dimanche 14 janvier 2007

Le cheesecake citrobon pour se sentir plus belle

Je ne sais pas si vous faites ça aussi mais moi j'aime bien porter des "vêtements du dedans" quand je reste à la maison et qu'il n'est pas prévu que je sorte. La garde-robe du dedans est variée, elle recycle souvent d'anciens habits un peu démodés, un peu décolorés, un peu fatigués d'avoir été cent fois portés mais qui présentent l'indéniable avantage d'être terriblement confortables. Parfois le costume du dedans peut être quelque chose de neuf, par exemple j'aime beaucoup une petite tunique asiatisante dénichée dans un H&M de South Kensington. Je fais des efforts depuis que G. et moi habitons ensemble pour que l'esthétique ne pâtisse pas de l'envie de moelleux puisque G. a longtemps décrié mes vêtements mous qu'il trouvait simplement moches (il faut dire pour être honnête qu'il y avait souvent quelques trous ou des boutons absents) . Pour sa part, il déteste dissocier son apparence du dehors de celle du dedans, même en vacances, même le dimanche, jamais il ne résoudra à porter des fringues molles ou défraîchies: il essaie parfois mais il trouve ça déprimant et soporifique. Moi, quand je reviens du travail, vite, je me lave les mains et je me glisse avec bonheur dans mes vêtements du dedans! Ils me rassurent.
Vendredi dernier, pour réviser à la maison, je me souviens, j'avais un jean avec un minuscule trou et un tee-shirt bleu avec des papillons acheté en soldes il y a deux ans au Comptoir des cotonniers. Ce midi-là, G. pouvait rentrer déjeuner avec moi (pour mon plus grand bonheur car mes déjeuners en tête à tête avec Arnaud Laporte me lassent un peu quand ils ne m'agacent pas) et j'avais pour mission d'aller chercher une salade végétarienne et une soupe au boui-boui bio à côté de chez nous. C'est une petite échoppe qui vient juste d'ouvrir, elle est tenue par un couple très gentil, elle est rousse et sourit tout le temps, il est brun et paraît être un grand angoissé (le genre à tout renverser quand vous l'observez d'un peu trop près). Ils font de la soupe de légumes au gingembre, des sandwiches délicieux (chèvre, magret fumé, pomme, salade dans un pain au pavot par exemple) et des belles salades fraîches agrémentées de sésame et de graines de courges. C'est très pratique quand on n'a pas le temps ou pas l'envie (ben oui, ça arrive) de faire la cuisine. Bon, comme c'est à deux pas de la maison, je n'ai pas eu le courage de me changer, j'ai juste enfilé un vieux gilet que ma maman m'a récemment reprisé (rassurez-vous je n'ai pas que des choses molles et trouées, il y a quelques belles jupes et jolis pulls dans le placard aussi), j'ai chaussé mes vieilles tennis Adidas rouges et bleues, j'ai mis mon manteau et hop, je suis sortie.
Pour mon plus grand désarroi, à l'une des deux minuscules tables du boui-boui (L'éventail, ça s'appelle), déjeunait une de mes camarades. Je me suis sentie un peu minable avec mes vieux trucs sur le dos, d'autant plus que je n'avais pas exactement une mine radieuse suite à un stupide changement de produit de toilette. En effet, j'utilisais depuis plusieurs années une solution micellaire de chez Vichy, une mousse délicate et délicatement parfumée pour le réveil matinal du visage. Or, il m'est venu la lubie de troquer ce produit, auquel je n'avais rien à reprocher, contre autre chose qui présenterait l'avantage de ne pas nécessiter de rinçage. C'est bête mais je trouvais que ça prenait trop de temps et aussi que ce n'était guère pratique quand on se retrouve devant le lavabo d'une propreté douteuse lors des gardes. Pff, du coup, suite aux conseils d'une vendeuse esthéticienne qui a scruté ma peau sous un spot peu flatteur, j'ai troqué ma petite solution contre une lotion Clarins sensée me donner une sensation d'eau fraîche sur le visage et me permettre de réduire le temps passé à la toilette. Bon, en fait, rien ne remplace la fraîcheur de l'eau elle-même, le truc Clarins laisse la peau collante et en plus, ça sent pas bon (sauf si on aime les parfums synthétiques de pêche). J'étais un peu déçue, d'autant que j'ai eu par le passé un gommage de cette marque à la sève d'orange qui était très bien, et en plus je me retrouve avec de disgracieuses rougeurs sur les joues. C'est donc habillée comme un sac et couverte de boutons que j'ai croisé ma petite camarade, qui bien sûr comme toujours dans ces cas-là, avait choisi de mettre de très jolis vêtements, colorés, qui donnent bonne mine et tout et tout. Je suis rentrée à la maison avec ma soupe, ma salade et une certaine mélancolie post-humiliation (d'autant plus qu'elle m'a parlé de travail et moi j'aime pas trop ça, parler de l'internat avec des gens qui vont le passer) et comme G. ne devait rentrer que dans une demie heure je me suis dit qu'il valait mieux pour mon bien-être psychique que je fasse un cheesecake plutôt que de revoir les infections broncho-pulmonaires chez l'enfant. Cela tombait très bien car dans le réfrigérateur quelques produits laitiers se languissaient d'avoir été abandonnés et G. avait parlé la veille d'une envie de dessert citronné or il nous restait justement de la marmelade de citron et j'ai pensé que cela pourrait très bien remplacer le lemon curd que Keda B. met dans son Délice citron (je l'ai déjà fait et j'avais été un peu déçue: ce n'était pas assez citronné pour nos palais avides alors de douce acidité). Grand bien m'a pris, ce cheesecake improvisé était une absolue réussite, crémeux, parfumé, citronné; nous avons eu beaucoup de plaisir à le déguster le soir-même après visionnage d'un navet qu'il a largement contribué à faire digérer.

Le cheesecake citrobon (pour un moule carré de 22cm x 22cm)

Pour la base biscuitée:
150g de biscuits écrasés (j'ai fait moitié Sprits, moitié Speculoos)
60g de beurre fondu

Pour la crème citronnée:
300g de fromage frais (ici des Malo à 20%)
150g de crème crue
un fond de barquette de Nature à tartiner, disons 10g
1 cuillère à café de sucre
1 oeuf
170g de marmelade de citron (j'avais de la fine cut Tiptree)
le jus d'un demi citron

Mélanger les biscuits avec le beurre fondu.
Verser la préparation dans un moule, tasser un peu.
Faire cuire une douzaine de minutes à 200°, jusqu'à ce que les bords soient dorés.
Si vous avez le temps, laisser refroidir au réfrigérateur.
Pour la crème, mélanger les ingrédients dans l'ordre de la recette.
La verser sur le fond et faire cuire à 200° pendant dix minutes puis à 140° pendant une bonne heure.
Le cheesecake est encore tout tremblotant à la sortie du four, le laisser refroidir à température ambiante puis l'oublier au réfrigérateur pendant au moins six heures.

17 Comments:

Blogger Cerise said...

Je suis déjà à la maison, avec mes habits du dedans, me manque qu'une part de cheese-cake!

14 janvier, 2007 15:54  
Blogger Mamina said...

Les habits de dedans, ce n'est possible que quand on ne doit pas ressortir son chien. Mais, par contre, je suis pour ton citrobon... et puis le nom est trop génial.

14 janvier, 2007 16:13  
Anonymous Mayacook said...

Tu vas rire, j'ai eu un "pantallon de maison à Noël"...tu comprend donc que pour moi le cheese cake c'est plutôt deux fois qu'une ;)

14 janvier, 2007 16:42  
Anonymous shopgirl said...

Il m'est arrivé la même chose, avant quand j'étais adolescente et qu'on allait en vacance dans le sud(on avait une ptite maison). C'était dans petit village de 2000 habitants, j'avais l'habitude d'aller chercher le pain en tee shirt et caleçon d'homme(c'était mon pyjama à l'époque) et bien sûr pied nu(en été uniquement). Aprés plus tard je suis parti vivre dans mon village, et donc j'ai continué à aller chercher le pain mal habillé et coiffé à la va vite. Sauf qu'un jour j'ai rencontrée une de mes collègue qui ne vivait pas là mais comme part hasard, elle allait voir quelqu'un. Evidement elle était superbe. Depuis je ne sort plus sans être maquillé et coiffé et habillé correcte. Je vais bientôt faire ton cheese cake, ça à l'air délicieux.

14 janvier, 2007 17:09  
Anonymous Léna said...

Sûre que Patoumi était mignonne comme un coeur!
Moi aussi c'est "habits du dedans", comment se bouger, cuisiner ect... en habits de ville ? Déjà qu'en pause méridienne, j'emprunte le tablier enveloppant de l'homme!
Notre dessert de midi, tartelettes aux citrons de menton, toutes ces envies de citron!

14 janvier, 2007 17:10  
Anonymous Cat said...

Je me reconnais bien dans ta description. Une fois arrivée chez moi, je me lave les mains et j'enfile ensuite un bas de jogging bien large dans lequel je suis à l'aise :) Ton cheesecake a l'air fameux !

14 janvier, 2007 18:51  
Anonymous Anonyme said...

ah les habits du dedans, c'est quand même formidable... j'en ai toute une collec aussi t'inquiètes! en tous cas ton gâteau a l'air fameux!

14 janvier, 2007 19:49  
Anonymous Cathy said...

moi aussi j'ai mes habit cocoon, et il a fallu trouver un équilibre entre le confort et l'esthétique pour mon cher et tendre qui ralait de me voir en vetements troués !(d'ailleurs j'ai déjà eu le m^me genre de rencontres que toi, avec un gros bouton sur le menton en prime,on a bien besoin de se réconforter dans ces moments-là
pour le cheesecake, j'ai du mal à résister, c'est vraiment de la comfort food, de la nourriture réconfortante comme je l'aime !

14 janvier, 2007 20:21  
Blogger trinidad said...

moi aussi j'ai des habits du dedans, mais ils sont plutôt neufs et jolis, ça passee mieux si qqun sonne ;-)

pour le citrobon je suis comme toi, je rajoute tjs plus de citron que la recette

14 janvier, 2007 21:26  
Anonymous eva said...

On a beau dire, le pilou associé au citrobon, ce n'est pas très sexy, mais on se sent si bien qu'on en reprendrait !

14 janvier, 2007 22:30  
Anonymous Léna said...

Ah, pour moi la meilleure lotion micellaire sans rincage pour les peaux sensibles est celle d'Avène, en pharmacie.

15 janvier, 2007 18:40  
Blogger Dorian said...

Hum les habits du dedans j'en ai plus que ceux du dehors à force de ne pas vouloir jetter le jean's là avec plus de trous que de tissus mais que je suis si bien dedans et le pull avec les manches qui arrivent presque par terre mais justement c'est pour ça qu'il tient chaud ! mon problème à moi c'est de m'acheter des fringues du dehors et encore ça s'arrange cette année j'en ai acheté deux fois dans l'année... comment tu as deviné que c'était pour les soldes ??? bon alors si je passais au citrobon qui m'a l'air plus que bon justement !

15 janvier, 2007 22:56  
Blogger esterelle said...

Il a l'air exquis, ce citrobon ! Pour le visage, une solution micellaire qui ne se rince pas, genre Créaline, est merveilleuse pour les peaux sensibles, la Avène est chouette aussi, et j'ai vu que Gemey s'y est mis aussi. Je compatis !

16 janvier, 2007 11:57  
Blogger Gracianne said...

J'aime pas les cheese cakes mais j'aime bien comment tu le racontes. Et les fringues du dedans aussi. Tout pareil chez moi, et en plus mon homme en a des encore plus usees et trouees que moi. C'est quand on s'habille en pingouin qu'on a l'impression d'etre deguises.

16 janvier, 2007 12:51  
Anonymous grignote et barbotine said...

J'en ai fait un récemment http://www.grignotebarbotine.fr/?p=234 et comme c'était pendant les vacances j'étais toute la journée en habits du dedans... D'ailleurs je me demande si je n'ai pas que ça !???

20 janvier, 2007 00:22  
Anonymous Muriel said...

Bonsoir,je viens de decouvrir ton blog et je reviendrais c'est sur.Ton citrobon a l'air ...trop bon !
Moi aussi,j'ai mes habits du dedans mais j'ai du faire des concessions depuis que Hubby est apparu dans ma vie,comme me separer d'un vieux gilet angora que je mettais pour dormir quand il faisait froid...Il avait l'impression de dormir avec une chevre ,charming ;o)

17 mars, 2007 21:28  
Blogger mingoumango said...

Merci pour ton commentaire.
L'idée de la marmelade de citron est bonne. J'essaierai peut-être la prochaine fois.
En fait, je n'aime pas spécialement la tarte au citron, mais de toute façon, ce serait sans la meringue ;-)
Je n'aime rien tant que les choses simples.

19 avril, 2007 17:58  

Enregistrer un commentaire

<< Home