lundi 8 juin 2009

Le cobbler fraise-rhubarbe d'Albertine et les questions des Booktravellers

Cette semaine:
-j'ai arrêté de porter des collants
-j'ai reçu plein de cartes postales et de petits mots (jeune fille en goguette dans un train entre les montagnes, vieille amie qui rentre d'un stage de voile, jeune femme à laquelle je pense en silence -que j'ai toujours su mal briser-)
-j'ai goûté l'éclair au chocolat de chez Cozic: crème délicieuse mais chou un peu trop sec. Par contre, guimauve à la fraise parfaitement moelleuse, parfumée et régressive
-j'ai visité un appartement en face de mon cinéma préféré
-au Tire-bouchon, vendredi soir, il y avait un monde fou, y compris en terrasse. Il n'y eut rapidement plus de gigot d'agneau puis d'asperges vertes (servies en entrée avec un oeuf mollet), puis de clafoutis aux fraises, puis de crumble aux pommes puis de riz au lait (un jour -quand j'aurais réussi à prendre des photos décentes de l'endroit en question-, il faudra que je vous reparle de la dame qui prépare les desserts, Marianne elle s'appelle)
-G. a fait son premier smoothie, fraise-banane-orange. Très bon siroté à la paille (rose) en grignotant quelques biscuits
-hier, il y eut des langoustines au dîner, délicieuses, charnues et iodées
-ce matin, pluie fraîche sur les pavés, j'ai fait un gâteau que j'apelle déjà le cobbler Albertine

Le cobbler fraise-rhubarbe d'Albertine d'après une recette de Simply Recipes
J'ai mis plus de fraises que de rhubarbe et sans doute moins que les quantités préconisées, ça marche aussi. Et puis j'ai mis de la vanille parce que je n'avais pas d'oranges à zester.

Dans un plat mélanger 200g de fraises coupées en morceaux, 400g de rhubarbe en tronçons, 60g de sucre, 2 CS de perles du Japon et les zestes de deux oranges (ou les graines d'une gousse de vanille et la gousse). Mélanger et réserver.
Préparer la pâte: mélanger 125g de farine, 2 CS de sucre, un demi sachet de levure puis incorporer rapidement 50g de beurre mou salé puis un oeuf puis 60mL de lait. Ce n'est pas grave s'il y a des grumeaux.
Déposer des grosses cuillères de pâte sur les fruits (si vous suivez les proportions initiales, il n'y aura pas assez de pâte, c'est normal), saupoudrer de sucre et enfourner une demi-heure à 180° (le dessus doit être doré).
Délicieux avec de la crème fraîche et j'essaierai sûrement une version pomme-mûre.
Merci Albertine!


Et puis aussi, comme le temps s'y prête, je réponds aux petites questions des Booktravellers.


Alors est-ce que je corne les pages ou est-ce que j'utilise des marque-pages?
Argh, des pages cornées, je crois que j'aurais du mal à supporter. En général, j'utilise en marque-page ce qui me tombe sous la main d'un peu joli, une carte postale, un petit mot sur un bout de papier arraché à un cahier, une carte de restaurant... En ce moment, c'est la carte d'un magasin parisien où j'étais allée en février avec deux copines, l'atelier d'une jeune femme qui utilise du papier washi pour fabriquer divers objets. J'avais acheté deux rouleaux de papier que je n'ose pas utiliser même si les idées ne manquent pas (couvrir juste un cahier, enrober ce qui était une boîte de chocolats chics, rendre unique un banal abat-jour).
Pour en revenir aux marque-pages, j'en avais un très beau, offert par G., un dessin de cerisier japonais, avec une petite cordelette bleue et je l'ai perdu probablement sur un quai de métro en rentrant de l'hôpital alors que je lisais par ailleurs un roman que j'avais trouvé ennuyeux (Middlemarch, pavé de George Eliott).

M'a-t-on déjà offert un livre?
G. a l'art d'offrir les livres (des introuvables ou le dernier Nigella alors que je ne savais même pas qu'il était sorti ou un livre aperçu il y a plusieurs mois dans une librairie et auquel j'avais résisté...)
J'adore qu'on m'offre des livres, c'est l'un de mes cadeaux préférés, parce que les gens qui le font ont parfois une connaissance intime de mes goûts même si cela ne concerne qu'un seul secteur d'intérêt.
Cette année, j'en ai eu de très chouettes: un Gombrowicz de la part de Rose, les merveilleux livres qui arrivent emballés de rouge choisis par Albertine, un roman japonais tendu par I. dans un salon de thé, Une part de ma vie donné par S., les beaux articles de Guibert expédié par E., un clin d'oeil à la blanquette par une fille qui l'aime bien citronnée...

Lire dans mon bain?
Je n'en prends jamais mais si je le faisais je crois que je préférerais un magazine.

Est-ce que j'ai déjà pensé à écrire un livre?
J'ai commencé plein d'histoires quand j'étais ado mais je crois que je n'ai ni la plume ni la trempe d'un écrivain. Quand je lis Proust, je me sens vraiment minuscule.

Que pense-je des séries?
Je ne dois pas aimer ça puisque je n'en lis jamais.

Mon livre culte?
Le livre que j'adore par dessus-tout, aussi parce que le l'ai lu l'été où j'attendais les résultats de l'internat, celui qui m'a épatée à chaque page, dont je relisais parfois immédiatement les chapitres, que je trouve vraiment brillant, c'est La vie mode d'emploi. J'aime tous les Perec que j'ai lu, j'adore le premier chapitre des Choses et l'album sur Ellis Island m'émeut aux larmes.
Sinon en ce moment, quand je suis un peu triste, j'aime bien lire Le journal d'adolescence de Virginia Woolf, délicieusement écrit, malicieux et profond.
J'ai beaucoup d'affection aussi pour mes romans d'ado (les Judy Blume, Je ne t'aime pas Paulus, Les peurs de Conception, Nos amours ne vont pa si mal) et puis un roman bizarre, dont le titre anglais est Bilgewater (Une éducation sentimentale en français), l'histoire d'une fille qui s'appelle Marigold, vit avec son père dans un pensionnat de garçons en Angleterre, est terriblement amoureuse de Jack Rose, le capitaine de l'équipe de foot tout en n'étant pas indifférente à Terrapin, garçon compliqué et elliptique, jusqu'à ce que débarque Grace Gathering qui vient d'être renvoyée de Darlington Hall et qui va séduire Jack grâce à sa quantité presque monstrueuse de cheveux (brillants et souples). Je dis que c'est un livre étrange parce que l'ambiance est très particulière, les relations ne sont parfois que suggérées entre les personnages et Marigold est pour le moins bizarre.


Bon sinon vous savez bien, j'aime Marguerite Duras, Valérie Mréjen, Shakespeare, Jane Austen et Lewis Caroll.
Et Simone de B., la classe et l'intelligence, tout en même temps.

Est-ce que j'aime relire?
Les passages que j'aime bien (à condition que, comme G., je prenne la peine de les noter au crayon gris sur la dernière page du livre).
Sinon, j'aime bien relire des BD, comme de Mal en pis.

Rencontrer des auteurs que j'aime bien?
Malheureusement Proust, Duras, Perec, Guibert, Simone de Beauvoir et Jane Austen sont morts (pourtant je suis sûre que J. Austen devait être de très bonne compagnie). D'une manière générale, je lis peu de littérature contemporaine, je ne me sens pas concernée. Bon, il y a l'exception Mréjen mais je ne sais pas si j'aimerais la rencontrer. Comment ne pas avoir l'air stupide dans ces occasions? Comment expliquer comme le livre nous a parfois aidé à vivre?
(G. me rappelle que j'ai bien aimé le Marisha Pessl, La physique des catastrophes. C'est vrai. J'aime bien appeler ce livre La catastrophe de mon physique).

Emprunter ou acheter des livres?
Jamais je ne reprendrai de carte de bibliothèque, je regrette trop tous ces livres lus jusqu'à ce que je quitte la maison de mes parents. J'avais emprunté à la bibli tous les Guibert, les Duras, les Koltès, les Shakespeare, et j'ai du mal à les racheter parce qu'ils n'ont pas d'histoire et que je n'ai pas toujours envie de les relire tout de suite.

Des choses un peu honteuses que j'ai lues?
Bon j'avoue, j'ai lu un Anna Gavalda (juste un bout, le premier. On me l'avait offert. D'ailleurs on me l'a offert trois fois. Genre j'ai une tête à aimer Anna Gavalda).

Comment je choisis mes livres?
Je crois que ce que je préfère c'est quand quelqu'un que j'aime beaucoup m'en conseille un mais l'une de mes activités favorites est de traîner dans les librairies alors c'est le hasard qui choisit. Ah, j'aime bien aussi quand j'entends quelque chose à la radio qui s'y réfère, un cinéaste qui cite un auteur, quelque chose comme ça.

Le livre idéal?
Difficile, quand je pense à idéal, je pense à La vie mode d'emploi mais aussi à Sister Carrie, Le destin de M Crump, Les Hauts de Hurlevent, Anna Karénine, Madame Bovary. Je ne sais pas ce qu'ils ont en commun mais je ne pouvais m'en séparer.

Lire au-dessus de l'épaule des gens?
Jamais avec insistance.

Lire en mangeant?
Un roman, c'est impossible: je ne peux pas me concentrer sur deux sources de plaisir à la fois mais quand je suis de garde, il m'arrive de manger des steacks hachés de veau à la portugaise (!) avec du riz en lisant le Elle ("Passez les fêtes sans prendre un kilo", "Trouvez le jean qui vous va" etc)

Lire avec de la musique, en silence?
A la maison j'aime le silence mais sinon, j'aime bien lire dans le brouhaha feutré des cafés ou en bord de mer.
(en fait, ça n'a rien à voir, mais j'adore lire dans une atmosphère qui sent le gâteau en train de cuire, avec une tasse de thé).



Les livres électroniques?
Jamais.

Le livre que je suis en train de lire? Le prochain?
Je viens juste de terminer (péniblement) le dernier recueil de nouvelles de Zoyâ Pirzâd, je vais commencer Les cahiers de jeunesse de Simone de Beauvoir mais G. m'a aussi parlé de Laura Kasischke et d'un petit roman de Jonathan Coe La femme de hasard.

Est-ce que j'ai déjà abandonné la lecture d'un livre?
Je n'aime pas faire ça mais c'est arrivé des tas de fois (il m'arrive d'acheter un livre juste parce que j'aime la couverture. C'est très mal).

Le premier livre que j'ai adoré?
Probablement Ping, petit canard chinois, sur lequel mes parents m'ont appris à lire.


39 Comments:

Blogger ulije said...

Comme je te comprends : il m'est également impossible d'abimer un livre (sacrilège!), de le corner ou d'écrire dessus, il m'est très difficile d'emprunter un livre, quand il m'a plus je l'achète mais il y a certains livres que je suis heureuse de ne pas avoir acheté(!!) et quel plus grand plaisir que d'être blottie, l'hiver, devant la cheminée une tasse de thé à la main et une odeur de gâteau cuisant dans le four!

08 juin, 2009 00:48  
Anonymous Anonyme said...

Je choisis mes livres un peu comme toi, quand j'entends quelqu'un en parler (la lecture de Simone de B. est pour cela terrible, elle évoque à tous bouts de champs des romans incroyables qu'elle a adoré et on finit le roman avec une liste interminable de livres-à-lire-absolument).
Et après avoir lu ce post, j'ai tout plein de nouvelles idées !
A ce propos, j'ai offert à une amie désespérée un livre de Sophie Calle que tu conseillais sur un des posts de ce blog et tu as été de très bon conseil.
Merci Patoumi !

08 juin, 2009 03:29  
Blogger les chéchés said...

j'aime tes réponses, la lecture dans les cafés (et des morceaux d'étagères en commun, des simone de B., des valérie...), l'odeur des gâteau, les -vraies- pages à tourner... et le besoin de garder une trace de ceux que l'on a aimé, se souvenir du papier (sa finesse, son parfum...), la couverture (parce qu'elles changent, et que je n'aurais pas racheté certains avec la nouvelle), les lieux où on l'a ouvert (la banquette moelleuse du joli bistrot, le canapé bleu de la maison...)

08 juin, 2009 08:35  
Blogger Vanessa said...

Ton cobbler a l'air vraiment délicieux! Je ne lis pas beaucoup de romans contemporains moi non plus, sauf les gens comme Modiano, Makine ou Kundera. Une amie m'en a prêté un sur une amitié par email mais cela m'intéresse pas trop. Par contre, si tu écrivais un livre, je le lirais sûrement. Tu m'inspires aussi á lire Perec - j'ai deux ou trois de ses livres mais j'avais toujours peur de ne le pas comprendre.

08 juin, 2009 08:52  
Blogger Mingoumango (La Mangue) said...

Parmi les contemporains, Jonathan Coe fait partie de ceux qui se détachent du lot (j'ai l'impression qu'il faut aller chercher à l'étranger pour trouver des choses intéressantes), mais je ne te conseille pas La femme de hasard (The accidental women ?), qui m'a laissé une impression très désagréable...

08 juin, 2009 09:27  
Blogger Mingoumango (La Mangue) said...

accidental womAn !

08 juin, 2009 09:28  
Anonymous bache said...

Je retrouve là quelques références qui m'ont marqué ces dernières années. Les Choses, Les Hauts de Hurlevent... voilà que je les rouvrirais bien. Et ces photos !

08 juin, 2009 10:27  
Blogger Mingoumango (La Mangue) said...

Tu es allée à la boutique Merci ou je me trompe ?

08 juin, 2009 10:58  
Blogger Gwen said...

J'ai lu trois ou quatre fois Une éducation sentimentale qui m'a, à chaque fois, rendue très... sentimentale mais qui m'a aussi toujours remplie de la certitude que tout peut arriver. J'en suis encore persuadée.
J'ai toujours pensé que j'étais la seule à l'emprunter à la bibliothèque parce qu'il était toujours en rayon.. A force, j'en ai déduit que c'était un peu "mon" livre, je ne pensais pas qu'un jour je "croiserais" quelqu'un qui l'a lu... C'est une très heureuse surprise !

08 juin, 2009 12:22  
Anonymous rennette said...

la vitrine du Marchand d'Art ? me paraît bien jolie en photo...

08 juin, 2009 14:06  
Anonymous rennette said...

et ce n'est sans doute pas cette vitrine... faut que je cherche mes lunettes...

08 juin, 2009 14:30  
Anonymous rose said...

Je suis contente si les Envoûtés t'ont plu ; et je suis très intriguée par cette "éducation sentimentale"...

08 juin, 2009 19:22  
Blogger Clémence said...

j'aime beaucoup le cobbler, c'est un délice !

08 juin, 2009 19:58  
Anonymous I. said...

Alors il t'a plu ce livre ? Ça me fait drôlement plaisir :-).

08 juin, 2009 20:22  
Anonymous marion said...

il est choupi ce billet
et le résumé du début, et le cobbler, et les réponses à la fon
Je ne sais pas pourquoi mais il em fait du bien :)
alors merci

08 juin, 2009 21:28  
Blogger Yum said...

Je ne connaissais pas le cobler, j'adore l'association fraise-rhubarbe donc ta recette est à essayer absolument! :)

08 juin, 2009 21:29  
Blogger reinette said...

Judy Blume a aussi accompagné mon adolescence, "Trois Amies", "Tiens toi droite", "C'est dur à supporter", ce sont mes doudous! Je les relis parfois, un peu honteusement, cachée dans ma chambre.

09 juin, 2009 00:56  
Blogger julie said...

J'aime bien tes réponses... Je vois que nous avons un certain nombre d'auteurs fétiches en commun, c'est drôle... Et je ne peux que confirmer le conseil de lecture sur Laura Kasischke - mais à ne pas lire le soir! ("La Vie devant ses yeux" est formidable, rien à voir avec la très mauvaise adaptation sortie en salles l'année dernière.)

09 juin, 2009 19:11  
Anonymous Camille said...

- j'aime énormément l'expression "en goguette", je suis toujours ravie de trouver des mots surannés au dessus des jolies cuillères et des recettes pour le thé
- et tout ce que tu racontes à propos des livres me plaît tellement que je préférerais en discuter autour d'un thé que sur un commentaire.

10 juin, 2009 00:28  
Anonymous Florence said...

La bibliothèque, je l'ai beaucoup fréquentée étant adolescente, puis, plus du tout pendant de nombreuses années (comme vous je préférais avoir mes livres), et maintenant j'y retourne avec un plaisir incroyable. On peut flâner dans tous les rayons, faire des découvertes au gré des auteurs ou des thèmes mis en valeurs par les bibliothécaires, prendre n'importe quel roman sans craindre d'avoir des regrets, tenter les essais (ça n'est pas mon genre préféré), emporter des livres d'art ou d'architecture,... ou de cuisine! Il y a des jeunes femmes avec de longs sautoirs semblant tout droits sortis de La Droguerie qui vous accueillent en souriant à l'entrée, et plein de gens feuilletant des revues sur des fauteuils rouges, dans une ambiance studieuse et décontractée à la fois. En bref, j'adore. Peut-être y retournerez vous un jour? Pour Jonathan Coe, je ne connais pas celui dont vous parlez, mais j'ai beaucoup aimé le dernier : "La pluie avant qu'elle tombe".
Bises.

10 juin, 2009 09:34  
Blogger Grégoire said...

Je l'aimais d'Anna Gavalda, on ne dirait pas que c'est elle qui l'a écrit. C'est court et quand même plutôt intelligent, je trouve. Mais il paraît qu'elle, c'est une fille insupportable et méprisante.
Moi je corne mes livres et j'écris dedans. Lorsque je suis arrivé à l'université et que j'ai découvert les livres annotés de la bibliothèque, j'ai eu comme un déclic. J'ai l'impression que ça participe à l'appropriation du livre. Mais j'évite quand même d'écrire directement sur le texte, ou de le souligner, je trouve que ça, ça gêne la lecture. Je n'aime pas l'idée des livres électroniques, peut-être aussi pour cette raison : ils restent intacts, ne portent aucune trace, ne deviennent pas uniques.

10 juin, 2009 11:30  
Anonymous Véro said...

Un livre électronique quelle horreur, moi aussi j'aime déambuler dans les librairies ou chez les bouquinistes, le samedi ,place st Anne. Le livre une fois lu, il est à moi!!! je le prette seulement si je sais que l'on va me le rendre... je ne sais pas j'ai besoin de les avoir près de moi au cas où... merci à toi pour ces pistes de lecture... moi cette année j'ai bien aimé " Corps et âme de Franck Conroy et Neige de Maxance Fermine.

10 juin, 2009 17:20  
Blogger Cléo said...

Quand je vois une recette comme ça, j'ai envie de la faire pour quelqu'un que je chéris. Pour ce cobbler acidulé je pense à M. Je me plaît à l'imaginer goûter à une bouchée tiède, et je me vois guetter son approbation gustative.

11 juin, 2009 12:09  
Blogger patoumi said...

Ulije: après j'aime bien quand les livres sont un peu patinés (comme l'est ma Vie mode d'emploi, que j'avais oublié sous mon oreiller lors d'une garde) mais c'est vrai que je n'aime pas les pages pliées, les couvertures abîmés, les dos imparfaits.
Chère Anonyme: Sophie Calle est une valeur sûre!
Les chéchés: moi aussi j'ai un canapé bleu!
Vanessa: ah oui, Modiano j'aime bien (et pas seulement à cause de V Delerm)
Mingou: je l'ai commencé, ça a l'air pas trop mal... Et sinon oui, j'étais allée à Merci avant de partir à Vienne. Le salon de thé est joli, ils avaient aussi de la belle vaisselle et un bureau d'Arne Jacobsen malheureusement trop cher.
Bache: j'aime ces souvenirs en commun.
Gwen: ça me fait tout bizarre aussi de savoir que quelqu'un d'autre (et quel quelqu'un!) a lu ce livre.
Rennette: et non, ce n'est pas la vitrine bleue du Chercheur d'Art!
Rose: c'est vraiment chouette ce livre mais j'ai l'impression qu'il n'a pas été réédité.
Clemence: oui, j'aime bien ces gâteaux britaniques improbables.

11 juin, 2009 14:05  
Blogger patoumi said...

I.: c'était bien! A bientôt?
Marion: com très choupi aussi! J'aimerais bien te relire...
Yum: c'était la première fois que j'essayais cette association archi classique et je le referai sûrement!
Reinette: Trois amies, j'adore! (j'aime bien Rachel et puis aussi quand elles vont boire des smoothies)
Julie: bon alors je vais me pencher sur Laura!
Florence: vous me donnez (presque) envie d'aller à la bibli! (mais à Rennes elles sont vraiment vieillottes et je n'aime pas du tout aller aux Champs Libres)
Grégoire: hmmmm, tu te défends bien...
Vero: je note, je note...
Cleo: les garçons et l'acide, c'est quelque chose...

11 juin, 2009 14:09  
Anonymous eva said...

Je reconnais les étagères de livres dans cette boutique qui m'a laissée une drôle d'impression ...

J'aime toujours autant quand tu parles de livres et de gâteaux.

11 juin, 2009 16:38  
Anonymous I. said...

Au fait cet appartement en face de ton cinéma préféré, ça veut dire qu'on pourrait devenir voisines (à moins que ton cinéma préféré ne soit en fait l'Arvor) ?

13 juin, 2009 14:27  
Blogger the_young_dude said...

J'arrive apres la bataille, quand on voyage, c'est dur d'etre en ligne... je prends enfin le temps de lire tes reponses! J'avais oublie ce questionnaire. je passe apres Julie et j'enfonce le clou: Oui a Laura Kasischke!
Et oui a tout dessert qui contient des fraises.

13 juin, 2009 22:54  
Blogger patoumi said...

Eva: en fait, quand même, tu me manques.
I.: alors c'est pas encore sûr mais peut-être qu'on va habiter un chouette appartement dans un immeuble dix-neuvième dans le prolongement de la rue Vasselot, vers le TNB (l'autre était effectivement en face de l'Arvor -mon cinéma préféré à cause de souvenirs).
Pia: bon, c'est la prochaine sur ma liste

14 juin, 2009 20:02  
Blogger dada said...

Merci pour ce petit voyage livresque! Moi aussi je ne peux corner les livres et je te rejoins complètement sur Les Hauts de Hurlevent mais surtout Anna Karénine. Et ton cobbler, si réconfortant à manger sur un fauteuil près d'un bon livre. Il fait toujours bon de passer ici.Bonne soirée

14 juin, 2009 22:18  
Anonymous I. said...

Chouette ! Tiens-moi au courant.
PS: Je confirme pour Laura Kasischke (d'ailleurs, j'en ai acheté un samedi) ;-).

15 juin, 2009 09:52  
Anonymous Anonyme said...

Chère Patoumi,

Un entretien avec Zoyâ Pirzâd, dans Le Monde.

http://www.lemonde.fr/livres/article/2009/06/18/zoya-pirzad-les-mots-dependent-des-personnages_1208231_3260.html

Albertine

19 juin, 2009 15:37  
Blogger patoumi said...

I: on se voit bientôt? (je suis de repos de garde jeudi prochain)
Albertine: merci!

26 juin, 2009 16:44  
Anonymous loukoum°°° said...

Tu déménages?
Bon, il faudra que je prenne enfin en photo ce que j'ai fait avec le papier washi (pas grand chose au demeurant) pour vous l'envoyer!

Comme je te comprends pour la bibliothèque, moi je n'y emprunte que des bouquins de cuisine que je trouve pas mal mais pas assez quand même pour les acheter(et des dvd)

29 juin, 2009 13:11  
Anonymous I. said...

Je t'ai envoyé un message sur ton téléphone mais apparemment tu ne l'as pas eu. En même temps j'ai finalement été plus que prise hier. Peut-être la semaine prochaine (seule ma journée de mardi est remplie à ras bord) ?

03 juillet, 2009 10:28  
Blogger patoumi said...

Lokoum°°°: ah oui pour les dvd c'est bien pratique...
Et j'attends la photo avec impatience! (et aussi de te revoir)
I.: rien sur mon portable!:-(
LA semaine prochaine alors? Mercredi?

03 juillet, 2009 11:59  
Anonymous I. said...

Ca te dirait qu'on déjeune ensemble ou bien tu préfères qu'on se retrouve en milieu-fin d'après-midi ?

06 juillet, 2009 21:05  
Blogger patoumi said...

I.: vers 17h30 mercredi, ça t'irait?

07 juillet, 2009 09:36  
Anonymous I. said...

Je suis désolée, je suis encore trop short aujourd'hui. On retente de trouver un moment la semaine prochaine (mais je comprendrais que tu te lasses) ?

08 juillet, 2009 13:23  

Enregistrer un commentaire

<< Home