mardi 9 novembre 2010

Tu m'as dit bien sûr que si -minestrone-

Sur le chemin du retour nous n'étions pas d'accord. Les feuilles jaunies viraient au marron sur le bords des trottoirs, le parapluie devenu inutile n'était plus qu'encombrant, j'aurais préféré ne pas avoir oublié mon écharpe mais il a glissé ma main dans la poche de son manteau.
Les scènes tournées dans l'HP lui ont déplu, l'histoire l'a angoissé, il a préféré la brune (normal!) parce qu'il trouvait que la blonde avait le regard dur. Nous avons dépassé l'immeuble décoré de mosaïques. J'ai aimé la défense de Kleist, le mutisme et l'absence résignée de Priss, le personnage de la professeur de flûte, les réparties de Noémie. Pour vous faire une idée, allez voir Des filles en noir de Jean-Paul Civeyrac, qui ne peut pas laisser indifférent.
Irez-vous, comme nous, goûter les crêpes au chocolat de la petite crêperie en face de la grande librairie après la séance?
Irez-vous, également, plonger vos mains gelées dans les bacs un peu sales d'une brocante de vinyls à la recherche d'une pochette de Leonard Cohen?
Serez-vous inhibés par ladite crêpe au chocolat pour vous refuser plus tard une tartine au beurre salé avec un peu de miel crémeux? (nous, non)
****
La veille, à côté d'un couple qui n'avait rien à se dire et qui écrasait mollement des filets de maquereau sur leur tartine mal beurrée, nous avons demandé un deuxième moelleux au chocolat et un autre verre de crémant d'Alsace aux alentours de 23 heures au Nabuchodonosor.
Il fut question de collants (prune, vert sapin, bleu électrique), de Bob Dylan (souvenir imprérissable de I want you qui s'échappait d'un café viennois enfumé), d'un homme qui avait entendu J'étouffais de travers quand j'avais éclaté en sanglots au téléphone en articulant laborieusement J'ai tout fait de travers, du sens dans lequel nous ferons, un jour, un road trip à travers les Etats-Unis (l'occasion pour chacun de défendre sa côte préférée. A cause de mes lectures adolescentes et de Woody Allen, j'ai un faible pour l'est), de la nécessité de tirer son épingle du jeu.
Mais je ne suis pas bien sûre d'y arriver. J'ai l'impression malgré les milliards de pages noircies depuis que je sais écrire que je ne ferai rien de mieux que ces histoires pourraves dont l'encre pâlit depuis toutes ces années. Pire encore, je ne fais rien pour me sauver de cette médiocrité, je n'ai aucune discipline, je ne m'attelle pas à la tâche, je ne trouve que des prétextes (oui mais là j'ai déjà la thèse à écrire ou ça n'intéresse personne à part deux-trois filles qui aiment les capes). J'ai longtemps pensé que je n'étais pas faite pour écrire, mais plutôt pour lire les autres, lire Poppies in october de Sylvia Plath, et en avoir des frissons plein la peau.
Je ne sais pas comment faire, je me sens empêtrée. J'aimerais bien faire de l'effet, comme quand j'entends juste Vincent Delerm faire la-la-la-la dans Voici la ville, ou Eric Rohmer quand il filme le dernier plan de Conte d'été. Par exemple. Il y en a tant d'autres.
Que puis-je écrire aussi quand je lis chez Gwendoline Ma vie argentique? Ou le récit d'un week end champêtre par Cléo? Sans parler des billets de Miss Popote...
G. écoute tout cela en silence en se balançant à peine sur le rocking chair blanc qu'il m'avait offert, et je le sens triste de ma propre détresse. Je lis dans son regard qui tremble un peu quelque chose qui me rappelle ce que disait Léonard de Vinci à l'un de ses élèves qui se lamentait de n'avoir aucun talent Dessine Antonio, dessine, et ne perds pas ton temps.
(je vais donc essayer de faire autre chose que d'écrire sur le blog)
(peut-être que ça ne donnera rien du tout)
(mais j'ai envie d'essayer)
Une dernière recette, pour laquelle j'ai aimé éplucher puis détailler en minuscules dés tout un tas de légumes choisis avec soin chez Annie Bertin, la star du marché, en écoutant à la radio quelqu'un qui parlait de Rimbaud.


Minestrone hérétique (mais garanti sans tofu)
Pour une grande casserole
-4 carottes
-1 poireau
-1 tranche de kabocha
-4 pommes de terre à chair ferme
-1 poignée d'épinards ciselés
-4 petites tomates (les dernières!)
-2 oignons
-2 gousses d'ail
-3 tranches épaisses de pancetta
-des petites pâtes courtes
-environ 1,5L de bouillon de volaille
-une croûte de parmesan
-du pesto (maison ou trié sur le volet)

Eplucher tout ce qui le nécessite et tout couper en petits dés.
Laisser fondre dans une bonne huile d'olive les oignons, l'ail, la pancetta, les carottes et le poireau. Quand ils commencent à être bien compotés, ajouter les tomates, la croûte de parmesan puis le bouillon. Laisser cuire une demi-heure sur feu doux. L'occasion d'éteindre la radio et de choisir un disque. Vieilles chansons de Gainsbourg ou de Françoise Hardy feront l'affaire.
Ajouter le kabocha et laisser cuire un peu avant d'ajouter les pommes de terre.
Trois quarts d'heure plus tard, c'est au tour des pâtes puis de la poignée d'épinards, juste avant de servir, juste le temps qu'ils fondent.
Dans le bol, verser la soupe, puis un tourbillon de pesto détendu à l'huile d'olive.
Ne vous brûlez pas.

83 Comments:

Anonymous Laurence said...

Quelle jolie nouvelle ! Je suis sure que ce que vous ecrirez sera tres beau. Vous decrivez si bien le quotidien, avec une fausse simplicite.

J'ai eu la chance de voir Paul Auster lors de deux conferences litteraires, moments memorables et fascinants. Decrivant le travail d'ecriture, il a eu cette jolie phrase: Ce qui est difficile, a-t-il explique, c'est de savoir..."what to keep in, what to leave out" (je prefere le rythme de sa phrase anglaise a celui de mon eventuelle traduction). N'est-ce pas une belle description du "travail" de l'ecrivain ?

Les deux cotes sont sympathiques. La cote ouest pour son ambiance decontractee, sa folie et ses cotes sublimes, sans parler de la splendeur de la nature plus au nord (etat de Washington), la cote est pour New York, DC, le sud et ses restaurants en bord de mer, les feuillages sublimes de l'automne du Vermont, une ambiance toute autre. Il vous faudra aussi passer par le sud, par le Nouveau Mexique, le desert... Prevoyez peut-etre plusieurs voyages.

A bientot, et je vous souhaite beaucoup de bonheur a ecrire !

Laurence

09 novembre, 2010 04:04  
Blogger gwendoline said...

Je me suis longtemps plainte sur le même mode et puis un jour, E. -qui, toujours, faisait preuve d'une patience infinie- m'a dit : "c'est du boulot. Tu t'y mets sérieusement. Et après seulement tu auras le droit de dire que tu n'y arrives pas".
Alors je me suis -vraiment- mise à écrire.
Et E. a raison : on bosse et puis seulement après, on peut geindre -ou pas !

Fais-toi plaisir. (et n'arrête pas de lire)

09 novembre, 2010 06:48  
Blogger Ananim said...

Oh mais vous donnez aussi des frissons plein la peau. Faut pas croire ce que les mauvaises pensees vous mettent dans la tete, mademoiselle. Et, en tant qu'immense fan de Vincent Delerm (bien que n'aimant pas trop voici la ville et ayant un penchant prononce pour Anitta Pettersen ou Avec ta tete), je peux vous dire que parfois, vos mots sonnent encore plus justes que les siens.
Ecrivez ecrivez.

09 novembre, 2010 07:20  
Blogger Vanessa said...

Oh mais Patoumi, je trouve qu'on a toujours cette impression d'être nul en écrivant un travail sérieux. Tout semble maladroit et un peu n'importe quoi. Je n'écris aucune thèse mais j'essaie souvent de commencer un roman ou des contes avant de tout jeter à la poubelle. Mais rien que pour ce billet, je trouve que tu es tellement douée. Il y a tant de choses que j'aime, écouter VD en pensant à prendre des crêpes, lire des choses de Sylvia Plath que je ne connais pas encore et surtout faire cette soupe magnifique. Je suis très en retard avec ma lettre mais j'espère la finir ce soir. J'espère que tu ne m'en veux pas trop! Bises et bon courage!

09 novembre, 2010 08:00  
Blogger Olive said...

Une "dernière recette" ? Allez-vous donc arrêter d'écrire ce blog ? Ce serait une triste nouvelle pour vos lecteurs fervents comme moi...

09 novembre, 2010 09:08  
Blogger Gracianne said...

J'aime bien le minestrone heretique parfume aux chansons de Gainsbourg - il n'y manque rien.
Et j'aime beaucoup aussi les commentaires de Laurence et de Gwendoline - savoir quoi laisser de cote, travailler, travailler encore et ensuite se plaindre. J'ajouterai, y prendre du plaisir, surtout.

09 novembre, 2010 09:25  
Blogger patoumi said...

Laurence: je vais surtout commencer par lire lire lire et aussi piano piano piano! Je me sens libérée d'arrêter le blog, qui commençait à me rendre très triste, pour tout un tas de raisons. Vous savez quoi? Vous me donnez encore plus envie du road trip! (mon rêve serait des vacances de six mois pour le faire)
Gwendoline: non, je n'arrêterai pas de lire, au contraire! C'est le début du boulot. Peut-être qu'il n'y aura rien de bon ensuite mais je me sens mieux de n'avoir pas à écrire sur le blog? C'était vraiment devenu l'ultime alibi!
Ananim: j'aime bien connaître les chansons préférés des fans de VD! Ceci dit, je ne vois pas bien, pour l'instant, comment je pourrais dire les choses aussi bien que dans "L'appartement".
Vanessa: j'aime bien le sujet de ma thèse (en prise directe avec le film de Civeyrac!)et je pense que me faire pas mal progresser par rapport au travail, je crois que je suis juste un peu déprimée quand je vois que certains livres de la "rentrée littéraire" ont des auteurs nés en 1989 (1989!) et puis le blog me rend triste, alors que je l'ecris assez sérieusement. Prends ton temps, je serai contente de trouver ta lettre ,sans m'y attendre!
Olive: merci pour la ferveur! J'espère qu'un jour je vous donnerai autre chose à lire. Et puis je ne sais pas, peut-être, plus tard, y-aura-t-il un autre blog...

09 novembre, 2010 09:30  
Blogger patoumi said...

Gracianne: c'est en passe de devenir l'un de mes plats préférés. L'alibi n'est plus trop plaisir, juste tristesse, alors tu as raison, il vaut mieux arrêter!

09 novembre, 2010 09:32  
Blogger radzimire said...

J'ai découvert ton blog , il y a peu de temps et c'est un de mes préférés. J'aime ta façon d'écrire ( et tes recettes aussi). J'espère que tu nous diras ce que tu deviens. Je crois qu'il y a un moment où ça devient une évidence, il faut s'arrêter de tourner autour de son bureau et se mettre au travail. Je sais de quoi je parle ;)) C'est dur mais ça fait du bien et tu écris trop bien pour ne rien en faire.

09 novembre, 2010 10:27  
Anonymous bergeou said...

Je suis très triste d'apprendre que tu ne vas plus écrire ici...moi j'aimais beaucoup te lire et tester tes recettes...et je te trouve beaucoup de talent quoi que tu en penses.

09 novembre, 2010 10:41  
Anonymous SaRaH said...

Je ne peux pas croire que vous arrêtez le blog. J'adore votre style, je m'étais bien habituée à ses longs billets...ils, vous allez terriblement me manquer.
Bon courage pour votre nouveau projet.

09 novembre, 2010 11:06  
Anonymous Lucie said...

Bonne continuation Patoumi, lis lis lis, écris écris écris, voyage aussi. Donne des nouvelles parfois ici ;-) La thèse je suis en plein dedans, ce moment où les idées s'affirment et s'éloignent des premières intuitions, où on voit vraiment se dérouler le fil de la recherche, c'est plaisant.
La côté Ouest a des paysages incroyables, au printemps dernier nous avions traversé la Vallée de la Mort et ses températures très élevées, et le lendemain étions dans une station de ski avec des hauteurs de neige & des surfeurs tout autour de nous, un petit choc ! La descente entre SF et LA est pleine de plages sauvages et de réserves naturelles sublimes. La côte Est a plus d'Histoire, un autre charme, à Boston il ne faut surtout pas oublier d'aller au Trident Booksellers. Quelle chance tu as de pouvoir découvrir ces coins là...

09 novembre, 2010 11:14  
Blogger the_young_dude said...

En voilà une triste nouvelle, même si heureusement la vie n'est pas qu'un blog. On oublie trop cela parfois... Je serai déçue de ne plus te suivre, mais tant qu'il y a des voyages, de l'écriture, alors dans ma tête c'est que tout va bien. Et l'écriture de la thèse je connais, c'est si dur, si exigeant, qui sait si j'arriverai à garder mon blog quand je devrais finir tout ça..
Patoumi, ton blog est formidable, te lire est toujours un incroyable bonheur... J'espère que nous pourrons un jour nous croiser, si tu reviens sur Paris. D'ici là... bonne continuation ! Et bon voyage en écriture surtout.

09 novembre, 2010 11:26  
Anonymous Axelle said...

quelle triste nouvelle

un premier commentaire sur un dernier post quelle ironie

j'aime tellement le ton de votre blog - vous allez me manquer.

une fille qui n'aime pas les capes mais qui aime bien votre univers

Axelle

09 novembre, 2010 11:41  
Anonymous Hélène said...

Moi aussi je me sens très triste tout à coup.. Et ce n'est pas la grisaille ou le vent froid du Nord qui vont me remonter le moral! Je pense que si l'Alibi t'apporte de la tristesse, il vaut mieux arrêter, (même si j'espère que ce ne sera pas pour toujours) et te consacrer à de nouveaux projets ne peut être que salutaire! Les journées ne faisant malheureusement que 24h, tu ne peux sans doute pas tout faire et pour écrire il faut du temps.
Tu vas beaucoup me manquer, j'adorais le frisson à chaque fois que je découvrais un nouveau billet, le plaisir de te lire a toujours été au rendez-vous (bien au delà des recettes) et même si ça fait peu de temps que j'ai commencé à te lire, j'ai tout lu, et je vais pouvoir relire les anciens articles avec le même plaisir.
Je te souhaite bonne chance pour tes nouvelles envies, tes nouveaux défis et une jolie fin de semaine (qui sera rennaise pour nous).
Bises Dr Patoumi.

09 novembre, 2010 11:43  
Blogger Cléo said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

09 novembre, 2010 11:50  
Blogger Cléo said...

Je crois que Pénélope J a eu une kabocha dans son sac en papier kraft.
http://www.penelope-jolicoeur.com/2010/10/cinq-fois-par-jour-2.html
Je préfère ne pas dire les mots attendus (et pourtant, quelle peine de ne plus te lire) et attendre un mot de toi Je vais à Paris. Voyons-nous.

09 novembre, 2010 11:54  
Anonymous rose said...

Plein d'encouragements ! si c'est le moment, c'est le moment, ne te laisse pas glacer par les doutes ou les dates de naissance (chacun son tempo) !

09 novembre, 2010 12:18  
Anonymous Séverine said...

Patoumi, je suis sincèrement très triste de lire que ce billet sera le dernier ici.
Je suis tombée par le plus grand des hasards sur votre blog voilà plusieurs mois et j'ai adoré ce que j'y ai lu avant et les billets suivants furent tous enchanteurs.
Vous avez une si belle plume quoique vous en pensiez. Mais je comprends que vous souhaitiez arrêter... Si vous n'y prenez plus de plaisir, ça ne sert en effet à rien de continuer.
J'espère avoir la chance de pouvoir vous lire plus tard, quand vous l'aurez décidé, ailleurs.
Et je continuerais à tester vos recettes car certaines ont déjà bien régalé plusieurs des mes repas (les recettes sucrées notamment)(ah ! la gourmandise !).
Je cherchais une recette de minestrone, d'ailleurs. Je crois que je testerais la votre ce soir. Et puis, la cuisine est une activité si délassante parfois.
Savez-vous que c'est vous qui m'avez donné envie de retenter Proust? Lire vos billets sur lui et sur La Recherche m'ont donné envie de lui donner une autre chance. Car lui et moi étions fort fâchés...
Je partage également votre admiration pour Patti Smith (le billet sur elle, j'aurais pu l'écrire presque mot pour mot, son livre a été pour un trop court temps, le prolongement de ma main), les romans de l'École des Loisirs (que de pépites dans cette collection !!), Wooody Allen, Virginia Woolf, la merveilleuse Jane Austen (je crois qu'un jour vous aviez dit qu'il était fort dommage que ces romans soient si courts et si peu nombreux. C'est tellement vrai. Tout ce qu'elle a écrit est délicieux. Je ne m'en lasse pas)et Sylvia Plath que je vénère et qui fait partie de mes quelques auteurs chéris, admirés, lus, relus... Et tant aimés...
Désolée pour ce long commentaire un peu décousu, sûrement plein de fautes d'orthographe et je vais m'arrêter là en vous souhaitant à G. et vous une bonne journée.
Bonne continuation, Patoumi dans votre vie de tous les jours. Profitez de ce nouveau temps libre pour lire, écrire, vivre, voyager et mener à bien tous vos projets.
Et à bientôt de vos nouvelles.
A bientôt de vous lire.

Séverine.

09 novembre, 2010 12:24  
Anonymous Anonyme said...

Merci pour ce dernier minestrone, et tous vos mots déposés ici ; comme d'autres, je les attendais avec impatience ! Tournez la page, et roulez petit bolide, comme dit mon fiston (oui, je sais, cela n'a rien à voir, mais à force d'entendre ça la journée durant, j'en suis imbibée !).
Bonne chance. Bien à vous,

M.

09 novembre, 2010 13:31  
Anonymous Anonyme said...

Rebonjour,
Au sujet de mon premier commentaire:
J'avais mal compris, ou sans doute ai-je lu ce que je voulais lire entre les lignes, tellement il me semble impensable que vous arretiez ce blog. Je me disais que vous alliez, en parallele, vous lancer dans l'ecriture d'un livre....mais je dis bien en parallele...
Bref, je comprends, mais vous nous manquerez. J'ai un blog que je finis par deserter moi-meme depuis que j'ai lu un livre sur le principe de Pareto. 20% de mes actions sont dit-on vraiment importantes et donnent 80% de resutats. Cela parait trop mathematique pour moi, mais cela m'a fait reflechir, et j'ai finalement toujours quelque chose de bien plus interessant ou de plus important a faire, qui donne plus de resultats concrets !

En tout cas, je suis une fervente adepte de la discipline, et de la routine dans la discipline, celle qui empeche au cerveau de trouver des alibis. Quand on se force, tous les matins, a passer 3 heures a ecrire ou a etudier, etc., ou a apprendre 30 mots de vocabulaire etranger par jour pendant des annees (comme je le fis), au bout d'un moment, le cerveau ne se pose plus vraiment la question, et les choses avancent a grands pas. Un petit ecart, et les difficultes commencent.
A bientot et bonne chance dans tout ce que vous entreprenez,
Laurence

09 novembre, 2010 13:42  
Blogger (les chéchés) said...

... tout un tas de jolies choses qui me font dire tout à fait, c'est ça! ont déjà été dites, alors je te glisse que je suis ravie, ravie de me dire que tu as envie d'écrire autre chose, quelque chose.
comment dire... je crois en toi... j'espère découvrir/avoir de tes nouvelles quelque part.
lecture, piano, vacances, écriture... prends soin de toi!
(et minestrone fameux!)

09 novembre, 2010 13:44  
Anonymous Myriam said...

Vas-y. fonces ;)
Si des mots doivent sortir, ils sortiront et surtout... Peu importe si cela plaira. Cela sera.

09 novembre, 2010 15:09  
Blogger Cécile said...

Des années que l'on m'encourage à me lancer.
Des années que je résiste, trouvant à chaque fois toutes les excuses possibles.
Je crois que certaines ont mis le doigt sur l'essentiel:
-si l'envie est la plus forte, alors lui céder et foncer;
-se confronter à ce travail d'écriture pour en saisir les vraies difficultés et "mesurer"/décider si on peut/veut les dépasser;
Pour le reste, je crois que l'on doit éviter de se comparer en permanence aux autres (je parle hélas en connaissance de cause, quand je lis certains/certaines je finis de me convaincre de ma propre médiocrité), quand on manque de confiance cela ajoute souvent au découragement.
Belles lectures, bonne chance pour l'écriture et bravo de parvenir à respecter tes envies, même si cela suppose de nous laisser sur notre faim-)
Et pardon pour le retard de ce que tu sais...
Pleins de bises.

09 novembre, 2010 16:08  
Blogger Vanessa said...

Moi aussi, j'avais mal compris; tu arrêtes alors! Tu as raison si cela te rend triste mais j'aimerais simplement te dire que le tien est vraiment un des mes trois préférés, que cela me donnais envie de commencer mon propre blog et que c'est toujours un plaisir immense de te lire. Ça me serre le coeur en pensant que c'est le dernier billet...

09 novembre, 2010 17:16  
Anonymous Adeline said...

Oh, non!
Fidèle lectrice, le plus souvent anonyme, l'arrêt du blog me désole...
Je relirai avec plaisirs les articles passés, et espère que l'envie d'écrire sur le blog reviendra!
(j'hésite moi-même à me lancer dans un blog, le vôtre m'y a encouragée!)

09 novembre, 2010 17:56  
Anonymous Le loukoum said...

Je te comprends tout à fait.
Je suis si contente qu'un jour tu aies commencé l'alibi, sinon nous ne nous serions jamais rencontrée et je crois bien que ça m'aurai manqué. Je suis sûre que ça m'aurait manqué.
Bisous!

09 novembre, 2010 18:34  
Anonymous Cécilia said...

Ca me fait un peu de peine...
Merci encore de m'avoir ouvert la porte. Je continue de faire connaissance avec ces gens plein de talent. Ils me font un peu moins peur maintenant, mais quand-même...
Merci merci merci.

09 novembre, 2010 19:21  
Blogger laboratorio en movimiento said...

chère Patoumi,

C'est toujours bien de faire des pauses dans la vie, comme en cuisine, regarder mitonner, sentir l'odeur du pain qui cuit, se réveiller pour voir comment la pâte a gonflé pendant la nuit... Je trouve que c'est toujours bien de relire les Lettres à un jeune poète de Rilke. On n'écrit pas pour les autres, mais pour soi, onécrit pas pour être un prix littéraire, mais parce qu'on ne peut pas faire autrement... C'est important d'écrire pour les bonnes raisons, d'être intègre envers sa plume et sa propre voix. Ton blog est très bien, il est là ton matériel, c'est ça qu'il faut envoyer à un éditeur, pas autre chose! Le travail est fait, mais étrangement, tu ne le vois pas... Je suis moi aussi en thèse (de philo), sur la fin, mais il est vrai que la thèse, c'est beaucoup de pression, et s'en rajouter à côté, c'est un peu dur... Il faut que l'écriture se fasse, sinon dans la joie, au moins dans la nécessité... Tu sais, chacun a sa propre voix, c'est une grave erreur de se comparer aux autres, cel a t'éloigne de toi-même...
Allez,prends ton temps, mais tu vois, tes lecteurs ont déjà décidé que tu es une écrivaine, pas besoin d'un prix littéraire pour ça! et puis, il faut commencer par quelquechose et inventer sa voi(x)(e)...

Je te souhaite de prendre ton temps, de cultiver ton propre talent, de continuer ce mélange de recettes et de méditations qui est très beau, un va et vient très simple entre la vie quotidienne et ce qui l'inspire (la partir spirituelle nétant pas toujours celle que l'on croit).
A bientôt!

09 novembre, 2010 19:32  
Blogger laboratorio en movimiento said...

aïe pardon pour toutes les erreurs de frappe qui se sont glissées par là, je déteste! un gran salut du Mexique, en train de grignoter un gâteau au maïs

09 novembre, 2010 19:34  
Blogger Nat' said...

C'est la deuxième année que je suis ton blog (je me permet un "tu" qui n'es ni impoli ni familier, j'espère ne pas choquer...) sans jamais avoir laissé de commentaire. Seuls les imbéciles ne changent pas d'avis et je le fais aujourd'hui :
- les derniers billets étaient effectivement très mélancoliques, grisonnants comme la météo automnale bretonne mais toujours tellement lumineux à l'intérieur, merci pour le message simple qui transparait : "la vie est belle et pleine de surprises quand on la regarde avec des yeux nouveaux"
J'espère que ce voile gris va vite se dissiper...
- originaire de Rennes mais de l'autre côté de l'Atlantique (sur la côte Est, où il fait toujours beau -ou presque-) tes allusions aux lieux qui me sont chers m'ont permis souvent de m'évader là-bas, merci pour cela aussi!
- tes recettes si simples et alléchantes, donnent envie de passer directement au fourneau, quelque soit l'heure de la lecture, je ne les ai pas toutes testées, mais j'en ai eu envie!
- le partage de ton histoire a eu des échos chez moi, peut être aussi un peu de celà qui m'a accroché à tes récits, merci de raconter avec pudeur, sincérité et simplicité comment on peut cicatriser de certaines blessures infligées par soi-même mais maladroitement dirigées par le regard des autres
- vivant avec un docteur (ès sciences mais bon, la rédaction d'une thèse reste la même quelque soit la matière), je te souhaite bon courage pour la rédaction, je sais que se lancer est le plus dur au début, arrêter de tout modifier et remodeler est la tâche difficile suivante, pour enfin accepter de mettre un terme à l'écriture même si on estime ne pas en avoir encore fait le tour.
Ce qui apprend le plus, finalement, c'est peut être le chemin et pas l'arrivée.
Je suis persuadée que ce blog t'aura apporté des choses, comme à nous autres lecteurs/trices, tu as la lucidité de l'arrêter avant qu'il ne te déserve, bravo pour ça.
Bonne route à toi et peut être à bientôt au détour de la toile ou d'un aéroport US si le road trip devient réalité un jour ;)

09 novembre, 2010 19:49  
Anonymous Hélène said...

Il me semble que nous avons besoin d'un gâteau aux myrtilles. Sur-ce, je file en cuisine.

09 novembre, 2010 20:02  
Blogger patoumi said...

Radzimire: oui, je vous dirai sûrement ce que je deviens (a priori je resterai la même!) Et puis vous aurez sans doute à subir un billet pour la sortie du prochain disque de Vincent Delerm!^^

Bergeou: ça me fait plaisir que tu laisses un mot parce que je sais que tu lis le blog depuis presque ses débuts! Merci!

SaRah: (quel joli prénom!) Merci... Je ne sais pas encore quel sera le projet mais il existera ailleurs et j'espère qu'un jour, sûrement très lointain, il sera public.

Lucie: merci pour ce super commentaire! J'aime tellement la première phrase...

Pia: oui c'est ça, y'a pas que le blog dans la vie! J'en avais arrêté de tenir mon journal... Je compte bien te voir à Paris!

Axelle: l'univers reste là, même si j'ai pensé un moment rendre le blog inaccessible! J'aurais sûrement envie d'écrire quand VD sortira un disque, quand Wes Anderson ou Arnaud Desplechin auront fait un nouveau film, au prochain voyage ou simplement pour dire "Je vais bien. Vous me manquez"

Hélène: j'ai bien aimé tous nos échanges! (as-tu besoin d'adresses pour Rennes?)

Cleo: le mot viendra (et j'ajouterai: tu me reconnaîtras à ma cape)

Rose: je me sens toute légère d'avoir pris cette décision et j'ai plein d'idées qui en seront pas sur les tables des libariries mais qui me mettent en joie! J'espère aussi une incursion normande et je te redis que vous pouvez venir à Rennes, qaund vous voulez (mon semestre est assez allégé à l'hôpital)

Séverine: je suis tellement tellement contente de savoir qua parmi les lecteurs il y ait quelqu'un qui aime tous ces gens que j'adore. Merci d'avoir pris le temps d'écrire ce charmant petit mot, merci pour les gentilles exhortations à la vie!

M.: vous savez que je n'ai pas le permis ^^? Merci!

Laurence: c'était de toute façon une annonce en douceur! Je ne sais pas encore si je vais écrire un livre, je vais travailler en tout cas. Et arrêter de m'en faire quand je n'ai rien publie dépuis une semaine!

Les chéchés: bien sûr, tu auras des nouvelles... Je n'oublierai jamais le petit mot exquis juste avant les épreuves de l'internat. Merci.

09 novembre, 2010 20:08  
Blogger patoumi said...

Myriam: exactement! Tu as tout dit!

Cécile: je ne compare pas trop, juste j'admire! J'écris comme ça, je sais que ça peut être beaucoup mieux, j'ai envie aussi de faire d'autres choses!

Vanessa: il y avait un blog que j'adorais autrefois, qui s'appelait French Toast, tenu par Lisa, une française qui vivait à New York. C'est vraiment elle qui m'a donné envie d'écrire. Et quand elle a supprimé son blog, j'étais super triste mais aussi si heureuse de l'avoir lu, et j'ai encore en tête des anecdotes très précises!

Adeline: écrivez moi quand vous aurez votre blog, pour que je vous lise à mon tour!

Le loukoum: et oui, c'est l'une des grandes joies apportées par le blog!

Cécilia: je te souhaite encore plein plein plein de découvertes aussi enthousiasmantes!

Agnès: je n'écrirai jamais pour un prix littéraire (d'une manière générale, je méprise les prix littéraires). Je ne me compare pas aux autres, je pense juste, comme Sagan, que quand on a lu Proust, on se sent un peu minuscule. J'ai besoin de temps, pas forcément que pour écrire. Je pense sincèrement que la qualité littéraire de mon blog est assez moyenne, mais il m'avait pas pour but d'être trés "écrit", les billets sont tapés au fil de la plume après que l'idée principale ait été trouvée.
Ce que j'aimerais, juste, c'est bien faire mon travail, voyager, lire toujours, voir des tas de films et faire plein de progrès au piano. C'est tout. (et écouter des chansons de Vincent Delerm^^)

Nat': super chouette commentaire, merci! C'est vrai que les derniers billets étaient un peu tristes et je dois avoir ce visage-là quand je fends les pavés de la ville à toute allure mais je commence à me sentir déjà mieux! J'espère que le road trip un jour aura lieu! Et plein de courage pour le doctorant!

Hélène: moi je vais profiter d'être chez mes parents ce week end pour faire une tarte choco-caramel...

09 novembre, 2010 20:29  
Anonymous rennette said...

écris Patomi, écris et ne t'occupe pas des autres... sois toi unique Patoumi... ça plaira à beaucoup déplaira à d'autres, et alors ? écris sans ordre, sans méthode, et tout s'unira...
la seule pochette qui me reste de Leonard Cohen, c'est son 45tours papier bleu, "Suzanne, so long ..." je l'adore c'est un de mes objets précieux...
Tu parles de Dylan, je te parle de Joan Baez qui sera rennaise le 31/03... j'hésite...

09 novembre, 2010 20:39  
Anonymous Hélène said...

Je me permets de mettre une citation qui est fort à propos, j'espère que son auteure ne m'en voudra pas.. "On devrait tous lire Patoumi. Car elle sait manier les mots avec justesse.
Car elle a le sens des souvenirs.
Et celui des détails qui font tout.
Car quand ses yeux voient une chose, ses mots ensuite la sublime."
Je pense que ta gentillesse n'a d'égal que ton talent, et je te souhaite d'écrire (encore) des tas de belles choses.
Nous irons chez des amis ce week-end, donc je pense qu'on va se laisse guider (nous avons prévu d'aller à Saint Malo, je rêve d'aller à Tanpopo mais je pense que les autres n'aimeront pas, bouh!)
A chaque commentaire je me dis que ce sera le dernier, mais j'ai plein de choses à commenter encore!!
Je t'embrasse

09 novembre, 2010 21:22  
Anonymous Hélène said...

J'ai oublié de dire que c'était de Loukoum°°°!!

09 novembre, 2010 21:25  
Blogger sab le plaisir de gourmandise said...

moi qui aime tnat telire..alors fais comme tu le souhaites..comme tu le sens ..et comme un bon bouquin qu'on relit je repasserai par chez toi pour relire ces phrses qui me plaisent tant et chavirent mon coeur...

09 novembre, 2010 21:56  
Anonymous zebulon said...

J'ai découvert ton blog tout récemment (quelques mois ?), par l'intermédiaire de celui de Loukoum°°°. Je me sentais bien ici, et je lisais avec plaisir chaque nouveau billet. Du coup, je suis un peu triste de te voir arrêter. Ça va faire comme un vide...
Ceci étant, je comprends tes raisons. Je te souhaite plein de bonnes choses, et j'espère te lire de nouveau très bientôt, ici ou ailleurs.

Et en attendant, peut-être vais-je me plonger dans tes anciens billets, car je ne l'avais pas encore fait !

09 novembre, 2010 22:21  
Blogger patoumi said...

Hélène: les mots de Loukoum°°° me font presque pleurer! [...] Tu me raconteras le week end hein!
Sab: merci, vraiment.
Zébulon: alors le problème c'est que la première année, je trouve que les billets ne sont vraiment pas terribles mais c'est assez drôle à lire en fait!

09 novembre, 2010 22:31  
Blogger patoumi said...

Rennette: (je suis allée trop vite) Je crois que nous irons pour Joan Baez! (le Leonard Cohen est tout simple et facile à trouver mais il coûtait très cher dimanche, c'est celui dont parle Vincent Delerm dans Songs from a room)

09 novembre, 2010 22:40  
Anonymous Artsakountala said...

Et bien là, je me sens comme orpheline. D'un coup, comme ça ... Patoumi, fais ce que ton coeur te dit, mais ne nous oublie pas.

Huppert, cape ou pas cape, leçon ou pas, en tout cas, j'ai aimé te lire.

09 novembre, 2010 22:41  
Anonymous Nouk said...

Snif résume bien mon sentiment en découvrant que c'est là ton dernier billet.
Il y a dans tes phrases une telle justesse des mots que j'en étais parfois profondément troublée.

Tout ça pour dire que j'aimais bien venir te lire, même si je laissais peu de commentaire. M'égarer dans tes propos, me laisser porter par ton écriture qui réveillait des souvenirs, des moments de bonheur ou de mélancolie, le ressenti pour certaines choses, les petits détails auxquels on s'attache. Ca va me manquer.

Je te souhaite bonne chance dans ton futur projet, je crois en toi ! :)

10 novembre, 2010 08:58  
Anonymous 7laviequiveutça said...

J'ai confiance.

10 novembre, 2010 10:01  
Anonymous Florence said...

Chère Patoumi,

chaque nouveau billet était pour moi un plaisir, ils m'émeuvaient, me faisaient découvrir des livres, des films, des plats, et voir la vie sous un angle inconnu. Ils vont me manquer, mais c'est la vie, les choses et les êtres ne sont pas immuables. J'espère juste avoir de vos nouvelles de temps en temps, et peut être vous rencontrer un jour à Nantes, Rennes ou Paris.
Bon courage pour la thèse et bonne chance pour la vie.
Je vous embrasse.

10 novembre, 2010 10:17  
Blogger Ananim said...

moi non plus je n'avais pas compris ou bien pas voulu comprendre que vous arretiez le blog. je pensais que vous alliez ecrire autre chose en meme temps.
ca me rend aussi tres triste... mais bonne chance pour la suite. en esperant vous retrouver dans les rayons d'une librairie - mais faudra nous prevenir si vous utilisez un autre nom, hein ?

10 novembre, 2010 11:00  
Blogger MM said...

"Définitivement" n'existe pas.

10 novembre, 2010 12:14  
Anonymous verveine said...

C'est un tel plaisir de venir ici... je suis bien triste d'apprendre la fin de ce blog.
Merci encore pour ces messages dont je ne me lassais pas d'entendre la petite musique.
J'espère que le blog restera accessible et que je pourrai venir m'y replonger de temps en temps.
Bonne route, Patoumi, et n'oublie pas de nous donner des nouvelles de tes nouveaux projets :-)

10 novembre, 2010 14:44  
Anonymous Anonyme said...

j'aime la justesse des mots et leur précision et ce n'est pas vain de dire que je suis très attristée de la fin de ce blog; l'impression de perdre une amie et une fenêtre sur un joli monde que je n'ai plus le temps d'explorer par moi-même qui se ferme.

Bnne chance ailleurs.

Une bise virtuelle

atlante

10 novembre, 2010 15:47  
Anonymous sandrineD said...

Bonsoir,
Des mois que je vous lis avec plaisir car votre verbe est original et tellement juste;je n'avais pas compris, je me suis dit: chouette elle se lance dans un livre, quel bonheur!!mais pas que cela signifiais la fin du blog, c'est en lisant les commentaires que j'ai réalisé!!
Quel tristesse!!Peut être aurez vous l'envie de faire,parfois, une pause dans votre travail d'ecriture, et de venir nous raconter une nouvelle!!
Du coup je me lance et pour la première fois je laisse un commentaire.Informez nous de l'avancée de votre projet, car c'est avec plaisir que je vous lirais...toujours

10 novembre, 2010 20:57  
Anonymous Maya said...

Est-ce qu'au moins tu laisseras tes billets et tes recettes en ligne? J'espère que oui... Bonne route Patoumi et merci encore pour les mille et un échos que ton écriture faisait résonner en moi. Je suis certaine que ta voix a plein de choses à dire.

10 novembre, 2010 21:39  
Blogger patoumi said...

Je suis très touchée par tous vos messages! Ca fait bizarre d'arrêter le blog parce que j'avais l'habitude de toujours penser à ce que j'allais écrire lorsque je vivais des petits moments qui comptaient pour moi (genre là, j'aurais pu prévoir d'écire un billet intitulé "La fin du kebab" mais en fait, non, et c'est bien comme ça!)

Artsakountala: ah ça non, je ne vous oublierai pas! Un blog n'est rien sans ses lecteurs, et j'aimais beaucoup les miens!

Nouk (j'aime bien ce nom là aussi): je reviendrai, ailleurs... Merci de la confiance!

7commeçalalalalala: mais oui, il faut, merci! Je n'ai pas dit mon dernier mot!

Florence: j'ai toujours été très touchée par vos petits mots. Peut-être que nous pourrions prévoir une rencontre à Nantes ou à Rennes, cela fait si longtemps... et j'en serais vraiment ravie.

Ananim: je pense que le temps que j'aterrisse dans les rayons d'une librairie, tout le monde m'aura déjà oubliée!^^ Mais je donnerai des nouvelles bien sûr. Et vous me croiserez peut-être à un concert de Delerm!

MM: [...]

Verveine: merci, pour les encouragements, les mots gentils. Je suis toujours touchée quand de veiux lecteurs se manifestent (c'était un peu mon problème pour le blog: j'ai peur de lasser)

Atlante: tu sais, si un jour tu veux boire un verre, il ne faudra pas hésiter!

SandrineD: ne soyez pas triste, ça me rend triste! Je reviendrai, autrement, j'espère. Merci pour ce petit mot.

Maya: oui, cela va rester en ligne (il y a quelques billets que j'aime bien lire, surtout la série sur Delerm^^) Merci pour tous les derniers comentaires que tu as laissés, et qui m'ont émue.

10 novembre, 2010 22:03  
Blogger Audrey said...

Patoumi, ma gentille Patoumi, ne nous quittez pas. Lire vos superbes billets le soir, lorsque je sais que le lendemain, je peux dormir plus tard et que ce n'est pas grave si je veille, essayer vos recettes inratables, vous imaginer, jolie et gracieuse évoluant en Suède et ailleurs, goûtant aux plaisirs de la vie, vêtue de vos jolies robes ... m'apporte beaucoup de bonheur parce que je vous vois très sérieuse et très concernée par les gens, par les choses, et tout ce qui se passe, mais aussi très charmante et un peu fragile. C'est égoïste. Je vais paraphraser un autre grand chanteur : "ne me quitte pas". Et la vieille dame que je suis a envie de vous dire qu'elle vous aime beaucoup. Mais que de jolies brises fassent avancer votre barque.
Audrey

10 novembre, 2010 22:35  
Anonymous arrosoir said...

je suis un peu vexée de penser ne plus te lire...
je suis un peu pressée de lire n'importe quoi de ce qui en sortira de cette expérience...
je te suis redevable de ces jolis moments croqués et croquants ...
et je suis tellement contente de savoir que tu te lances !
merci !

11 novembre, 2010 10:00  
Anonymous Artsakountala said...

Je rajoute juste un (dernier ?) mot parce que c'est difficile de dire (d'écrire) ce que l'on ressent. Je relis mon précédent message et je le trouve bien trop abrupt (j'espère qu'il n'a pas été ressenti de la sorte). Ce que je voulais dire par le fait de faire ce que le coeur dit (c'est bien compliqué, cette tournure de phrase !) est, dit plus simplement, "yalla" (en avant !). Souvent, dans tes messages de réponse, revient le mot "tristesse". Cette forme d'écriture qui est celle du blog ne te contente plus. On sent cette flamme qui brûle, cette envie qui a besoin d'être assouvie, sinon elle n'aurait de cesse de te tarauder, te tourmenter. Je comprends ce sentiment (en tout cas, c'est comme cela que je l'interprète) d'être prise entre deux feux. L'écriture est une forme d'abnégation qui réclame de faire des choix. Va, vole et reviens.

11 novembre, 2010 11:02  
Anonymous Anonyme said...

Quel dommage d'oser laisser un message uniquement quand cela se termine... Je n'avais jamais osé auparavant, et maintenant, toutes les bonnes choses se terminent... Après Mingou, toi...
Merci beaucoup pour tous ces livres, ces recettes, ces adresses suggérés et que nous avons eu le bonheur de pouvoir découvrir et apprécier grâce à toi.
En te souhaitant tous mes voeux de bonheur et de réussite pour la suite, et en espérant avoir peut-être de nouveaux conseils culinaires, littéraires et existentiels ;) quelques fois encore!
A.S

11 novembre, 2010 11:14  
Blogger patoumi said...

Audrey: que dire après un petit mot aussi touchant? Votre ton me fait penser à la lettre qu'adresse à Truffaut l'une de ses amies américaines quand Catherine Deneuve a rompu... Merci infiniment.

Arrosoir: oh non il ne faut pas être vexée... Je ne sais pas bien dans quoi je me lance exactement mais j'aime les (bonnes) surprises!

Artsakountala: je crois surtout que l'espace du blog ne me convient plus et que j'y écrit pour des raisons qui ne me plaisent pas trop non plus. J'espère que si un jour je reviens, personne ne sera déçu (mais malheureusement, je pense que si) Merci d'avoir pris le temps de laisser un autre commentaire.

A.S.: si tu écris à Mingou, tu verras qu'elle écrit encore... Et il n'est pas dommage d'avoir laissé ce message parce que j'aime savoir que les livres, les adresses sont arrivés à leurs destinataires!

11 novembre, 2010 15:55  
Anonymous A. said...

Snif ...:-(

12 novembre, 2010 15:09  
Blogger ulije said...

Quels mots pour te dire le pincement au cœur de ne plus lire tes aventures culinaires et, en même temps, tout mon ravissement de savoir que tu te lance dans quelque chose que tu aime! Peut-être juste en te disant que tu va manquer dans mon paysage blogesque, mais que grâce à toi je me suis sentie moins décalée dans mes études scientifiques avec mes envies littéraires et culinaires! Bon courage et pleins d'ondes positives pour réaliser tes rêves.

12 novembre, 2010 16:36  
Blogger Tatieva art said...

Oh, mince, ce chemin bloggeste s'arrête donc là ? J'aime cette façon de décrire le quotidien, nos heures et malheurs avec cette plume tantôt tendre, tantôt plus acide. Et même plaintive. Parce qu'il est bon de savoir qu'on n'est pas toute seule à sniffer et à geindre. Et parfois, ça fait du bien.
Comme lire, écrire, pianoter ou peindre... Bref, tous les plaisirs que l'on dit "petits" mais qui sont si grands à l'âme !

Profites bien...
Et je t'envies, je n'ai pas encore franchi ce pas du "j'ai besoin d'autre chose"...

12 novembre, 2010 21:37  
Blogger patoumi said...

A.: non non, il ne faut pas être triste! Je donnerai des nouvelles!

Ulije: je connais bien ce sentiment de décalage qu'on peut ressentir quand on fait des études scientifiques et qu'on ne pense qu'au prochain gâteau par exemple! Je suis contente que l'alibi ait été un bon alibi!

Tatieva art: mais c'est dur de renoncer aux "avantages" d'un blog, je comprends ce que tu dis à la fin du message! Je sais que les mails des lecteurs me manqueront sûrement un peu surtout. Mais ça me motive à faire autre chose, pour eux aussi!

12 novembre, 2010 23:22  
Anonymous mab said...

Patoumi, je n'avais pas de suite compris que c'était le dernier post; ça m'a rendu un peu triste, je ne commentais presque jamais, mais j'aimais venir ici, j'attendais chaque nouveau post avec impatience; lire tes récits avec des mots toujours choisis avec justesse, on sentait des tranches de vie douces d'autres parfois plus tourmentées, c'était agréable de partager cela; Mais ce serait très égoïste de ne pas comprendre ton choix, si cela ne te convient plus tu as bien raison d'arrêter; il faut avant tout faire les choses pour soi.
J'ai quelques fois lu que tu te demandais si les lecteurs venaient ici pour les recettes...pour ma part je venais aussi pour les recettes (les tartelettes abricots chocolat et la tarte framboise chocolat sont mes favorites), même si ton blog n'en n'est pas exclusivement un, c'est l'un des tout premiers blog de cuisine que j'ai découvert il y a quelques années; par l'intermédiaire de Loukoum.
Ah dernière découverte en te lisant la boutique Müm; un site de tentations!! Merci pour toutes ces découvertes culinaires et autres que tu as suscitées!
Pour terminer, je te souhaite bonne route pour ce que tu entreprendras, pour la future thèse, que la vie te soit douce.
Et puis peut-être viendras-tu nous donner de tes nouvelles, ce serait bien..lorsqu'on lit un blog pendant tout ce temps on s'attache à la personne qui l'écrit, on aimerait connaître son devenir...
A bientôt alors!

14 novembre, 2010 18:30  
Anonymous Prali said...

Merci encore pour ce merveilleux week-end à Biarritz et bonne poursuite.

15 novembre, 2010 14:31  
Anonymous Pralines et canelés said...

Merci encore pour ce merveilleux week-end à Biarritz et bonne poursuite.

15 novembre, 2010 14:32  
Anonymous Anne said...

Je suis triste et un peu heureuse à la fois de lire ces lignes! On a un peu discuté de ce billet avec notre copine P.
J'espère pouvoir te relire un de ces jours ici ou ailleurs!

15 novembre, 2010 19:40  
Blogger patoumi said...

Mab: merci, vraiment. J'en avais oublié qu'un jour j'avais fait la tarte choco-framboise... Je tenais aussi à arrêter avant de lasser parce qu'on a beau dire, je parle toujours un peu de la même chose (un jour, j'avais même reçu un mail mal attentionné de quelqu'un qui avait fait un pastiche de L'alibi... Un tout petit peu vexant!) Je ne sais pas bien s'il y aura un jour une publication à mon nom, mais ce qui est certain, c'est que je n'aimais plus du tout du tout mon blog... Merci encore pour la confiance et la fidélité!

Praline et cannelé: je suis contente d'avoir converti quelqu'un à Biarritz!

Anne: quelle chance ces dîners avec P.! (le dernier menu avait l'air dément, surtout le plat) Le blog disparaît mais pas moi (comme me l'a fait remarquer Gracianne) alors j'espère que je si je reviens à Strasbourg...

15 novembre, 2010 19:52  
Anonymous loukoum°°° said...

SI tu reviens à Strasbourg?
!!
Je préfèrerais "QUAND je reviendrai à Strasbourg"
:)

16 novembre, 2010 18:54  
Blogger fratnat said...

un jour j'espère, je lirai un beau livre en me demandant "est-ce elle ?"
Merci pour tout ce que tu as partagé avec nous, il y a encore des mines à explorer dans toutes ces pages, j'y puise régulièrement mes idées de lecture de banlieusarde chronophage impulsive !

18 novembre, 2010 22:49  
Anonymous Philomène (un peu de solennité pour l'occasion!) said...

Amuse-toi bien!

19 novembre, 2010 07:27  
Blogger patoumi said...

Loukoum°°°: ah oui alors, j'espère que je reviendrai bientôt! (mais j'avoue que j'ai du mal à cocher des jours sur l'agenda à cause du mémoire et de la thèse... Je suis très nulle!:-(

Fratnat: merci! J'adore la BCI!

Philomène: (j'aurais été tentée d'utiliser mon vraie prénom pour être solennelle aussi) Je vais m'appliquer à faire ce que tu dis!

19 novembre, 2010 08:36  
Anonymous Artsakountala said...

http://www.youtube.com/watch?v=mTKnY70W6qE

:-)

Bise !

19 novembre, 2010 09:36  
Blogger fratnat said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

19 novembre, 2010 22:05  
Anonymous Artsakountala said...

Patoumi, regarde mon lien ; je suis certaine que tu vas aimer :-)

22 novembre, 2010 16:45  
Blogger Madame Alfred said...

Comme ça résonne .Comme Leonard a raison . Comme je devrais l'écouter .

24 novembre, 2010 11:22  
Blogger patoumi said...

Artsakountala: c'est vrai que c'est une chouette vidéo, merci!
(je me demande comment tu es tombée dessus)

Madame Alfred: merci d'avoir laissé un petit mot qui me fait découvrir votre (vos) blog(s)! (au début, quand vous parliez de Léonard, j'ai cru que c'était le fils de Grand Chef!)

24 novembre, 2010 23:20  
Anonymous Artsakountala said...

Je suis contente que la vidéo t'ait plu :-) En fait, c'est une "amie" de facebook qui l'a publiée et lorsque je l'ai vue, j'ai pensé à toi :-)

Je te devais bien cela car tu m'as découvrir des tas de choses que je ne connaissais pas et que, maintenant, je connais grâce à toi !

J'espère que tu vas bien.

Amitiés,

A.

27 novembre, 2010 15:54  
Anonymous Anonyme said...

Coucou patoumi un petit mot pour te souhaiter un bon noel; tes listes de cadeaux me manquent.. une bise virtuelle en espérant que tout aille bien dasn ta nouvelle vie atlante

20 décembre, 2010 11:00  
Blogger avis said...

patoumi tu nous manque
j'espère que tout va bien pour toi et que tu te prépare à passer de bonnes fêtes.
j'espère aussi que tes projets d'écritures avancent.
passe de très bonnes fetes

bises
manuela

21 décembre, 2010 10:52  
Blogger patoumi said...

Atlante: c'est vrai que j'aimais bien faire des listes de Noël...
Merci en tout cas d'y penser! Je te souhaite plein de bonnes choses pour les temps à venir!
Manuela: (je suis en plein foie gras!) Merci, vraiment! Je te souhaite de bonnes fêtes aussi!

21 décembre, 2010 17:57  
Blogger avis said...

super tu fais ton propre foie gras ^^

mon grand père en faisait un tellement bon que je n'ai pas encore osé me lancer. trop peur d'être déçue. Et pourtant il m'a toujours dit que c'était facile mais qu'il fallait un bon foie pas trop gros

21 décembre, 2010 23:13  
Blogger Lylou said...

vous m'avez bien fait sourire lorsque vous avez écrit que vous aimeriez bien pouvoir susciter une émotion par votre talent.Moi aussi j'aimerais être talentueuse Patoumi mais malheureusement je ne le suis pas. Je pense que vous écrivez bien mais il faut vous donner le temps de plus écrire. Oui je sais le temps n'est pas extensible. Elle est juste cette phrase de De Vinci qui conseille à son élève de travailler plutôt que de se lamenter.Mon prof de dessin me disait qu'il ne suffisait pas d'être doué mais il faut aussi beaucoup travaillé.

Lylou

25 décembre, 2010 20:09  
Blogger Couisine Marocaine said...

Bonjour,je viens de parcourir votre blog,j'ai beaucoup aimé.... Et tous ces plats ,vous en avez des recettes !!!!!!! bonne journée la recette que j'ai ne me satisfait pas ,je suis très preneuse !! merci par avance
j'ais déjà traité un site comme ca
recette couscous
Couscous recipe
Tajine Marocain
Recette cookies
Recette crepe
gateau au yaourt
Recette moelleux au chocolat
Dessert rapide
Recette tiramisu
Partenaire
gateau au yaourt
recette cookies
Recette Couscous
recette crepe
recette tiramisu
recette couscous marocain
recette crepe
recette cookies

10 juin, 2014 11:06  
Blogger Couisine Marocaine said...

Bonjour,je viens de parcourir votre blog,j'ai beaucoup aimé....Je suis tombée sur votre blog il y a quelques mois (en cherchant, justement, la "vraie" recette Et tous ces plats ,vous en avez des recettes !!!!!!! bonne journée la recette que j'ai ne me satisfait pas ,je suis très preneuse !! merci par avance
j'ais déjà traité un site comme ca
recette creme anglaise
recette patisserie
recette quiche lorraine
recette couscous
Couscous recipe
Recette Thermomix
Recette cookies
Recette crepe
gateau au yaourt
Recette moelleux au chocolat
Dessert rapide
Recette tiramisu
Recette paella
Recette punch
Recette pancakes
Recette crumble
Je viens de tester ta recette, elle est parfaite. Je vais bientôt la publier sur mon blog !! :) Merci pour cette super recette.

05 juillet, 2014 14:20  

Enregistrer un commentaire

<< Home