mardi 10 juin 2008

Après une extinction de voie* -une tarte à l'aubergine et à la saucisse piquante-

Il s'agissait de ne pas rater la petite route sablonneuse, à droite après l'église. Juste avant, nous venions de croiser une boulangerie défraîchie qui vantait les qualités de sa brioche (une spécialité de la région) sur un panneau délavé et une pizzeriagrillsaladerie dont la seule façade orange et criarde annonçait l'acidité de la sauce tomate qui devait recouvrir des pizzas épaisses et mollassonnes.
Au bout de la petite route sablonneuse un manoir classique et sans charme était posé au milieu d'un immense parcours de golf. Les cèdres plein de majesté et le petit étang où barbotaient quelques canards en grande conversation ont quant à eux immédiatement recueilli mes faveurs.
Mes dernières révisions ont eu lieu dans une chambre rose, avec de belles poutres au plafond.
J'ai bu du thé aux fleurs de cerisier, j'ai mangé des petits pains au lait, du chocolat au coco, un autre à l'orange, des petits fours, du pain d'épices à la banane, des biscuits au chocolat et à la framboise, de la polenta au Saint Maure, du risotto aux champignons, un filet de bar très bien cuit, du foie de veau très rose en son coeur...
J'avais du mal à m'endormir, j'avais mal au ventre et, le premier matin, le coeur qui cognait si fort que j'ai cru qu'il allait s'extraire tout seul de ma cage thoracique.
J'ai eu le loisir d'observer, dans le grand hangar désaffecté où se déroulaient les épreuves, les rituels des autres. Les filles qui étalent tous leur gri-gris (avec un grand succès pour les animaux de la savane. Il y avait force éléphants et autres petites girafes), celles qui préfèrent compter sur les kinder bueno, les bounty, les balisto dont j'avais oublié l'existence (mais pas le slogan, malheureusement), les garçons aux lunettes carrées qui boivent de l'ice tea et ceux, nombreux, qui portaient des pulls à rayures (souvent avec une mèche -le garçon, pas le pull-). Derrière moi, Lady Chatterley, à la fin des épreuves, appelait son amoureux sur un portable noir.
Alors l'issue de tout cela me semble encore parfaitement incertaine mais je n'ai pas trop eu le temps d'y penser parce que hop, jeudi matin, je reprenais le bus en direction de l'hôpital et la vie des autres a piétiné sans ménagement les dernières angoisses personnelles.
Hier soir, j'étais de garde là-bas et, n'ayant pas eu le temps de préparer une collation dînatoire digne de ce nom, j'ai renoncé aux spaghetti collants et à la bolognaise un peu trop rouge pour être honnête qui attendaient d'être réchauffés dans une barquette en plastique et je me suis modestement sustentée de fromages blancs et de madeleines tout en rêvassant à des repas texans, des bialys new yorkais, des club sandwiches indécents, de la terrine de lapin au cidre, des rigatoni au ragoût de canard, de l'upside down cake aux cerises and so on... Mon co-interne a avalé ses pâtes à grands coups de mâchoires carnassières.
Mais ce matin, le cheveu hagard et l'esprit guère mieux, je suis rentrée à la maison où j'ai découvert un croissant bien dodu à côté de ma tasse de chocolat chaud. G. se douchait sans mot dire, l'air de rien.
J'aurais pû passer la matinée à lire le journal d'adolescence de Virginia Woolf, ou celui, gourmand et érudit, de Nigel Slater, ou encore les petits textes de Françoise Sagan réédités aux éditions de l'Herne ou aussi la biographie de Marcel Proust mais j'ai décidé, pour le déjeuner, de préparer une tarte à l'aubergine et à la saucisse piquante avec plein de pensées positives pour mon inspiratrice, une fille extra qui vous envoie sans prévenir des colis énormes avec que des trucs beaux et bons.
Cette tarte, servie avec de la verdure dans des assiettes fleuries, a été dégustée et très appréciée en bonne compagnie, toutes fenêtres de la cuisine ouvertes.
C'est croquant et moelleux, c'est doux et ça pique selon les bouchées.


Une tarte aubergine et saucisse piquante (merci Loukoum°°°!)
Pour un moule de 20cm de diamètre

La pâte
-150g de farine complète
-40g de petits flocons d'avoine
-1cc de sel
-1 cuillère à soupe de romarin
-3 cuillères à soupe d'huile d'olive
-10 cuillères à soupe d'eau

La garniture
-une aubergine épluchée et coupée en petits dés
-un oignon rouge émincé
-2 oeufs
-10cL de crème fraîche
-une douzaine de tranches de saucisse piquante italienne coupées en demi-lunes
-environ 200g de mozzarella en petits dés
-un peu de parmesan râpé
-de l'huile d'olive, du sirop d'érable, du poivre du moulin

Pour la pâte, mélanger la farine, le sel, les flocons d'avoine et le romarin. Ajouter l'huile d'olive, mélanger.
Puis ajouter l'eau et amalgamer le tout pour former une boule que vous laissez reposer le temps de préparer la garniture.
Pour cela, faire revenir les oignons dans un peu d'huile d'olive et de sirop d'érable. Ajouter ensuite les dés d'aubergine et laisser cuire jusqu'à ce qu'ils soient bien moelleux.
Mélanger les oeufs, la crème et le parmesan, ajouter les légumes puis la mozzarella et la saucisse piquante. Poivrer et bien mélanger.
Etaler la pâte dans un moule puis verser la garniture, enfourner entre 20 à 30 minutes à 180°.

Et puis, comment dire? C'était vraiment très gentil tous ces petits mots d'encouragement, j'espère ne pas décevoir... Merci encore (et figurez-vous qu'à l'occasion de ces échanges avec des lecteurs attentionnés et avisés, j'ai découvert qu'au Québec, ils faisaient une délicieuse choucroute).
*Le croirez-vous? Après la dernière matinée du concours, j'ai eu subitement mal à la gorge et bim. Aphonie et difficulté à retrouver sa voix.

23 Comments:

Blogger Rosa's Yummy Yums said...

Ta tarte est vraiment appétissante! Une jolie association de saveurs!

Bises,

Rosa

10 juin, 2008 17:38  
Anonymous frederique said...

un régal ce billet et cette tarte biensûr !

10 juin, 2008 17:41  
Anonymous rennette said...

Quelle belle idée Patoumi de préciser la taille du moule !! si seulement les livres de cuisine avaient cette heureuse initiative, cela éviterait bien des ratés !!!
Bon on attend mais on ne doute pas !
et le croissant venait d'où ???

10 juin, 2008 17:52  
Anonymous lilizen said...

Quelle écriture délicieuse ! Tu en as de la chance d'avoir un croissant réconfortant qui apparaît à côté du chocolat chaud...
J'ai adoré la description de la pizzeria...tu as plus qu'une plume, tu as un oeil !
A bientôt !
Et plein de courage pour tout !

10 juin, 2008 18:42  
Anonymous bergeou said...

Bon courage pour la suite et jolie tarte !

10 juin, 2008 19:12  
Anonymous mayacook said...

Je croise les doigt pour que tu réussisse autant qu'en cuisine!

10 juin, 2008 19:29  
Blogger Flo Bretzel said...

Un croissant dodu auprès de sa tasse, voilà la plus jolie manière de commencer la journée!
Bonne soirée

10 juin, 2008 21:56  
Blogger les chéchés said...

c'est si bon de te relire à nouveau... ça me fait tout bizare de lire toute ton angoisse pour ce moment, parce que je la sens monter chez moi, tout doucement...
j'espère que tu as retrouvé ta voix, la gorge si bien soignée par un croissant dodu...
belle journée à toi...

11 juin, 2008 07:33  
Anonymous Tiuscha said...

Le concours est derrière toi, même si attente il y a, c'est en bonne compagnie, littéraire (les textes de Sagan, il faut que je les lise aussi) et gourmande, sous l'égide d'une inspiratrice de taille !

11 juin, 2008 07:55  
Anonymous Eleonora said...

Très jolie recette. Et pour le reste bravo, ça c'est fait.

11 juin, 2008 08:51  
Blogger stef said...

la voix est le reflet de l'âme!! prends en donc très soin et ménages toi!!
biz

11 juin, 2008 09:31  
Blogger les chéchés said...

oh, j'oubliai... ce serai avec plaisir, si tu passais en vrai...

11 juin, 2008 09:43  
Blogger Cléo said...

J'ai savouré ton billet comme toi le chocolat chaud et le croissant après la nuit de garde...

11 juin, 2008 11:19  
Anonymous rose said...

C'est un plaisir de te retrouver, de faire la moue devant ces pizzas imaginaires, de humer presque ce thé fleuri, de sourire des rituels des autres... Bises !

11 juin, 2008 15:49  
Anonymous Lisanka said...

Tu ne décevras personne, un coatch digne de ce nom n'a jamais d'extinction de voix :-). On est avec toi, quoi qu'il arrive! tes orgies de sucré me donnent grave envie!

11 juin, 2008 18:35  
Blogger patoumi said...

Rosa: en réalité, elle m'a réconciliée avec les tartes salées parce que mes derniers essais étaient trop fantaisistes pour être réussis
Frédérique: merci!
Rennette: et en plus c'est un super moule à fond amovible et qui n'attache pas^^! Le croissant, c'est la seule chose que réussit la boulangerie en bas de chez nous, vous savez, rue de la Baudrairie, en face de la fontaine avec la tête coupée.
Lilizen: oh, c'est vraiment gentil! Car je sais que vous êtes une femme de goût.
Bergeou: merci! et très bel été à toi!
Mayacook: disons que mes échecs en cuisine sont moins retentissants qu'en médecine
Flo: ah oui alors, surtout quand on a passé une nuit presque blanche!
Les chéchés: tes mots sont toujours aussi doux... Il faudrait vraiment se donner rendez-vous!
Tiuscha: j'ai toute une liste de loukoumades à faire!
Eleonora: merci, je sens que tu comprends.
Stef: j'ai un petit stock de bon miel...
Cléo: j'aime bien te lire aussi. Tu posteras plus souvent^^?
Rose: je t'embrasse fort!
Lisanka: j'espère que tu sais te faire plaisir avec toutes les choses sucrées que tu aimes en ces temps difficiles!

12 juin, 2008 00:21  
Blogger Gracianne said...

Ah Patoumi, n'aies donc crainte de nous decevoir, tu nous ravis au contraire, de tes petits bonheurs.
Je croise les doigts.

12 juin, 2008 12:53  
Anonymous Grand Chef said...

Tu veux dire que... Loukoum t'envoie des saucisses piquantes? :oO

12 juin, 2008 17:27  
Blogger Natalia said...

Bon, le plus dur est fait, tu peux respirer et espérer retrouver ta voix(e). A quand le verdict ? Cette tarte a l'air sympa comme tout. (J'ai les mêmes gobelets froissés que toi !). Prends soin de toi.

12 juin, 2008 18:09  
Anonymous diane said...

quelle bonheur de te retrouver!!!!!!

12 juin, 2008 18:30  
Anonymous eleonora said...

Francoise Sagan et une tarte à l'aubergine..tout un beau programme dans une soirée..j'aime les deux...

13 juin, 2008 19:02  
Blogger patoumi said...

Grand Chef: en fait elle privilégie le sucré^^
Natalia: je crains malheureusement que beaucoup de gens ont les mêmes gobelets que nous
Diane: eh, je t'ai reconnu en photo sous la recette du saumon entier confit! Bravo!
Eleonora: alors nous avons ce point commun...

14 juin, 2008 01:41  
Blogger Mingoumango (La Mangue) said...

Je te souhaite de déboucher une bouteille de champagne quand viendront les résultats.
En attendant, bon courage pour l'hôpital et les nuits de garde...
Bisous.

21 juin, 2008 10:22  

Enregistrer un commentaire

<< Home