dimanche 4 novembre 2007

La sérénité de certains dimanches

Demain, la vraie rentrée. Je suis allée repérer ce matin où était le labo. C'est dans une petite maison glauque près d'une station de métro et d'un restaurant universitaire où j'ai dû aller deux fois en première année et qui me laisse un souvenir de courgettes mollasses et de pamplemousses tièdes. Les volets roulants étaient baissés alors je n'ai pas pu voir comment c'était dedans. Léger haut le coeur en y pensant. Avant de partir là-bas en voiture avec G. et de la musique plein les oreilles pour oublier que c'est dimanche et qu'on va à l'hôpital, j'avais enfourné tout un plat de tomates farcies préparées avec délicatesse et concentration en écoutant à la radio Gisèle Halimi raconter comment elle s'était battue pour que les femmes ayant avorté soient considérées comme des victimes et non comme des coupables, pour que le viol soit jugé comme un crime et non plus un délit "traité en vitesse entre un vol de mobylette et un différend entre deux chauffards" et puis tous ses combats courageux contre la torture, pour l'homosexualité, le pacs, la parité, malgré les insultes et les menaces de mort. On se sent tout petit en farcissant ses tomates quand on entend un récit comme celui-là.



Les tomates farcies de Patoumamie
Pour neuf tomates de taille très moyenne

-9 tomates
-3 saucisses de Trigavou (ce sont de grosses saucisses très goûteuses)
-4 gousses d'ail passées au presse ail
-une quinzaine de brins de persil plat haché
-2 petits oeufs
-une tranche de pain réduite en chapelure
-un morceau de parmesan râpé
-du sel, du poivre, un peu de sirop d'érable
-un peu d'huile d'olive

Extraire de leur boyeau le contenu des saucisses et l'écraser à la fourchette. Le faire revenir avec l'ail et un peu d'huile d'olive dans une grande poêle. Réserver.
Couper le chapeau des tomates, les vider, garder les chairs, le jus, les pépins.
Mélanger dans une petite coupelle un peu de sirop d'érable et un peu de sel, plonger l'index dans ce mélange et faire le tour intérieur de chaque tomate.
Dans un saladier, amalgamer la chair des saucisses aillée avec le persil, les miettes de chapelure, les oeufs, le parmesan râpé.
Farcir les tomates avec cette préparation.
Mélanger chairs, jus et pépins avec du sirop d'érable, du sel et du poivre. Verser le tout dans le plat de cuisson.
Déposer précautionneusement les tomates et enfourner une bonne heure à 180° (les tomates sont un peu flétries, bien dorées sur le dessus et le jus bouillonne).

Il y a une semaine, il a fallu dire au revoir au service de l'hôpital psychiatrique où j'ai travaillé les quatre derniers mois (on a le droit d'être faisant fonction d'interne dès lors qu'on a passé l'internat en attendant la rentrée officielle de novembre). J'avais fait un brownie cheesecake qui a eu son petit succès et un gâteau au double yaourt aux pommes caramélisées qui en a intimidé plus d'un mais qui a convaincu tout le monde. Il y avait aussi du bon thé et des carambars. Ils ont dit: "Ah, c'est nul que tu partes"


Le gâteau aux deux yaourts et aux pommes caramélisées

Le gâteau
-2 pots de yaourts nature
-2 pots de rapadura
-3 pots de farine T110
-3 oeufs bio
-un quart de pot d'huile
-un sachet de levure

Les pommes
-7 pommes plutôt acides pelées, épépinées et coupées en morceaux
-30g de beurre salé
-4 cuillères à soupe de rapadura
-4 cuillères à soupe de jus d'orange

Faire cuire les pommes pendant la préparation du gâteau.
Mettre les fruits, le beurre, le sucre et le jus d'orange dans une grande poêle et laisser cuire à feu doux jusqu'à ce que les pommes soient tendres et s'enrobent d'un beau caramel doré.
Pour le gâteau, mélanger dans l'odre tous les ingrédients.
Ajouter les pommes et verser le tout dans un moule beurré.
Faire cuire environ 45 minutes à 180° (vérifier avec un cure dent).

Alors j'ai dit au revoir à une jeune fille qui avait arrêté de manger jusqu'à ce qu'on l'emmène de force au marché et qu'on l'inscrive à l'atelier cuisine du service (oui parfaitement, dans ce service-là, que certains surnomment sournoisement "Le club-med" , les patients font la cuisine -du gâteau à l'orange, du crumble aux pommes, des tartes aux poireaux, des pâtes aux crevettes, du tiramisu et que sais-je encore- et s'ils veulent, ils peuvent aussi faire de l'équitation, de la musique, de la sculpture, de la peinture...), j'ai dit au revoir au monsieur qui ne voulait pas vivre ailleurs que chez sa mère, j'ai dit au revoir à la dame de cinquante ans qui voulait apprendre l'anglais et la latin et quand monsieur C. a faillit me broyer la main en la serrant avant de partir, j'avais le même regard que celui de Hannah Schneider dans La physique des catastrophes (je vous le recommande, passées les cinquante premières pages, on ne peut plus le lâcher): "Ses yeux étaient comme des flaques troubles qui abritent des êtres luisants et pourtant invisibles". Il a dit: "Merci de ce que vous avez fait pour moi". Je crois bien que c'était la première fois qu'on me disait ça à l'hôpital.
Alors les temps derniers furent difficiles, pleins de tristesse, d'appréhension et de regrets. Le froid mordant, qui gèle aussi parfois les sentiments, m'a finalement conduit à céder à la futilité et je n'ai pas résisté à une tentation complètement déraisonnable: j'ai acheté un manteau.
Et puis, et puis, il y eut une semaine de vacances passées d'abord en bord de mer, à déguster de la tarte aux framboises et des éclairs à la crème et puis quelques grottes et autres gouffres, lumière noire, petit train, ravissement, ors et rouges des forêts, châteaux et lit à baldaquin...
Je voulais ce dimanche aussi long que possible, à lire, flâner, rêver. Après une ballade citadine à contempler des vitrines de librairies, d'épicerie sud américaine et de magasins d'antiquités, il y eut un thé et des madeleines même pas maison mais super bonnes, des baisers et de la musique pour avoir confiance en nos lendemains.

25 Comments:

Anonymous eva said...

J'ai écouté la même émission ce matin en rangeant mon bureau, et puis, je suis allée me faire un jus de pamplemousse frais avant de m'installer confortablement pour écouter la détermination, le courage et la simplicité de cette femme le temps d'un (Kriss)Crumble.
Bon courage pour demain, mille pensées +++

04 novembre, 2007 21:32  
Blogger Marmitedecathy said...

Quel joli texte, je l'ai lu d'une traite, souriant à certains passages et émue à d'autres, tu devrais écrire un livre
moi aussi je trouve les tomates farcies très réconfortantes, comme les gateaux aux pommes
PS moi aussi j'ai acheté un manteau, je suis sûre qu'il te plairait
bisous

04 novembre, 2007 22:13  
Anonymous rose said...

Bonne rentrée, alors(alors que pour moi, les deux jours qui viennent sont des jours d'évasion).
Je n'avais jamais pensé qu'on pouvait mettre deux yaourts dans le gâteau au yaourt... ça doit être moelleux... Je suis sûre qu'avec de telles recettes, le labo va t'accueillir les bras ouverts!

04 novembre, 2007 22:22  
Blogger Marmitedecathy said...

j'avais oublié : la photo des tasses est maginifique

04 novembre, 2007 22:31  
Anonymous Ester said...

Bonne rentrée demain... et il n'y pas que Monsieur C. qui peut te dire merci...

04 novembre, 2007 23:42  
Anonymous rennette said...

j'ai le coeur serré quand tu parles du CHS et j'espère toujours que deux êtres chers y rencontrent une interne comme toi... pour info, mon asso fait venir, en principe en décembre, G. Halimi à rennes

04 novembre, 2007 23:52  
Anonymous aurélie said...

C'est aujourd'hui, alors bonne rentrée... et merci pour tes textes.
Bises

05 novembre, 2007 08:59  
Blogger lena sous le figuier said...

Difficile exercice que le tien, en équilibre entre ce que tu vois du malheur du monde et les petits plaisirs qui adoucissent la vie.

Sûr que tu vas être regrettée, je n'en connais pas une comme toi!

Bonne jounée

05 novembre, 2007 11:08  
Anonymous Liliy said...

Oh oui, confiance Patoumi! Le trésor est dans ton coeur et tu l'emmènes partout avec toi...
Bon courage et bonne chance!

05 novembre, 2007 12:54  
Blogger Gracianne said...

J'ai ecoute moi aussi Gisele Halimi en faisant la cuisine, sacree bonne femme!
J'aime bien tes tomates (au saucisses de trigavou), ton gateau aux pommes, la musique et les bisous. Bonne rentree

05 novembre, 2007 13:32  
Anonymous bergeou said...

Bonne rentrée mais je suis sûre que tes belles tomates t'ont donnée du courage, ils vont te regretter dans ton service...

05 novembre, 2007 15:03  
Anonymous Florence said...

Moi aussi j'ai écouté Gisèle Halimi. quel bonheur d'écouter cette femme si enthousiaste, si vivante. J'espère que cette première journée au labo se sera bien passée et que vos appréhensions se seront évaporées. Quelle couleur le manteau?

05 novembre, 2007 15:47  
Anonymous Mis épies said...

Pour moi aussi c'est la rentrée...dans un labo aussi, à Rennes aussi...sauf que dans le service précédent, ce n'était pas un gâteau au double yaourt mais un pain d'épices (très apprécié aussi!)

Une rentrée en parallèle quoi!

05 novembre, 2007 16:36  
Anonymous Miss épices said...

oups, j'ai dérapé en déclinant mon identité dans le commentaire précédent.

05 novembre, 2007 16:37  
Anonymous Lisanka said...

J'ai également écouté Madame Halimi avec beaucoup d'attention. N'oublie jamais ce "merci de ce que vous avez fait pour moi". Au delà de l'obtention d'un titre universitaire, il te montre que tu as su apporter quelque chose à une personne, et ça c'est très précieux.

Ton gâteau me transcende, j'adore ce genre de gourmandise!

PS: je doute qu'on puisse traiter les troubles de la jeune fille en l'envoyant de force à l'atelier-cuisine, ceci pour être passée par là. Mais bon, ce n'est que mon humble... et misérable avis ;-)

Bises, prends soin de toi et courage. A bas les pamplemousses tièdes, c'est une honte ;-)

05 novembre, 2007 19:02  
Anonymous Stephanie said...

Tes tasses sont tres jolies, Patoumi.
Hier dimanche, justement, avec l'heure en plus que nous avons gagne, je me suis dit, pleine d'espoir : "Comme il serait bien de pouvoir arreter le temps quand on le souhaite et de pouvoir l'accelerer aussi, parfois..."
Le dimanche est TOUJOURS trop court ; le samedi, n'en parlons pas !
Gros bisous !

05 novembre, 2007 22:10  
Blogger gourmeline said...

Cela fait 1 semaine que je guette ton nouveau post ! je suis accro ! ton blog, c'est ma bulle de poesie, mon nuage de douceur. Merci pour tes descriptions minutieuses, ta délicatesse. J'aime beaucoup tes photos, tes objets, ta lumière... courage pour ta rentrée et les courgettes trop cuites (beurk !)

05 novembre, 2007 22:12  
Blogger stef said...

ta première photo est très jolie!! j'ai beaucoup aimé te lire (comme à chaque fois à vrai dire) et c'est vrai qu'il est difficile de quitter des services et des patients avec qui on a partagé des moments!! bonne rentrée

06 novembre, 2007 15:56  
Anonymous Lud said...

Te lire est devenu depuis peu un de mes plaisirs... tu le fais bien et de façon reconfortante. Merci de partager tes talents d'auteur comme de chef! Au plaisir de te relire très vite...

06 novembre, 2007 23:56  
Anonymous Lauriana said...

Oh que ces tomates farcies ont de l'effet sur ma gourmandise, elles me donnent très envie!

07 novembre, 2007 16:33  
Blogger Alhya said...

je ne connais rien de mieux que quelques jours loin de tout pour arriver à reprendre le dessus. C'est ce que j'ai fait en partant en bretagne, début septembre et depuis, j'arrive à me réateler à mon travail... comme toi, la morosité de certains jours m'avaient progressivement conduite à oublier que là aussi, l'espoir est possible

08 novembre, 2007 10:28  
Blogger Miss Lola said...

Joli billet et j'adore la sérénité des dimanches, le repos c'est divin. J'aime bien aussi tes photos et l'ambiance de ton blog!

08 novembre, 2007 18:04  
Anonymous cuisineplurielle said...

courage pour ce "passage" d'un monde à l'autre... et merci pour ce billet si sensible

09 novembre, 2007 20:00  
Anonymous loukoum°°° said...

J'espère que cette vraie rentrée était juste moins pire que prévue... ;)

09 novembre, 2007 21:54  
Anonymous Charline said...

Après ces vacances bien méritées, j'espère que ta rentrée s'est bien passée... J'ai décidé de faire un effort pour passer moins incognito sur ton blog ! ;) J'aime beaucoup ta version de tomates farcies, je ne suis toujours pas fixée, je change de recette à chaque fois. Je mets "la physique des catastrophes" sur ma liste de lecture.

12 novembre, 2007 16:30  

Enregistrer un commentaire

<< Home