me cherche des excuses... ^^
Pia: sorry, j'ai bien reçu la carte du Colorado et je voulais t'en envoyer une mais... bref, elle arrive bientôt! Merci!
Ester: toujours l'élégance du propos! Pas vu Rushmore, j'arrive pas à tomber sur le dvd :-(
Rose: oui, c'est un must have! Le chapitre sur Sade et Médée m'ont beaucoup plu!
Camille: le poste de radio de la cuisine a toujours son curseur sur France Culture, avec même un petit autocollant pour marquer sa place au cas où il serait déplacé malencontreusement! Sur le site des Lomo, il n'y a que des tentations!

26 avril, 2010 19:22  
Anonymous I. said...

Comme je suis heureuse d'avoir été à l'origine d'un dîner incroyable :-). Et quel plaisir de me voir qualifiée de lectrice-amie (je rougis). Qu'avez-vous pensé des deux premiers plats (la verrine et le "surimi" qui n'a rien à voir avec le surimi que nous ne connaissons que trop, qui sont les deux plats qui m'ont le plus bluffée) ? Tu m'as aussi drôlement donné envie de tester la formule midi, et je serais ravie que nous puissions y aller ensemble un jour. Des bises.

26 avril, 2010 20:30  
Anonymous Camille said...

Chez nous aussi (au grand dam de mon petit frère, qui supporte difficilement les écoutes ferventes du samedi matin), mais là j'étais chez mes parents, qui sont plutôt France Musique.
(information de haute importance..)

26 avril, 2010 20:52  
Anonymous Anonyme said...

Je suis sûre que ce cheesecake pourrait me réconcilier avec son espèce.

Sinon, je ne sais pas si c'est un truc de fille mais je préfère les crumbles avec plus de fruits que de miettes, et c'est pareil pour tous les gâteaux aux fruits d'ailleurs. Même pas pour des raisons diététiques, mais par goût.

Le lomo, ça a l'air très amusant. J'aimerais bien essayer. Je connais quelqu'un qui dit que c'est un peu un piège parce qu'on peut facilement se cacher derrière "l'effet lomo". En tout cas la photo argentique, c'est vraiment plus intéressant.

Concernant Wes Anderson : pour moi, il y a quelque chose de décevant dans tous ses films (enfin, dans ceux que j'ai vus).

Au plaisir de vous lire, et merci pour les bonnes recettes.

26 avril, 2010 23:13  
Blogger patoumi said...

I.: mais de rien! Faudrait qu'on se voie bientôt! Mais on va peut-être attendre un peu pour Tanpopo, non? ^^ J'ai trouvé le premier plat étourdissant, surtout l'effet sous la dent des oeufs de saumon en contraste avec la crème de chou-fleur. Mais ce que j'ai préféré, c'est vraiment le bar. Et aussi les petites entrées du milieu de repas (!)
Camille: France Musique! Notre deuxième petit autocollant. le poste de la cuisine est très vieux. (information de haute importance)
Anonyme: comment vous n'aimez ni les cheesecakes ni Wes Anderson! Vous devez vous ennuyer sur ce blog! :-) Et Vincent Delerm? Merci de me lire! (c'était exactement ça pour moi le Lomo, une excuse mais finalement j'aime tellement ça que j'en fais autre chose!)

26 avril, 2010 23:30  
Anonymous MaRong said...

Whaaa, tu es citée sur le blog de Guillaume Long, http://long.blog.lemonde.fr/2010/04/26/carnet-de-budapest-n%C2%B04/ la classe !
Il y a de grandes chances pour que j'aille travailler à Budapest, et savoir que lui et toi, gens de goût, avez aimé, ça me motive !

27 avril, 2010 06:10  
Anonymous Anonyme said...

Mais justement, je crois que j'aimerais votre cheesecake, en fait.

Ce n'est pas que je n'aime pas WA, au contraire ses films ont qq chose d'aimable et de charmant, mais ils me déçoivent - je ne sais pas pourquoi.

Pour VD je ne sais pas, je connais très mal sa musique. En tout cas j'aime bien lire ce que vous dites de lui.

Cool que vous ayez du plaisir avec le lomo. Vous n'avez jamais essayé le sténopé ? Une boîte noire, appareil simplissime, sans optique, que l'on peut faire soi-même. simple et émouvant, un peu comme si on revenait aux origines de la photo.

bonne journée

27 avril, 2010 08:45  
Anonymous Blog planchas Forge Adour said...

En voilà de bonnes recettes. J'en prend bonne note :)

27 avril, 2010 09:29  
Anonymous clquipopotte said...

Un p'tit truc pour toi chez moi ...
http://clquipopotte.wordpress.com/2010/04/27/240/
CLquipopotte♥♥♥

27 avril, 2010 21:57  
Blogger l'oeuf qui chante said...

Ton cheesecake fait terriblement envie (surtout les fraises en fait !). Le début de ces vacances avaient l'air bien joli, dommage qu'elles aient été écourtées. Enfin, tu ne sembles pas trop le regretter.
Ça fait un moment que j'hésite à acheter un lomo, j'ai failli il y a quelques mois, mais j'ai eu peur qu'il reste dans un placard. Pourtant l'argentique me manque et en entendre parler me redonne envie... J'avais beaucoup aimé the Squid and the whale, et lorsque mon amoureux m'a parlé de Noah and The Whale, je me rappelle lui avoir dit : "tiens, comme le film ?", ignorant que ça avait un quelconque rapport (le nouveau film de Noah Baumbach sort ce mois-ci d'ailleurs, tu as vu ?). Je me souviens avoir beaucoup aimé "La vie aquatique" au cinéma, mais je me demande si ce n'est pas lié au fait que j'étais en Angleterre et que je revois tous ses souvenirs en rose, ou à la merveilleuse amie avec qui je l'avais vu. Il faudrait que je le re-regarde.
Oh, et à force de rêver de Tanpopo, je pense que mes vacances d'été vont m'emmener à St Malo, à Dinard, et à Rennes (et sûrement un peu à Nantes, évidemment).

27 avril, 2010 23:58  
Blogger patoumi said...

MaRong: j'ai rougis! Il a en tout cas suivi deux supers conseils!
Anonyme: vous êtes la deuxième personne en deux jours à me parler de sténopée: je vais m'y pencher!
CL: alors il y a certes longtemps mais je crois que je ne vais pas avoir le courage de m'y plier à nouveau j'avais répondu à ce genre de questionnaire! Je crois que j'aime mieux semer des indices dans les billets... Mais merci d'avoir pensé à moi!
L'oeuf qui chante: n'hésite pas à me dire si tu passes à Rennes... Je n'ai toujours pas compris ce qui s'était passé chez moi avec La vie aquatique... J'ai regardé la bande annonce du nouveau Noah Baumbach (en fait c'est un hommage que voulait lui rendre les membres de Noah and the whale) et... j'ai peur du coup d'un Conte de Noël :-(

28 avril, 2010 00:40  
Anonymous P. said...

Comme si j'allais t'en vouloir ;)
Moi qui vous imaginais toute la semaine dans des hôtels avec vue, je suis quand même rassurée que le retour forcé n'a semble-t-il pas été désagréable...
(et tout à fait d'accord: il faut souvent garder ses souvenirs plutôt qu'essayer d'y retourner...)

29 avril, 2010 07:49  
Anonymous Melendili said...

Oh Patoumi je viens de lire les archives de votre/ton blog en deux nuits, j'aime l'équilibre gracieux de vos billets pleins de vie, je ne sais pas par quelle recette ou quels films commencer, tout à l'air délicieux !

29 avril, 2010 10:23  
Blogger patoumi said...

P.: j'ai beaucoup pensé à toi en allant chercher le dvd! Et je te reconnais aussi dans ce que tu dis des souvenirs... On n'a toujours pas dit, pour Paris l'été!
Melendili: merci, je trouve ça courageux d'affronter le fait que la configuration des pages (que je ne sais pas comment changer) rende ardue la consultation de toutes les archives qui sont deplus loin d'être passionnantes, en tout cas pour le splus anciennes!

29 avril, 2010 14:50  
Blogger l'oeuf qui chante said...

Le voyage à Rennes n'est encore qu'hypothétique, mais si je viens, je te ferais signe, avec grand plaisir. Une amie m'avait dit beaucoup de bien d'"Un conte de Noël", mais je ne l'ai toujours pas vu. Si je comprends bien, tu n'as pas aimé ? Sinon, j'ai oublié de te remercier pour la découverte du livre d'Estérelle. Elle passe à la Cocotte jeudi, je vais essayer d'y faire un tour, ce livre a l'air terriblement tentant !

02 mai, 2010 23:19  
Blogger patoumi said...

L'oeuf qui chante: en fait, j'avais un rapport presque passionnel à Desplechin, j'adore ses premiers films et notamment, évidemment, "Comment je me suis disputée... (ma vie sexuelle)" dont je connais les plans et les répliques par coeur (il dure trois heures quand même!) et puis il y eu "Un conte de Noël" et c'est comme si je m'étais sentie trahie. Je raconte ça sur un des billets du blog mais ça fait longtemps..

03 mai, 2010 00:06  
Blogger l'oeuf qui chante said...

Ah, je n'ai pas lu ce billet. Il faut dire, j'avoue, que je n'ai pas parcouru toutes tes archives... pas encore !

03 mai, 2010 17:10  
Blogger patoumi said...

L'oeuf qui chante: horribles fautes d'ortho dans ma réponse! Mais le "e" à disputé dit bien comment je m'étais appropriée le film... Et c'était "il y a eu".
Mes archives me font en fait parfois un peu honte...

03 mai, 2010 18:05  
Blogger l'oeuf qui chante said...

Je peux comprendre. Ça me rappelle quand je relisais mon journal intime quelques mois après, quand j'étais ado. J'avais super honte d'écrire de pareilles idioties (qui me semblaient si vraies sur le moment pourtant)...

05 mai, 2010 22:54  
Blogger Mingoumango (La Mangue) said...

Vive Tanpopo et les cheesecakes à croûte épaisse ! :->

07 juin, 2010 11:38  

Enregistrer un commentaire

<< Home