lundi 9 août 2010

J'ai aimé comment (l'été instantanément)

Dans la petite boutique à la façade bleu azur, il m'a offert un collier* avec quelques minuscules pierres transparentes à peine roses et une fleur blanche. Les deux vendeuses et une de leurs amies, qui s'apprêtait à aller dîner à Hossegor, ont toutes incliné la tête sur le côté et laissé échapper un soupir ému. Il a trouvé ça un peu exagéré quand même. Avec le collier, il y avait une petite pochette avec inscrit ce qui pourrait être un résumé des temps derniers.
Little things make big days.
Cette année, j'ai régardé Biarritz à travers les deux appareils photos instantanés qui me suivaient partout, même si c'était lourd et qu'il faisait chaud, même si cela conduisait à avoir deux sacs alors que le premier est déjà très rempli (un agenda Moleskine noir, un cahier pour les notes de voyages, les dessins et les collages, un porte-monnaie, un porte-carte en cuir bleu doublé de Liberty, une trousse suédoise achetée à Paris en hiver et lourde de crayons de couleurs achetés à Vienne, d'un stylo multi-mines japonais et de deux feutres bleu marine et vert d'eau, un baume à lèvres carotte-citron, un autre norvégien qui a fait ses preuves, des lunettes de soleil, un roman en cours**, un paquet de mouchoirs et parfois, une paire de chaussures dans une pochette). Ainsi furent pris dans une excitation généralisée la disparition du soleil au dessus de la plage des Basques, une main remuant une paille dans un verre de Mojito bu au bord de l'eau, un noeud à une encolure, une glace à l'Italienne en revenant de la plage, un petit-déjeuner à Miremont (leurs toasts très épais grillés, beurrés et confiturés à la framboise trempés dans un chocolat chaud est une délicieuse façon de commencer la journée) ou la Grande Plage façon Martin Parr avec un Polaroïd vintage bouton rouge ou un Lomo complété par sa propre chambre de développement instantané. Certaines photographies noir et blanc ont l'air d'avoir été prises au début des années 30.
J'aurais voulu tout photographier.
La chanson de Daho par hasard dans un atelier de poterie.
La joie matinale, inlassable, au moment de remonter les volets du balcon, en voyant le ciel clair sur les vagues qui embrassaient les rochers pourtant pointus.
La bonne humeur des habitués qui se rassemblaient autour du comptoir de mon endroit préféré pour commencer la soirée autour d'une orange pressée puis d'un verre de vin, le tout avec des tapas divins.
La solitude concentrée de ce garçon, allongé sur sa serviette de plage, avec un roman de chez GF Flammarion qui lui faisait froncer les sourcils.
Le goût des glaces de minuit face à l'océan.
Ses cheveux qui blondissent.
La maladresse assez touchante de l'étudiant en médecine qui a préparé ma crêpe au chocolat (qui a tâché ma robe).
Le regard curieux du libraire.
La voix d'une amie quand il fait très chaud mais qu'il y a quand même du vent à la plage, tu entends?
Chouettes vacances.

*Un peu comme j'évite absolument tout maquillage (par pudeur et timidité), je ne porte jamais de bijoux, sauf la bague achetée il y a trois ans maintenant chez un antiquaire, au début de l'été. L'achat de ce collier constitue donc un micro-évènement.

**Autre liste: Dix livres pour les valises
Le destin de Mr Crump
de Ludwig Lewisohn
Dix heures et demie du soir en été de Marguerite Duras
Roman à clefs d'Alizée Meurisse (acheté à cause de la phrase en quatrième de couverture J'ai un faible pour les biscuits au chocolat, dévoré et adoré)
Agnès de Peter Stamm (ou Sept ans du même auteur)
La chamade de Françoise Sagan
Chez les heureux du monde d'Edith Wharton
La correspondance Simone de Beauvoir/Jacques-Laurent Bost
Sister Carrie de Theodore Dreiser
W ou le souvenir d'enfance de Georges Perec (même si je sais par expérience que rien ne vaut la lecture de La vie mode d'emploi lors de vacances romaines)
Vous partez déjà? Ma vie avec Harold Pinter d'Antonia Fraser (qui m'agace prodigieusement -j'étais au bord de déchirer des pages, mais j'aime bien quand même les anecdotes sur les doutes de Pinter et les apparitions de Samuel Beckett) (c'est l'auteur de la biographie de Marie-Antoinnette qui a inspiré Sofia Coppola, qui a su en faire l'une des oeuvres que je préfère quand il s'agit d'adolescence)
Et puis les classiques, qui vont bien avec la citronnade: Proust, Flaubert (j'ai justement L'éducation sentimentale dans mon sac-à-livres avec Un balcon en forêt de Julien Gracq), Tolstoï et ma chère Sylvia Plath.
Et puis les livres pour ados à jolie couverture, Mon automne à Kyoto de Karine Reysset, Quatre soeurs de Malika Ferdjoukh, Angleterre de Geneviève Brisac ou Les peurs de Conception d'Agnès Désarthe.

Et vous, vous lisez quoi cet été?

30 Comments:

Anonymous rennette said...

joyeux retour Patoumi !! mais sûrement vos vacances ne sont-elles pas terminées...
je n'ai pas encore lu (suis à mon poste) mais j'avais hâte de vous demander si vous connaissiez le documentaire de Valérie mréjen sur la psychiatrie à Marseille ?
je voulais aussi vous demander de m'excuser de m'être autant attardée chez vous la dernière fois...

09 août, 2010 12:33  
Blogger patoumi said...

Oh non, il ne faut pas vous excuser! C'est moi qui ne me suis pas sentie à la hauteur avec mon gâteau tout pourri! Et après, je n'ai pas osé te relancer pour le couscous!
Je vais tout de suite regarder pour Mréjen à l'HP. Merci! Et à bientôt!

09 août, 2010 12:41  
Anonymous Lilou said...

En ce moment, je lis "Le bras" et "La beauté, tôt vouée à se défaire" de Yasunari Kawabata.
Profite bien de tes vacances.
Au plaisir de te lire.
L.

09 août, 2010 16:42  
Anonymous rose said...

J'adore cette longue "carte postale", il ne manque que les Polaroïds associés, mais bon on peut s'en faire une idée assez précise ! J'ai fini un gros roman coréen, un peu de Vian et maintenant Peter Ibbetson. C'est drôle,les bagues anciennes et les bracelets, là réside toute ma coquetterie, c'est une collection que je développe très assidument... Bonne suite de chouettes vacances !

09 août, 2010 18:08  
Anonymous Artsakountala said...

Tu étais dans ma région du coeur, le sud-ouest, la côte basque ! Merci de ce billet :-)
Moi, pour la lecture, il y a eu Sylvia Plath aussi (fini dans le train), il y a maintenant, qui prend le relais, Chronique japonaise de Nicolas Bouvier, Sunborn ou Les Jours de lumière de Delerm père, Prélude + De sur la baie de Katherine Mansfield. Et tellement d'autres qui m'attendent ...
Bonne suite de vacances !

09 août, 2010 18:49  
Anonymous bache said...

(C'est qu'on aurait presque envie de les voir, ces polaroids!) Mais le mystère ne fait que plus voyager l'esprit, à défaut de voyager pour de vrai.
Cet été, j'ai lu Manhattan Transfer de Dos Passos, un peu ardu, trop kaléidoscopique à mon goût, puis Arcadia de Tom Stoppard, un vrai petit bijou avec de la littérature, du jardinage et de l'histoire de la science dedans. Et aujourd'hui j'attaque fébrilement le Loup des steppes de Hermann Hesse, cela faisait longtemps qu'il était sur ma liste.
Tu m'as aussi fait ressortir mes classiques de Sylvia Plath que j'ai étudiés il y a quelques années.

09 août, 2010 19:32  
Blogger gwendoline said...

C'est un joli néologisme, ce titre de billet... un peu comme si, alanguie par la chaleur du sud, ou alors la bouche pleine, tu avais la flemme -toutefois élégante- de ne pas aller au bout des mots !

09 août, 2010 20:02  
Blogger reinette said...

J'ai lu "la Lenteur" de Kundera qui m'a bien amusée, "la passion Lippi" de Sophie Chauveau qui m'a donné envie de mieux connaître la peinture italienne et maintenant je me plonge dans "l'antivoyage" de Muriel Cerf, je pars par procuration en cet été parisien.

09 août, 2010 21:42  
Blogger gwendoline said...

Ah. ça n'était donc pas voulu, alors.

09 août, 2010 23:21  
Blogger patoumi said...

Lilou: le titre du Kawabata est si beau... (je n'ai jamais été déçue par un Kawabata)
Rose: on ne s'est toujours pas envoyé de photos de nos bureaux... maintenant je veux voir les bagues et les bracelets!
Artsakountala: il y a quelque chose que j'aime peut-être encore davantage que les glaces et les tapas à Biarritz, c'est de voir les montagnes quand on longe la plage des Basques, le matin tôt.
Bache: Le loup des steppes est aussi dans ma musette!
Gwendoline: ça disait bien mon excitation quand j'appuie sur le déclencheur! Mais non, ce n'était pas voulu du tout!
Reinette: ça me rappelle quand j'étais ado et que je lisais des romans italiens pour oublier que je ne partais pas en vacances.

10 août, 2010 01:17  
Blogger Tutim said...

quel beau billet..
je lis Soledad de Stephanie Janicot, c'est un tres beau livre. Avant j'avais lu La passerelle de Lorrie Moore - pas le meme genre mais tres bien aussi. Et encore avant ca La vacation de Martin Winckler - ce n'est pas son meilleur mais c'est tout de meme bouleversant

10 août, 2010 09:07  
Anonymous Artsakountala said...

@ Patoumi : oh oui ! J'aime ces paysages vallonnés, ce vert des coteaux à côté du bleu de la mer. Discussion de ce matin avec mon chat (mon G. à moi qui s'appelle S.) : Bretagne versus Pays Basque, et je lui disais qu'il y a quelque chose d'austère (qui n'enlève rien à la beauté des paysages, au contraire) dans la Bretagne que je ne retrouve pas dans le Pays Basque. La première est sans doute plus sauvage, le second, un peu plus rustique. Le Pays Basque me réconforte, il me fait penser à un homme de la terre, taiseux, au sourire économe, qui nous aime bien mais dont la pudeur l'empêche de nous le dire et qui le démontre par des plats bien généreux.
PS 1 : il faut que je lise d'E. Wharton et J. Gracq.
PS 2 : j'aime beaucoup ton collier.
:-)

10 août, 2010 10:47  
Anonymous Maya said...

J'ai lu, sur place là-bas, pendant les soirées à l'hôtel après les visites des temples, "Voyage dans les royaumes de Siam, du Cambodge et du Laos" de Henri Mouhot. C'était bien, tout comme la salade de papaye verte et l'amok (poisson au lait de coco). Mmmmm!!!

10 août, 2010 16:12  
Anonymous Léna said...

Quelques lignes de Julien Green dans l'avion... puis le rythme et la fatigue faisant... les albums du Chat du Rabbin et les mil albums de Trondheim empruntés à la (Grande) Bibliothèque où je réalise mon stage s'avèrent de fidèles compagnons de l'été.

Merci pour la carte postale en mots & image(s).

Des sourires de Montréal.

11 août, 2010 05:33  
Anonymous patoumi said...

Tutim: j'avais oublié que pendant longtemps, pendant les études de médecine, j'ai correspondu avec Martin Winckler!
Artsakountala: les héroïnes féminines de Wharton m'énervent un peu mais c'est tellement palpitant que je passe outre!
Pour le pays basque et la Bretagne, c'est exactement ce que vous dites!
Maya: quelle chance ce voyage! Mais dès que je lis la moindre ligne sur le Cambodge, j'ai les larmes aux yeux...
Léna: Montréal! Mais jusqu'à quand? Moi je vous envoie des sourires suédois!

11 août, 2010 10:36  
Anonymous Nathalie said...

Joli instantané !
Pour moi les vacances sont finies et j'en ai profité pour lire des pavés : Kessel, Undset, Shimazaki soit près de 3 000 pages de bonheur à découvrir http://lacompagniedeslivres.over-blog.com/
Tout ça avant d'attaquer la rentrée littéraire !

11 août, 2010 18:13  
Anonymous Nouk said...

Le Loup des Steppes je l'ai lu quand j'avais 17 ans et j'avais adoré... Du coup une bonne partie des écrits d'Hermann Hesse.
A présent je lis beaucoup moins mais cet été je termine le "Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens", ça permet de décrypter pas mal de comportements :)
J'aime bien comment tu as écrit tes vacances, par bribe, jeu d'atmosphère, ressenti, on s'y croirait...

11 août, 2010 23:03  
Blogger MM said...

Ce ne sera pas une liste, mais si j'arrive à finir The Bell Jar et Passagère du silence (de Fabienne Verdier) avant de reprendre le boulot, ce serait déjà bien...

12 août, 2010 00:37  
Anonymous arrosoir said...

fini "les amants du spoutnik" de murakami et entamé "stupeurs et tremblements" de Nothomb... il me semble que les bijoux ont chez toi le goût d'un temps arrèté capturé comme dans une bulle de savon.
"la vie mode d'emploi" a été lu avec vue sur baleine dans un ferry entre la corse et le continent il y a un moment pas très loin de Rome finalement !

12 août, 2010 08:44  
Anonymous Véro said...

c'est rigolo, j'ai l'impression d'avoir un sac aussi lourd que le tiens!!!! pour la lecture de cette été, c'est le garnd vide dans ma tête avec seulement des magazines; de jardinage ( nouvelle maison oblige), de cuisine, de filles, de cinéma pour panser les bleus au coeur et au corps!!!!
merci pour ces billets toujours aussi beaux

12 août, 2010 12:16  
Anonymous patoumi said...

Nathalie: je dois avouer que les rentrées littéraires ont plutôt un effet déprimant sur moi... Mais il y a parfois des suprises!
Nouk: j'ai acheté "Ma bibliothèque idéale" de Hesse, ce qu'il dit sur les deux catégories possibles de lecteurs m'a fait beaucoup rire (et je ne pensais pas qu'un auteur germanique me ferait rire)
MM: j'admets que le SP n'est pas une lecture très joyeuse pour l'été...
Arrosoir: Perec aurait peut-être bien aimé le coup de la baleine
Véro: j'adore savoir ce qu'il y a dans les sacs des filles, comme j'ai entendre des histoires de famille...

13 août, 2010 10:53  
Anonymous Estelle said...

J'ai lu "Bitter is the New Black" de Jen Lancaster et j'ai commencé "Best Friends Forever" de Jennifer Weiner. C'est de la bonne chik litt' comme j'adore ! Je ne lis plus beaucoup depuis que je suis rentrée de vacances, je suis trop occupée à préparer le congélateur pour l'hiver !!

13 août, 2010 23:46  
Blogger Ananim said...

J'ai lu l'empreinte de l'ange de Nancy Huston, c'était pas mal.

14 août, 2010 16:02  
Blogger lavinie said...

Moi aussi, je veux un polaroïd!

Ma liste de lectures estival by so far:
Kertész: Roman eines Schicksallosen (en français je crois que ça donne être sans destin)
Duras: L'amant de la Chine du nord (couronné best book ever)
Márai: Mémoires de Hongrie
Rahimi: Syngué Sabour
Duras: Un barrage contre le Pacifique
En cours, il y a:
Kierkegaard: Journal d'un séducteur
Hosseini: Cerfs-volants de Kaboul
Bobin: Une petite robe de fête
En attente sur le bureau:
Borissov: Du côté de chez Richter: conversations
Xingkian: La montagne de l'Âme
Musset: Histoire d'un merle blanc
Robbe-Grillet: Djinn
Cyrulnik: Autobiographie d'un épouvantail

Verdict: Duras, c'est Dieu (oui.) et Márai, c'est définitivement trobien.

17 août, 2010 11:01  
Blogger lavinie said...

Seigneur! Dieu de l'orthographe, kyrie eleison et miserere nobis.
* Lectures estival-es, évidemment. ahem.

17 août, 2010 11:05  
Blogger patoumi said...

Estelle: j'aimerais avoir cette discipline de congélateur, pour avoir de la sauce tomate en hiver par exemple!
Ananim: ah, quelqu'un qui aime bien VD!
Lavinie: c'est drôle parce qu'on n'arrête pas de parler de Kierkegaard... Il y aussi un film avec Poupaud et Mastroianni inspiré du Journal du séducteur, très chouette...

18 août, 2010 00:08  
Anonymous Hélène said...

bonjour Patoumi! je deviens de plus en plus une adepte de votre blog ainsi que ceux de mingou et de loukoum! j'en ai pour un moment à tout éplucher, mes vacances sont donc très gourmandes!! premier commentaire, rien à voir avec la cuisine mais une question me turlupine! ton polaroïd a l'air ancien, est-ce que vous trouvez facilement des recharges de pélicules? j'ai vu qu'ils font à la fnac un polaroïd combiné à un numérique, qu'en pensez-vous?
d'avance merci pour vos conseils et merci mille fois pour ce blog génial!

19 août, 2010 18:06  
Anonymous Hélène said...

c'est drôle comme on a l'impression de connaître quelqu'un à force de le lire et du coup on ne sait plus si on doit le tutoyer ou le vouvoyer! j'ai mis un peu des deux comme ça j'ai bon à tous les coups!
bonne soirée :-)

19 août, 2010 18:12  
Anonymous patoumi said...

Hélène: merci! Concernant le polaroïd, comme il ne s'agit pas juste d'un format mais aussi d'un développement instantané, je ne crois pas que l'appareil dont vous parlez puisse procurer la sensualité et l'excitation du déclenchement des appareils anciens. Cela risque de manquer de charme. Mais c'est juste mon avis! Comme il est finalement assez simple de se procurer des pellicules (mais c'est assez onéreux, je me suis ruinée), il faut essayer de trouver des appareils d'occasion sur internet, l'offre est en fait assez grande. Si tu veux, tu peux m'envoyer un mail à patoumipatoumi@yahoo.fr et on pourra discuter de tout ça!

20 août, 2010 00:25  
Anonymous Ian Wood said...

Fantastic!!!

21 septembre, 2013 11:46  

Enregistrer un commentaire

<< Home