jeudi 10 septembre 2009

Les gens qui trop écoutent leur coeur se balancer -une virée chez Cozic-

J'ai beau essayer, cacher mes cd derrière des paquets de farine ou des tas de collants roulés en boule, je n'y peux rien, la chanson qui me poursuit en ce moment un peu partout c'est celle-là. J'ai presque envie de la manger tant elle me ravit. N'empêche il y a des choses sur lesquels vous pouvez compter (comme sur une paire de ballerines noires Le Plagiste, un nouveau sac April Showers, un moule à fond amovible, le poulet rôti-purée de Marianne, la tarte aux pommes de ma maman, les chansons de Vincent Delerm), et puis d'autres qui vous déçoivent comme une magnifique entrecôte servie sur une assiette froide. Une douche froide, c'est un peu l'effet que m'a fait le nouveau film de Christophe Honoré jeudi dernier. J'avais beaucoup aimé Les chansons d'amour et encore plus La belle personne (et aussi son texte sur Delerm vous voyez, je ne m'en sors pas!) mais là, vraiment, même si Chiara Mastroianni est épatante, j'ai trouvé ça miteux. Le scénario bâclé, les personnages secondaires inexistants, le frère de Christophe Honoré qui fait du sous Louis Garrel ( très bien dans ma scène préférée, celle du dîner avec sur la table des endives au jambon et de la tartiflette), les plans super moches, Jean-Marc Barr pire que ce que j'imaginais, l'horreur. C'est étrange comme on peut être blessée de ne plus se reconnaître dans le travail de quelqu'un qu'on a tant admiré.


Les temps derniers, il y a eu à la suite plusieurs nuits passées à travailler à l'hôpital. Comme un peu partout, celui- de Rennes est situé un peu en périphérie de la ville et comme un peu partout aussi, le lieu est ceinturé d'un mur en pierre intimidant parce qu'il ne s'agirait pas que quelqu'un s'échappe. A l'hôpital, toutes les portes sont fermées et vous n'avez pas intérêt à oublier vos clefs. C'est comme un village miniature, il y a l'épicerie-café, le potager, les terrains de foot et de tennis, les ateliers poterie, cuir, encadrement, la Poste, la banque, la petite école et même la chapelle et l'aumônerie. La nuit, avec ma sempiternelle tartine de Nutella qui me console de ne pas pouvoir dormir (ou d'être réveillée alors que je commençais à m'endormir. Rien de pire que d'être au lit depuis une demi-heure et d'être réveillée par le téléphone qui vous annonce qu'il faut sortir pour aller voir quelqu'un qui ne va pas bien. Parfois on préfère ne pas se coucher), je fais bien attention de marcher au milieu de la route principale et non sur le côté, les buissons me font un peu peur. On entend au loin la rumeur de la ville et plus proches, les souffleries des cuisines et des portes qui claquent, je n'ai jamais su vraiment où. Je croise des chats et des escargots que je veille à ne pas écraser. Je frissonne à chaque bruit de coquille écrasée. Sur le chemin, entre les tilleuls, les saules pleureurs, les pommiers, je me sens un peu seule.
Mais le grand avantage, c'est que les lendemains de garde sont des repos imposés (et permettent ainsi de recevoir des amies ou d'aller acheter un sautoir ou de traînasser à rêvasser et lire toute la journée) et comme il faut se récompenser, on a le droit de s'offrir un millefeuille Cozic, franchement super bon: feuilletage dense et léger comme un Woody Allen dans une microscopique salle de la rue Champollion quand j'étais ado, crème à la vanille parfumée et pleine de grains sombres, rassurante comme une chanson de... ouais bon je vais pas encore vous faire le coup.



Cozic, c'est vraiment une chouette boulangerie.














Cozic, 10 rue Saint Hélier à Rennes, ouvert tous les jours jusqu'à 20h, sauf le dimanche.

Il y a d'autres nuits qui commencent sur des terrasses, au milieu de petites places entourées d'arbres immenses. J'étais assise face à deux garçons qui commençaient à se connaître. L'air était doux, j'étais bras nus, nous avions traversé la ville après avoir dîné dans mon restaurant japonais préféré, spécialement pour finir la soirée à cet endroit. Dans l'obscurité, à travers le feuillage, on devinait la sihouette imposante d'une église, et en levant la tête, on voyait la lune derrière son clocher. J'ai pris un thé (à la menthe, parce que c'était le seul thé vert qu'ils avaient), ils ont pris une bière, différente. Il ont demandé "Mais ça se passe où déjà A l'ombre des jeunes filles en fleurs?" J'avais oublié.
A la table d'à côté, j'avais reconnu une fille, dont je sais, par diverses sources recoupées, qu'elle est interne en psychiatrie aussi, à Rouen. C'est une grande fille blonde qui portait ce soir-là une mini jupe en jean, un sweat à capuche imprimé de petites étoiles et un foulard écossais. Aux pieds des Vans pastels. Elle allumait cigarette sur cigarette. Autrefois je l'ai croisée au cinéma, sans jamais oser lui parler. A côté d'elle, un garçon brun très maigre, grand nez, lunettes carrées et Converse basses (vertes). Et puis plein d'autres gens autour de la table, qui font à peu près tous la même chose dans la vie.
Je ne sais pas très bien où je veux en venir. Peut-être que je trouve que les internes de Rennes m'attirent moins. Qu'ils sont moins marrants. Que j'ai l'impression de n'avoir pas grand chose à leur dire. Que j'ai souvent peur qu'ils me trouvent nulle et parfaitement incompétente quand ils accueillent certains de mes patients qui vont mal. Qu'il me trouve un peu surannée. Je suis complètement petrifiée dès qu'ils constituent une petit assemblée. G. a dit pour me rassurer quelque chose comme "Oui mais tu sais l'habit ne fait pas le moine" (mais quand même la fille blonde, elle a l'air vraiment chouette!)
Le lendemain j'ai recroisé le garçon maigre en sortant d'un marchand de journaux, il portait des tongs et à l'épaule un sac en tissu. J'ai faillit lui dire un mot, mais en fait non. C'est plus simple d'écouter des chansons de... [ahem]

47 Comments:

Blogger Grégoire said...

ces photos sont indécentes, je crève la dalle.

10 septembre, 2009 15:51  
Anonymous rose said...

Le film de Christophe Honoré que je préfère, c'est "dans Paris", la scène avec la chanson de Kim Wilde me fait sourire et pleurer en même temps. C'est terrible de ne pas croire à un film qu'on attendait avec impatience ; j'ai déjà été déçue par "La belle personne" ("à cause" de la princesse de Clèves) mais j'ai quand même envie de voir cette histoire assez bretonne, en plus, non ?

10 septembre, 2009 17:03  
Anonymous bache said...

Peut être que je suis un peu méchante à l'égard d'Honoré, mais la Belle personne, sans Louis Garrel.. aurait-ce été pareil? Je ne sais pas si le film en lui-même était bien, ou les acteurs..

10 septembre, 2009 17:15  
Blogger anne-cécile said...

Justement, j'hésitais à aller voir ce film (peut-être un peu à cause de Louis...). Je vais probablement passer mon tour alors, moi qui ai adoré "Les chansons d'amour".
En tout cas tes photos donnent très envie de découvrir Cozic (surtout à l'heure du goûter)
Et il faut aussi que je te remercie pour la découverte de la marque Polder, qui visiblement a le bon goût d'être disponible dans un certain nombre de boutiques parisiennes ;) - ce qui n'a pas l'air d'être le cas pour Cozic, malheureusement...

10 septembre, 2009 17:42  
Blogger croukougnouche said...

c'est horrible comme les parts de moka sont ENORMES!!!!
C'est carrément du vice quand on pense à la crème au beurre au café qui doit être succulente!!!
en fait , çà fait vraiment peur
tellement on en a soudain envie...

10 septembre, 2009 17:49  
Anonymous I. said...

Oh, le bruit de la coquille écrasée... J'ai une fois été pétrifiée par ce bruit alors que je sortais de chez des amis, tard, dans la nuit noire (sérieux, ce bruit m'avait fendu le coeur sur le moment).

10 septembre, 2009 18:01  
Blogger les chéchés said...

le chemin la nuit entre les buissons et les escargots me fait frémir.
la croûte à thé (?) a l'air sublime (tu as goûté?)
j'ai aimé la belle personne (beaucoup, même) mais l'hésitation reste là, je ne sais plus si je vais aller voir son nouveau film (il signe son meilleur film, et puis, on en parle partout partout... et je te fais confiance)
(et c'est joli, d'écouter son coeur se balancer, même si c'est angoissant, non?)
merci pour ce long billet soyeux qui fait du bien...

10 septembre, 2009 18:03  
Anonymous I. said...

Bon mais accessoirement ton billet me motive à rentrer suffisamment tôt pour passer chez Cozic (que j'ai la chance de croiser sur mon chemin) m'acheter une douceur pour réchauffer ma soirée solitaire (que je vais sûrement passer au téléphone avec ma maman; eh oui, quand mon doux et tendre m'abandonne, en général j'appelle ma maman :-P, c'est grave docteur ?).

10 septembre, 2009 18:05  
Blogger Vanessa said...

C'est l'heure du thé et heureusement il me reste encore du gâteau au chocolat pour savourer avec ce billet charmant (même si j'aimerais bien essayer tous ces autres gâteaux dans les photos). Tes descriptions sont merveilleuses et j'adore le contraste entre les nuits dans les endroits gris où tout fait peur et puis la gourmandise absolue le lendemain. Cette millefeuille est un chef d'oeuvre et encore une autre raison (j'en avais déjà assez!) pour visiter Rennes. Quoique tu en penses, je suis sûre que toi aussi, tu as l'air vraiment chouette mais je te comprends; mes jolies collègues me donnent l'impression d'être mal habillée et pas aussi douée.

10 septembre, 2009 19:27  
Anonymous Marion said...

Cette boulangerie est presque irréelle tellement elle a l'air de regorger de pâtisseries toutes plus gourmandes les unes que les autres...

10 septembre, 2009 19:51  
Blogger reinette said...

j'ai aussi été profondément déçue par le dernier Christophe Honoré,en plus Louis n'y fait qu'une trop brève apparition, moi qui y avait été pour me réconforter c'est raté. pas grave je regarderais encore une fois la belle personne. Je n'en peux plus de regarder toutes ces belles vitrines rennaises sur ton blog, ça sera une de mes prochaines destinations...

10 septembre, 2009 20:25  
Anonymous Florence said...

Rennes by Patoumi me fait l'effet d'une ville de rêve, entre les restaurants charmants, les boulangeries à se damner, et les boutiques pleines d'accessoires poétiques, bien loin de l'image que j'en ai lorsque je fais le trajet gare-CHU! Sinon j'avais envie de voir le C. Honoré ce week-end...tant pis.
Bises.

10 septembre, 2009 22:31  
Anonymous rennette said...

où trouves tu encore des chaussures le Plagiste ; j'en ai deux paires que j'adore mais je croyais que la fabrique était fermée...
GR c'est beau le jour quand les arbres sont verts mais la nuit, à la sortie d'un pavillon après y avoir laissé quelqu'un c'est horrible, on est doublement seule et c'est ... frissons...

10 septembre, 2009 23:03  
Blogger patoumi said...

Ah là là, ma contre-pub pour le Honoré n'est vraiment pas sympa... N'hésitez-pas à aller juger par vous-mêmes!
Grégoire: elles ne sont pas toutes réussies, je ne m'applique pas beaucoup, malheureusement
Rose: oui c'est breton et du coup ça brasse des clichés (genre le frère, il s'appelle Goulven) J'avais lu une interview d'Honoré dans les Inrocks il y a longtemps (et d'ailleurs j'étais allée voir 17 fois Cécile Cassard, très moyen) et il m'était sympathique et là, pouf, j'ai l'impression d'avoir été trompée. Dans Paris, je peux pas à cause de Duris mais s'il y a une chanson de Kim Wilde...
Bache: j'aimais pas trop Léa Seydoux ni Grégoire LR et Louis Garrel n'est pas dans tout le plan alors le charme de La belle personne doit être ailleurs (mais il faut dire que j'adore la Princesse de Clèves, Rose en parle très bien dans un billet)
Anne-Cécile: les sacs en cuir polder (j'en ai un violet comme un mini cartable) sont vraiment jolis (solides et élégants)
Croukougnouche: une seule de ces parts peut constituer un repas!
I.: parfois, je sautille pour les éviter et c'est encore pire
Les chéchés: alors les croûtes à thé sont constituées de pâte sablée qui renferme un coeur à l'amande, ça va effectivement très bien avec le thé!
I.bis: alors tu as pris quelque chose chez Cozic? J'ai passé une soirée épique, je te raconterai.
Vanessa: tu es la bienvenue quand tu veux!
Marion: tant de choses, je mets toujours des heures à choisir (oui parce que je n'ai pas montré la brioche feuilletée, le pain irlandais, les lingots au citrons, les tarte choco-caramel, les pains pomme-cannelle...)
Reinette: alors nous sommes d'accord! (sur le Honoré)
Florence, un jour ne reprenez pas tout de suite le train et venez diner à la maison...
Rennette: je vous l'ai déjà dit mais je propose encore; si un jour vous avez le cafard à GR, appelez-moi et venez prendre un thé

10 septembre, 2009 23:46  
Blogger Gwen said...

Pas de délicieux St Honoré pour se consoler d'un décevant Honoré, chez Cozic ??? (hum... c'est aussi lourd qu'un gâteau à la crème, ça !)
C'est vrai, Patoumi, que la ville de Rennes, dans ces pages, semble être aussi charmante que le décor d'un film de Demy...
Et que ça donne envie d'y être aussi (sauf, peut-être, à l'hôpital psy !)..

10 septembre, 2009 23:57  
Anonymous Léa said...

Jolies photos, j'ai très envie d'un gâteau et d'un tour chez Cozic maintenant... magnifique chanson, moi qui aime bien beaucoup Delerm, je ne connaissais pas cette reprise. Heureusement que tu nous en as parlé, sinon je serai passée à côté et ça aurait été vraiment très bête.
Et puis je suis bien d'accord pour le film de Honoré. J'ai été super déçue moi aussi. Peut-être est-ce parce que j'aime l'ambiance parisienne de ses précédents films, peut-être est-ce parce que j'ai vu 60 000 fois les chansons d'amour (que j'aime à la folie) ou peut-être est-ce juste parce qu'il est vraiment pas génial. Bref, je suis bien d'accord avec toi, heureusement que Louis Garrel sauve quelques scènes parce que sinon... euh voilà !
Bref, merci pour ce joli billet et surtout ne te torture pas trop, les gens intéressants, on les reconnait vite. Quand on peut lire ce qu'ils ont à nous raconter avec toujours un grand plaisir, cela veut tout dire. Alors même si je ne te connais pas, je suis certaine que "incompétente et nulle" ne sont pas des adjectifs s'appliquant à toi, un point c'est tout !
Merci pour le moment de rêverie, bonne journée !

11 septembre, 2009 08:32  
Blogger Gracianne said...

Pourquoi les gens nous paraissent-ils plus interessants ailleurs? Peut-etre parce qu'on recherche l'ailleurs, justement.
C'est une illusion, tu sais bien.

11 septembre, 2009 11:10  
Blogger anne-cécile said...

C'est marrant, ce matin dans le métro la jeune femme qui lisait le dernier Jonathan Coe en face de moi avait un sac qui ressemblait étrangement au modèle Phoebe de cette marque dont j'ignorais encore l'existence hier... Très joli, d'ailleurs :)

11 septembre, 2009 11:40  
Blogger patoumi said...

Rennette, j'oubliais, en fait j'ai acheté des ballerines soldées au joli magasin fue du Chapitre
Gwen: ben non, ils font pas de Saint-Honoré... Figure-toi qu'en juillet il y a eu une projection en plein air des Demoiselles de Rochefort, trop bien c'était!
Léa: ah, une vrai fan!:-) J'adore cette chanson (et même la version originale de Julien Clerc, un peu datée) à cause de "Moi qui entassais les souvenirs par paresse/Ce sont tes vieux chandails que je caresse"
Gracianne: on croit toujours que c'est mieux ailleurs, façon chèvre de M Seguin, on oublie le bonheur, tout près.
Anne-Cécile: en fait tu me donnes envie d'acheter encore un nouveau sac!

11 septembre, 2009 14:24  
Anonymous noé said...

Hier matin, dans l'allée pleine de brouillard qui mène au travail, il y avait là un gros escargot de bourgogne. Quand il m'a sentie (vue?) approcher il a rentré ses antennes, comme on se ratatine à l'approche d'un danger... Je l'ai attrapé par sa belle coquille rayée pour le mettre dans la haie. Et ça m'a fait sourire, je pensais à ceux qui ne supportent pas que je sursaute quand on écrase les mouches...

11 septembre, 2009 15:05  
Anonymous rennette said...

je sais, je sais Patoumi... timidité...
mais les plagistes tu ne m'as pas dit où tu les trouves maintenant...

12 septembre, 2009 10:34  
Anonymous Amande said...

Si les films se diffusent dans toute la France (les fausses notes de M.Honoré m'ont plutôt donné envie d'aller danser...)et que M.Delerm peut s'envoler en tournée (Concert plein air au parc des oiseaux, accompagné par des coin-coin savoureusement cocasses et imprévus!)...à quand la tournée des artistes-boulangers!?!...pour de telles gourmandises je signerais de suite!...quelle chanceuse!...

12 septembre, 2009 12:00  
Anonymous Amande said...

Ajout confus mais incontournable: je n'avais pas cliqué plus tôt sur ladite chanson pensant qu'il s'agissait "des gens qui doutent" et que j'adore...mais de constater qu'il s'agit de celle de Julien.C je ne peux m'empêcher de partager le large sourire qui m'a traversé...je traîne une affection particulière pour ce morceau dont mes piètres "mais si ça fait comme ça: "maintenant, doucement, comme avant"..." n'éclairaient pas la lanterne de mes amis dupés que je sois touchée par du "Clerc"...Merci pour cette chouette lueur!;)

12 septembre, 2009 12:22  
Blogger patoumi said...

Noé: ouf, un de sauvé pour tous ceux que j'écrase dans l'obscurité!
Rennette: moi aussi je suis timide, si tu me préviens, je ferais un gâteau pour que tu puisses aussi en ramener une part chez toi. Pour les Le Plagiste c'est au magasin rue du Chapitre, elles étaient soldées.
Amande: il ne faut pas hésiter à venir à Rennes mais quelle chance Delerm au parc des oiseaux! Et je suis contente que cette chanson plaise à d'autres aussi.

12 septembre, 2009 14:16  
Anonymous rose said...

Ah bon ? tu n'aimes pas Romain Duris ? Alors, les scènes du début de "Dans Paris" vont te déplaire, mais ensuite, lorsque le film s'installe dans l'appartement familial parisien, il déprime et laisse le premier rôle à Louis Garrel. Il y a un couple de parents encore plus attendrissants que dans "Les Chansons d'amour" (Guy Marchand, parfait) et "Cambodia" de Kim Wilde joue un rôle considérable dans l'intrigue (et je crois que son utilisation te plairait).

12 septembre, 2009 14:22  
Blogger Marie B said...

Le millefeuille m'attire indéniablement... J'en mangerais presque mon écran !! Il doit être merveilleusement doux après une journée terrible de boulot...
J'aime beaucoup V.D aussi mais en ce moment rien n'y fait c'est une toute autre chanson qui me trotte dans la tête !

12 septembre, 2009 18:08  
Anonymous rennette said...

excuse moi patoumi je n'avais pas vu ta précédente réponse... j'aimais bien ce magasin qui a tout soldé et hélas je crois fermé ;..

13 septembre, 2009 00:44  
Blogger the_young_dude said...

Ma curiosité est piquée.. mais qu'est-ce qu'une croûte à thé ??? Cette boulangerie m'a l'air délicieuse. Quand aux grandes mystérieuses qui ont l'air d'avoir des vies formidables, je suis quelques part un peu soulagée de ne pas être la seule sur qui elles ont cette effet-là.. (et puis, l'habit fait un peu le moine, pas partout certes, mais parfois...)..

13 septembre, 2009 10:05  
Blogger patoumi said...

Rose: et bien demain, je suis de repos de garde et je pense que je vais aller faire un tour au vidéorama
Marie B.: alors c'est quand l'amphi garnison? Tu as fait ton choix? Et c'est quoi le chanson qui te trotte dans la tête?
Rennette: oh non mais c'est pas grave; il y aune autre vendeuse dans le magasion mais j'ai l'impression que c'est le même esprit
Pia: alors c'est de la pâte sablé qui referme une sorte de frangipane solide mais friable. C'est très bon!

13 septembre, 2009 11:57  
Blogger Marie B said...

L'amphi de garnison c'est le 25/09 pour moi.. et c'est une sacrée source d'angoisse ! Sur les simulations, parfois c'est oui, parfois c'est non... On verra bien !

La musique qui me trotte en ce moment, c'est cette chanson la : http://www.youtube.com/watch?v=lTqq9aSac9w ! Peut - être que tu aimeras, j'aime beaucoup ce chanteur, souvent il m'emporte littéralement ! mais c'est un tout autre registre !

13 septembre, 2009 19:48  
Anonymous I. said...

Finalement je ne suis pas passée chez Cozic (G. m'a rappelé que j'avais un mochi à la poudre de soja qui m'attendait à l'appartement) et, à l'inverse de la tienne, ma soirée s'est révélée plutôt prosaïque.

13 septembre, 2009 21:24  
Anonymous Camille said...

Je pense que tu devrais demander à G. de cacher tes cds, ça serait plus efficace. (le paquet de farine me fait penser à cette scène un peu déroutante où Jeanne Balibar joue à Peau d'âne chez un parisien séduisant et un brin kleptomane - as-tu vu le film ?)
L'hôpital est très intrigant (j'ai en tête en fait quelque chose comme Astérix et le village des irréductibles gaulois, où même les escargots sont sacrés).C'est plutôt rassurant que tu oublies de parler des malades.

13 septembre, 2009 22:02  
Anonymous Anonyme said...

comment suis-je arrivée là? piochant de blog en blog je me suis invitée chez vous aujourd'hui. Or aujourd'hui est un grand jour, une de ces rares journées où je bulle, qui va me conduire au ciné précisément au TNB en face de chez... COZIC. Ca y est je n'ai plus que cette idée: y aller.
merci ;-)
atlante

14 septembre, 2009 12:27  
Blogger anne-cécile said...

Ah là là, mais est-ce vraiment bien raisonnable (pour le sac) ??
La solution c'est peut-être de lancer des signaux subtils à G. ;-)

14 septembre, 2009 16:09  
Blogger patoumi said...

Marie B.: mais c'est oui ou non pour quoi et où? (Rennes peut-être?) Il restait vingt personnes à chosir avant moi et le dernier poste de psy à Rennes, j'ai vru que j'allais m'évanouir quand je l'ai eu.
I.: on se voir vendredi? (je crois que je te demanderai juste d'apporter une râpe)
Camille: je sèche sur le film... Tu me diras ce que c'est? Et sinon, G. est très tolérant avec Vincent (mais il ne supporte pas les chansons tristes, il dit que Châtenay Malabry lui donne envie de se pendre)
Atlante: alors Cozic?
Anne-Cécile: en vérité, j'ai repéré un sac vraiment chouette pas polder et qui coûte très (trop) cher sauf qu'à force de multiplier les petits sacss, j'arriverai jamais à économiser pour celui-là (je n'insiste pas pour G., il fait déjà pas mal de cadeaux...)

14 septembre, 2009 17:10  
Blogger Marie B said...

C'est oui pour le moment à Lille mais aux dernières simulations je suis 24 sur 25 postes offerts...
(Il ne faut pas que les autres changent d'avis...)Alors je pense que ce sera beaucoup d'émotions aussi si j'arrive à avoir ce poste ! je n'aimerais pas quitter Lille...
ce n'est pas très courageux n'est ce pas?

14 septembre, 2009 18:44  
Blogger loukoum°°° said...

De retour de la "campagne" je découvre un billet très gourmand et ton avis sur le dit film. Je n'avais pas eu le temps de t'écrire avant de partir mais j'ai pas trouvé ça transcendant non plus, je suis certes moins catégorique que toi mais déçue aussi...
Je pense qu'il va falloir que je prenne le temps de te faire quelques CDs, il faudra bien que tu les écoutes et donc pendant ce temps tu laissera VD tranquille ;)

15 septembre, 2009 08:33  
Anonymous I. said...

Si ça te va si j'arrive vers 17h30-18h00, alors va pour vendredi (en espérant que j'arrive à tout boucler d'ici là car après je pars pour 2 semaines). Pour la râpe, je te préviens, je n'ai que des modèles à huile de coude (dont une vieille en métal dont je suis sûre qu'elle va te plaire :-)).

15 septembre, 2009 14:18  
Anonymous Camille said...

Je suis quand même d'accord avec G., Châtenay-Malabry n'est pas la chanson la plus gaie de l'univers. Pas la plus triste non plus, je trouve (Brassens ou Brel me font toujours pleurer).
Le film, c'est Va savoir, de jacques Rivette. Celui qui a révélé Jeanne Balibar. Sur le DVD, il y a une interview charmante de l'actrice, qui se réchauffe les doigts sur une théière dans un bistro parisien.

15 septembre, 2009 14:45  
Blogger patoumi said...

Marie B.: je comprends très bien puisque j'aurais été triste de quitter Rennes. 25 postes, c'est bien (ce sont des postes de psy?)
Loukoum°°°: mais le pire, c'est que j'ai un cd de Mingou mais rien à faire, c'est Vincent que je préfère!
I.: ben comme ça va prendre un certain temps ce truc je sens, peut-être que ce serait mieux dans le we? Je t'écris tout à l'heure (je pars à la Favela (!), il y a une soirée d'uen amie de G.)
Camille: alors là ça m'inquiète, j'ai vu deux fois Va savoir. Mais je préfère Jeanne dans Comment je me suis disputé et J'ai horreur de l'amour (peut-être parce qu'elle y joue un médecin)

15 septembre, 2009 19:57  
Anonymous I. said...

Ca alors, la Favela, le restau sur lequel il est toujours indiqué OUVERT et dont je me demande tous les matins s'ils ont fait faillite quand je passe devant en bus (je précise qu'il y a vraiment de quoi quand on voit l'endroit, qui a l'air à la limite de l'abandon) ? S'ils font de la feijoada, ça m'intéresse !

15 septembre, 2009 20:29  
Anonymous Camille said...

J'adore aussi j'ai horreur de l'amour (peut-être parce qu'elle y joue un médecin). J'étais sûre que tu avais vu Va savoir. Tu sais, quand elle est chez ce parisien, et qu'elle cherche la bague qu'il a piqué à une danseuse dans sa cuisine. Elle trempe sa main dans la farine pour la trouver (j'ai un peu surinterprété le passage ? :).

15 septembre, 2009 21:34  
Blogger Marie B said...

Oui, oui ce sont des posts de psy !
je te tiendrai au courant le 25/09 !

16 septembre, 2009 09:05  
Blogger juste pour le plaisir said...

Je voudrais un de chaque moi!!

16 septembre, 2009 18:37  
Blogger patoumi said...

I.: il faudra que je te raconte la Favela...
Camille: tout ça me donne envie d'avoir le dvd de J'ai horreur de l'amour!
Marie B.: je croise les doigts!
Juste pour le plaisir: il faut venir à Rennes (juste pour le plaisir)

20 septembre, 2009 00:34  
Anonymous Anonyme said...

oui j'y suis allée mais... 18h passé: la vitrine avait été dévalisée, j'ai un peu hésité et ai finalement choisi un cannelé. Dommage pas assez croquant et le moelleux à revoir, il n'empêche c'est souvent dans l'attente que réside le meilleur de tout...
bonne nuit
atlante

20 septembre, 2009 23:04  
Blogger patoumi said...

Atlante: oui c'est vrai que le canelé m'avait un peu déçue, mais la brioche feuilletée, miam miam!

22 septembre, 2009 22:56  

Enregistrer un commentaire

<< Home