lundi 16 août 2010

Et elle aimait la vie comme vous n'imaginez pas

Vendredi midi à Gaardanas Butik.
Nous avons partagé la grande table en bois peinte en bleu clair avec un petit groupe d'amis qui semblaient tous aimer la moutarde douce.
La jeune femme qui nous a accueillis, jean, tennis roses et tablier en lin chocolat, a annoncé dans un sourire qu'il y avait des boulettes maison ou un ragoût de saucisses avec une écrasée de pommes de terre, une assiette de harengs et de la soupe d'asperges blanches.
Pour patienter, elle a apporté de fines tranches de pain au levain, du beurre délicieux et un jus de pommes artisanal dans une jolie bouteille.
Pour patienter, nous avons photographié les empilements de cageots de bois, les légumes locaux et les bocaux de miel. J'ai bien aimé rajouter un peu de beurre sur l'écrasée de pommes de terre enrichie d'herbes fraîches et de la moutarde au miel sur mes boulettes toutes moelleuses. Autour des autres tables, tout le monde avait l'air content.
Alors que nous parlions de mobilier scandinave, alors que G. sirotait le café qui clôt chacun de ses déjeuners, un homme très âgé s'est avancé dans la salle. Un homme très élégant dans sa démarche lente. Il était suivi de près par une femme toute ridée, qui se déplaçait à l'aide de deux cannes. Lentement. Derrière eux, un ami de la même génération, avec un chapeau. Ils ont serré la main de la jeune femme aux tennis roses et au tablier chocolat, elle s'est empressée d'aller chercher des coussins dans la vitrines, pour adoucir le dossier de leurs chaises. La cuisinière, tablier bleu et grande chemise blanche, est sortie les saluer chaleureusement et les visages si ridés étaient ravis.
Ils ont choisi le hareng, servi avec des oeufs durs, des crackers, de la crème et du fromage. L'ami s'est dit qu'il aimerait une bière bien fraîche pour accompagner ce repas. Comme il n'y en avait pas, il a décidé, posément, d'aller en chercher au supermarché d'à côté. Dix minutes plus tard, la cuisinière déposa sur la table un petit manège à oeufs en bois, le pain et le beurre. La femme entreprit de faire quelques tartines pour son mari et pour leur ami. Elle commença à étaler le beurre sur les petites tranches de ce si bon pain à la croûte fine et croustillante, au coeur moelleux acidulé, à cause du levain. L'ami les a vite rejoints, il a ouvert la canette de bière, en a partagé le contenu dans trois grands verres et sembla très heureux de trouver dans son assiette la petite tranche de pain beurré.
Je ne sais pas bien dire pourquoi mais j'ai été infiniment émue par ces trois personnes, visiblement très âgés, qui se sont dits ce midi-là "Tiens, si on allait déjeuner à Gaardanas Butik?", qui semblent bien s'entendre, qui prennent soin les uns des autres et qui sont à l'écoute de leur désir.


Gaardanas Butik Nytorsgatan 31 à Stockholm
Ju*, avec son bon goût et son érudition habituels, en avait déjà parlé, j'avais oublié de noter l'adresse mais mon inconscient s'en est chargé pour moi!

14 Comments:

Blogger Gracianne said...

Oh la chouette carte postale :)
Il y a une jolie douceur dans cette scene.
Je voudrais des harengs et du pain qui craque.

16 août, 2010 11:04  
Anonymous loukoum°°° said...

C'est beau...

16 août, 2010 13:22  
Anonymous Chris said...

Quel beau moment, je comprends que tu aies été touchées...et puis, tu le racontes si bien !

16 août, 2010 16:17  
Blogger Julia* said...

Hej! Je suis heureuse de voir que tu passé un bon moment à Gårdarnas Butik. Cette scène est merveilleusement bien décrite. C'est tellement VIVANT. Je ne sais pas si c'est parceque l'endroit m'est familier, mais ça m'émeut beaucoup aussi... je n'ai d'ailleurs aucun mal à t'imaginer assise à cette belle table bleue, observant ces trois "gubbar" ;-)

16 août, 2010 18:11  
Blogger Cléo said...

Je trouve très drôle qu'il soit allé chercher de la bière. Il devait s'être imaginé le moment dans les menus détails, et le verre houblonné faisait partie du tableau.

16 août, 2010 21:41  
Anonymous clquipopotte said...

J'aime bien , quand tu me racontes ...
Bonne semaine ...
CLquipopotte♥♥♥

16 août, 2010 21:51  
Blogger patoumi said...

Gracianne: j'ai pas encore osé les harengs au petit-déjeuner mais parfois dans les bed and breakfast ils servent du pain maison tout chuad trop bon!
Loukoum°°°: je suis sûre que tu aurais bien aimé cet encdroit! (les assiettes étaient chaudes!)
Chris: ce moment a adouci ma vision de la vieillesse...
Jùlia*: le soir j'ai relu ton billet où tu en parles et j'ai souri! Comme toi, j'ai adoré le Södermalm... Là je suis en pleine campagne suédoise et je retourne à Stockholm ce week end, avant de rentrer!
Cleo: oui, c'est exactement ça! Il a du se dire, "Hmmm, ce serait trop bon avec une bière bien fraîche!" et il n'a pas eu la flemme d'aller la chercher, il n'a pas laissé tomber. J'adore.
CL: merci!

16 août, 2010 23:57  
Anonymous arrosoir said...

un trio de gourmet joliment dépeints ! bon voyage !

17 août, 2010 08:12  
Blogger Ananim said...

Ben ca donne envie d'y etre :)

17 août, 2010 08:25  
Blogger isabelle said...

j'étais en vacances à St Ives (Cornouailles) là j'ai essayé au petit déjeuner le hareng chaud servi avec citron et toasts beurrés et j'ai adopté !

17 août, 2010 11:58  
Anonymous rose said...

C'est une très jolie évocation ! ça me rappelle un couple tout jeune qui écoutait un musicien sur une place d'Allemagne; tout dans leur coiffure, leurs vêtements évoquait une autre époque et pourtant ils étaient si évidemment heureux d'être là, ensemble.

19 août, 2010 16:04  
Blogger Gourmandises Chroniques said...

J'ai fermé les yeux et je me suis vue à la table d'à côté... Merci

22 août, 2010 21:59  
Blogger Miss Popote said...

Un ami m'a lu l'autre jour Mushrooms de Sylvia Plath. C'est pas encore vraiment la saison mais je comprends que tu aimes cette poétesse. tu la lis en anglais?

28 août, 2010 12:10  
Blogger patoumi said...

Arrosoir: j'avais presque eu envie de leur dire comme ils m'avaient touchés...
Ananim: et je crois que VD aime bien ce pays aussi!
Isabelle: oui, en fait le hareng au petit dej avec des tartines de pain chaud, c'est très chouette!
Rose: je les imagine très bien...
Gourmandises chroniques: je suis contente, c'était le but!
Miss Popote: les poèmes en anglais (il en existe des supers belles éditions) mais la prose (dont ce recueil de nouvelles qui m'ont laissée baba "Le jour où Mr Prescott est mort") en français.

02 septembre, 2010 21:38  

Enregistrer un commentaire

<< Home